English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 03 - Livre Trois : HISTOIRE > 4ème chapitre : Révolutions prolétariennes jusqu’à la deuxième guerre (...) > Rapport sur la lutte des classes aux USA

Rapport sur la lutte des classes aux USA

dimanche 3 juillet 2022, par Robert Paris

Rapport de James P. Cannon sur les États-Unis d’Amérique : un document confidentiel préparé pour l’Internationale communiste (1921)

La dépression industrielle aux États-Unis se poursuit toujours. Selon les chiffres de mai [1922] publiés par le ministère du Travail, le nombre de chômeurs est d’environ 6 000 000. Cependant, il n’y a pas de grande souffrance apparente parmi les masses laborieuses. Les chômeurs américains semblent s’en sortir sans trop de difficultés, ce qui explique que la campagne d’organisation des chômeurs menée par notre Parti n’ait pas eu beaucoup de succès.

La caractéristique la plus prononcée de la situation actuelle aux États-Unis est l’offensive capitaliste contre les syndicats – la campagne « boutique ouverte ». En conséquence, les mineurs (environ 600 000) des États-Unis sont en grève depuis deux mois. L’industrie textile est le théâtre de graves grèves. Les cheminots, à la suite d’une décision du Conseil du travail de réduire les salaires, se préparent à résister à la décision en se mettant en grève. Une situation similaire prévaut dans l’industrie du vêtement. Les syndicats de l’industrie du conditionnement de la viande et plusieurs autres ont été complètement détruits par des grèves infructueuses. Sur toute la ligne, l’attaque du capitalisme américain contre le travail se poursuit avec une intensité toujours croissante.

À la suite de cette offensive capitaliste contre le travail, l’insuffisance de l’ancienne forme artisanale d’organisation économique devient évidente pour de très grandes masses d’ouvriers. L’idée de fusionner les syndicats de métier d’une industrie en un seul syndicat industriel, qui est vigoureusement propagée par notre Parti, devient de plus en plus populaire. On peut le remarquer, par exemple, parmi les cheminots, où un certain nombre de loges (locaux) ont adopté des résolutions en faveur de la fusion des divers syndicats de métier en un seul grand syndicat industriel des chemins de fer. Une résolution de cette nature a été récemment introduite dans la Fédération du travail de Chicago et a été acceptée à une très large majorité malgré l’opposition organisée de tous les réactionnaires de cette instance, soutenue par les responsables les plus influents de l’AFL, dont Sam Gompers.Un autre exemple de ce même phénomène peut être vu dans l’industrie textile, où la proposition d’unification de tous les syndicats existants en un seul syndicat, avancée par les groupes communistes organisés de cette industrie, est reçue très favorablement par de grands groupes de travailleurs.

Les travailleurs américains commencent à s’appuyer davantage sur la grève comme arme dans la lutte des classes. L’histoire récente du mouvement ouvrier américain dans le domaine économique a vu tant d’échecs de la soi-disant méthode de « négociation » pour améliorer la condition des travailleurs que même les sections arriérées de la classe ouvrière commencent à voir que seules les la résistance des ouvriers eux-mêmes peut empêcher le succès de l’offensive capitaliste. En rapport avec cela, nous devons noter le sentiment croissant de solidarité de la classe ouvrière indépendamment de l’affiliation artisanale ou commerciale. On en trouvera un exemple frappant dans les récents développements à Chicago dans les métiers du bâtiment,où tout le mouvement ouvrier de la ville est venu au secours des ouvriers employés dans les métiers du bâtiment dans leurs luttes contre la tentative des capitalistes de réduire les salaires et de détruire leurs organisations.

Parallèlement à l’offensive capitaliste contre le travail va de pair avec l’offensive des dirigeants ouvriers réactionnaires et des socialistes jaunes contre les travailleurs radicaux et les communistes. Jusqu’à il y a environ six mois, les dirigeants ouvriers réactionnaires et les socialistes jaunes menaient envers les ouvriers et les communistes radicaux une politique consistant à les ignorer. Les dirigeants officiels du mouvement ouvrier américain se sont très rarement livrés à des attaques publiques contre leurs opposants radicaux ; le travail de persécution des communistes et des radicaux en général dans les syndicats s’accomplissait en secret et en silence. À l’heure actuelle, cependant, leurs tactiques ont changé, à commencer par le président de l’AFL, jusqu’au plus petit responsable de la bande réactionnaire, qui sont tous ouvertement armés contre les communistes et toute autre organisation qui peut, dans une moindre mesure,être soupçonné de sympathies soit avec l’Internationale communiste, soit avec l’Internationale syndicale rouge. Il semblerait que les avancées récentes du Parti Communiste d’Amérique et de ses divers organes dans le mouvement ouvrier aient semé la panique dans la bureaucratie réactionnaire des syndicats.

Au cours du mois de mai [1922], il y eut un certain nombre de conventions des syndicats des métiers de l’aiguille, comme, par exemple, l’International Ladies Garment Makers Union et l’Amalgamated Clothing Workers Union. Avant et pendant ces conventions, les dirigeants ouvriers réactionnaires et leur presse ont maintenu un feu constant contre les communistes et leurs sympathisants. À l’une de ces conventions, la convention de l’International Ladies Garment Workers Union, où la réélection de l’ancien président, le socialiste Schlesinger, semblait douteuse en raison des récentes victoires du Bloc de gauche dans un certain nombre de sections locales importantes de ce syndicat. , le président Gompers lui-même est venu à la convention pour plaider en faveur de Schlesinger et assurer sa réélection.

Nous considérons qu’il est également intéressant de noter que les persécutions du gouvernement contre le Parti communiste et ses activités se sont quelque peu relâchées. Palmer et Palmerism ne semblent pas trouver beaucoup de sympathie même parmi les capitalistes des États-Unis pour la raison que l’atmosphère créée par ces méthodes était ressentie par les sections libérales de la petite bourgeoisie ainsi que par un certain nombre d’organisations syndicales conservatrices et de dirigeants syndicaux. Ce changement de politique vis-à-vis des communistes peut également être constaté par le fait qu’un certain nombre de membres influents du Parti communiste, qui avaient été condamnés et maintenus en prison pendant près de dix-huit mois, ont récemment été libérés sous caution dans l’attente d’appels devant les Hautes Cours. L’affaire contre certains communistes de premier plan arrêtés le 1er mai il y a un an [1921] a finalement été classée sans suite au motif que les arrestations avaient été effectuées sans mandats formels. Aucun des nombreux communistes inculpés à Chicago en 1920 n’est aujourd’hui en prison, bien que certaines affaires soient toujours pendantes.

En général, on peut affirmer que la propagande communiste, tant qu’elle ne préconise pas ouvertement l’insurrection armée et la destruction de l’État capitaliste, peut actuellement être menée en toute sécurité au grand jour. Dans un seul district, Pittsburgh, les activités du Parti des travailleurs ont été entravées depuis sa formation en décembre 1921. Les manifestations du 1er mai ont eu lieu dans tout le pays cette année [1922] sans aucune ingérence de la police.

Le mouvement ouvrier américain.

Le mouvement ouvrier américain est encore loin derrière celui de tous les autres pays capitalistes développés. Numériquement, il est relativement faible. Sur environ 30 millions de salariés, pas plus de 5 millions sont syndiqués. Pendant la guerre, le total des ouvriers organisés avoisinait les 6 millions, mais la lourde offensive des capitalistes contre les syndicats depuis la fin de la guerre a considérablement réduit ce chiffre. La majeure partie des syndicats conserve encore la forme de gouvernement artisanale archaïque ; chaque métier ayant son organisation séparée et, en règle générale, agissant indépendamment des autres syndicats de la même industrie. Par exemple, il existe 16 syndicats différents dans l’industrie ferroviaire.Sous la forte pression des magnats des chemins de fer ces dernières années, divers groupes de ces 16 syndicats ont commencé à développer l’habitude d’agir concrètement sur une base autonome et fédérée.

Le mouvement ouvrier dans son ensemble ne participe pas encore à la politique sur une base ouvrière indépendante. La majorité des ouvriers vote pour l’un ou l’autre des candidats capitalistes. Les ouvriers américains ne sont pas encore conscients de leur classe. S’ils ont maintes fois prouvé qu’ils étaient capables d’opposer une résistance héroïque dans des conflits locaux ou commerciaux, ils n’ont pas encore pris l’habitude d’agir en classe. Le mouvement ouvrier organisé dans son ensemble est fermement contrôlé par une bureaucratie vicieuse et réactionnaire qui est caractérisée par Samuel Gompers, président de l’AF de L, qui dépasse la plupart des hommes d’État capitalistes dans ses attaques virulentes contre la Russie soviétique et les politiques radicales en général.

Le corps principal du travail organisé est embrassé au sein de l’AF de L. Ce n’est pas une organisation centralisée, mais un corps vaguement fédéré de syndicats autonomes. Les quatre confréries ferroviaires comprenant des organisations d’ingénieurs, de pompiers, de cheminots et de conducteurs existent indépendamment de l’AF de L, mais leur structure, leurs méthodes et leur philosophie lui sont identiques. L’IWW continue de perdre de son influence et de ses effectifs et ne s’oppose pas sérieusement aux syndicats établis. La seule organisation syndicale indépendante et radicale est l’Amalgamated Clothing Workers.

Les mineurs unis d’Amérique.

Il s’agit d’une organisation d’environ 600 000 travailleurs des mines de charbon. Il est de forme industrielle ; c’est-à-dire qu’il englobe tous les travailleurs employés dans et autour des mines. Il est plus agressif et militant que le syndicat américain moyen et a mené des batailles mémorables. L’influence socialiste dans cette union était, au sommet du prestige du Parti socialiste, très forte. La base de l’organisation est assez bien imprégnée de conscience de classe et de militantisme. Sa bureaucratie, cependant, est bureaucratique et réactionnaire. À l’heure actuelle, il y a une sérieuse controverse dans les rangs de l’union entre la bureaucratie et les radicaux qui sont dirigés et caractérisés par Alexander Howat. Howat est un combattant honnête, mais ses connaissances et sa puissance intellectuelle ne sont pas grandes.Un autre angle de cette polémique est la guerre entre John Lewis, président national, et Farrington, le chef du district de l’Illinois, qui est l’une des unités les plus fortes de l’organisme national, avec 90 000 membres. Il n’y a pas de question de principe entre ces deux-là, mais une lutte pour le pouvoir. Farrington, qui est lui-même un réactionnaire de la pire espèce, soutient Howat comme moyen de renverser Lewis.

Les actes de provocation de la machine de contrôle et son expulsion impitoyable de Howat et de son organisation du district du Kansas, à un moment où Howat lui-même était en prison, ont développé une forte possibilité de scission sérieuse au sein de l’organisation nationale. Notre Parti a pris une position déterminée contre une telle procédure et a largement contribué à empêcher les travailleurs radicaux de suivre leur politique traditionnelle consistant à quitter l’organisation pour fonder une organisation rivale. Une telle scission aurait été très désastreuse à la fois pour le bien-être général des mineurs, qui faisaient face à une grande grève, et pour la cause révolutionnaire en général. En harmonie avec la politique générale que nous menons, dans un effort pour renforcer notre position dans le mouvement ouvrier et affaiblir le pouvoir de la bureaucratie dirigeante,nous avons tenté de conclure un accord de travail avec Howat en menant une campagne pour la réintégration des mineurs du Kansas et pour une lutte générale. La mise en œuvre effective de ce plan a échoué, en grande partie à cause de notre manque de fonds pour nous permettre d’avancer rapidement dans la situation. Néanmoins, nous avons exercé une influence très décisive sur tout le cours de la lutte interne en formant des alignements locaux avec d’autres groupes de travailleurs radicaux qui soutiennent Howat et en les incitant à soutenir notre politique.Néanmoins, nous avons exercé une influence très décisive sur tout le cours de la lutte interne en formant des alignements locaux avec d’autres groupes de travailleurs radicaux qui soutiennent Howat et en les incitant à soutenir notre politique.Néanmoins, nous avons exercé une influence très décisive sur tout le cours de la lutte interne en formant des alignements locaux avec d’autres groupes de travailleurs radicaux qui soutiennent Howat et en les incitant à soutenir notre politique.

Dans la grève des mines actuelle, toute la force de notre Parti a été mise en action. Nous avons organisé à la hâte, dans plusieurs des districts les plus importants, des blocs avec d’autres groupes d’ouvriers militants, les avons rapidement réunis en un caucus central au moyen d’une conférence secrète de délégués des divers bassins houillers, et avons réussi à les faire adopter tous un programme élaboré par notre Comité du Parti en coopération avec les membres du Parti actifs dans les affaires de l’Union des mineurs. Les slogans « Pas de réduction de salaire » et « Pas d’accords séparés par district » ont été propagés avec beaucoup d’énergie ; et par ce moyen, nous avons pu empêcher Farrington de conclure un accord séparé pour le district de l’Illinois et de déserter les autres mineurs en grève.Avec ces slogans pour les luttes immédiates, nous avons associé la demande de réintégration de Howat et des mineurs du district du Kansas.

Nos activités dans cette grève ont considérablement accru l’influence et le prestige du Parti parmi les mineurs ; et par la tactique que nous avons suivie, de former un bloc avec les autres sections insatisfaites de la base, nous avons jeté les bases d’une aile gauche fortement organisée dans l’organisation nationale. La grève actuelle, qui a été provoquée par les employeurs dans le but de briser l’organisation, de réduire les salaires et de supprimer les normes de travail établies de longue date, a développé un esprit militant inattendu de la part des travailleurs et il est peu probable que les employeurs réussiront avec leurs conceptions.

Les syndicats des cheminots.

Dans cette industrie, il existe 16 syndicats différents, tous dotés d’une autonomie distincte. Douze d’entre eux sont affiliés à l’AF de L ; quatre d’entre eux sont indépendants. Leur leadership et leur philosophie sont conservateurs, mais sous de fortes pressions, ils se sont montrés capables de mener des luttes très déterminées. De grands troubles existent parmi eux à l’heure actuelle en raison des attaques répétées contre eux depuis la fin de la guerre. Le Railroad Labour Board, un organisme gouvernemental qui a agi comme une sorte d’arbitre dans les conflits du travail dans les chemins de fer, a récemment ordonné une nouvelle réduction des salaires de 21 %, ce qui a entraîné le vote d’une grève et une grève générale dans l’industrie ferroviaire n’est pas une issue improbable.La faiblesse et l’insuffisance de la forme distincte d’organisation artisanale ont été portées à la connaissance des travailleurs de cette industrie et un sentiment s’est développé contre eux, qui est activement propagé par notre Parti et la Trade Union Educational League, pour la fusion de tous les syndicats des cheminots en un seul syndicat industriel. Le récent congrès de la Fraternité des commis des chemins de fer a approuvé cette proposition, et un solide soutien à son égard se développe dans la base. La tendance à des actions politiques indépendantes montre un plus grand développement dans les syndicats des cheminots que dans l’ensemble du mouvement ouvrier organisé. Les dirigeants de ces organisations étaient les parrains de la « Conférence politique du travail et du progrès » qui s’est tenue il y a quelques mois dans le but d’examiner l’activité politique des travailleurs.L’intense rivalité de leadership qui caractérise l’Union des mineurs semble ici absente, les lignes de partage étant clairement tracées entre politique radicale et politique conservatrice.

Les Métiers du Métal.

Dans cette industrie, il existe également un grand nombre de syndicats distincts, dont le plus progressiste est l’Association internationale des machinistes. C’est l’un des syndicats les plus progressistes parmi les syndicats affiliés à l’AF de L. Il est sous la direction de Johnstone, et ex-socialiste. Pendant la guerre, elle atteignit environ 300 000 membres en enrôlant les mécaniciens engagés dans la construction navale et les usines de munitions. Depuis la fin de la guerre, et en raison de la dépression générale, ce nombre de membres a fortement diminué. Un fort sentiment pour le syndicalisme industriel et un sentiment général radical tel que la sympathie pour la Russie soviétique, l’action politique de la classe ouvrière, etc. se trouvent dans ce syndicat. Lors de la récente élection au poste de président national, qui s’est déroulée par voie référendaire,le candidat se présentant sur la plate-forme d’affiliation à l’Internationale syndicale rouge et approuvant sa politique a obtenu 30% des voix.

Les syndicats du Vêtement.

Il existe quatre syndicats dans cette industrie représentant environ 400 000 travailleurs. Ce sont principalement des syndicats juifs, bien que les travailleurs italiens soient un facteur considérable ici. Le plus fort et le mieux organisé de ces syndicats est l’Amalgamated Clothing Workers, une organisation indépendante d’environ 150 000 travailleurs. Il a une direction très compétente qui évolue assez rapidement vers la position de gauche. Conformément à notre politique générale dans les syndicats à l’heure actuelle, nous avons conclu un accord de travail avec l’administration de ce syndicat contre les éléments réactionnaires, soutenu par le Parti socialiste et le Jewish Daily Forward, qui contestaient sa direction. Nous apprécions pleinement la faiblesse et le danger d’alliances de ce type, en particulier avec les fonctionnaires, et sommes pleinement conscients de la nécessité de maintenir une organisation séparée des membres de notre parti dans le syndicat, et de garder le Parti libre de travailler de manière indépendante chaque fois que le besoin s’en fera sentir. . Nous mesurons la force du Parti dans cette union non par les victoires remportées par le bloc composé du Parti et de l’administration, mais par la force et l’influence de nos noyaux de Parti dans les syndicats locaux. Notre difficulté ici comme ailleurs dans le mouvement ouvrier est le manque de communistes entraînés qui soient capables de prendre une part prépondérante dans les luttes syndicales.

Au cours de la mise en œuvre de cet accord de travail avec l’administration des Amalgamés, notre Parti a jugé bon de passer sous silence certains justes griefs des camarades locaux contre les fonctionnaires locaux, et de subordonner diverses questions mineures qui, en l’absence du travail accord, nous nous serions sentis obligés d’appuyer. Nous commençons à remettre quelque peu en cause cette politique, et réfléchissons sérieusement à l’opportunité que le Parti prenne maintenant une position plus indépendante et agressive à l’égard de ceux avec qui nous avons fait une coalition temporaire. Le congrès de cette organisation, qui s’est tenu en mai, montre l’aile gauche en plein contrôle, avec tout son programme adopté à une large majorité. Résolutions pour la fusion de tous les syndicats des aiguilles en un seul et l’introduction du système d’organisation des délégués d’atelier,qui étaient les exigences pratiques en suspens, ont été adoptées par de larges majorités. Pour des raisons tactiques, il n’était cependant pas conseillé d’insister sur la question de l’affiliation pure et simple à l’Internationale syndicale rouge, car une telle démarche pourrait avoir tendance à placer cette organisation indépendante trop loin du mouvement ouvrier en général et à l’isoler de manière au point d’en faire la victime d’une persécution accrue. Une résolution saluant les efforts de l’Internationale rouge pour réaliser l’unification internationale du travail a été adoptée à la place. Il convient également de mentionner ici la décision de la convention de lever un fonds de 1 million de dollars dans le but de démarrer des usines de vêtements coopératives en Russie. On peut compter sur le fait que cette résolution sera appliquée, car l’Amalgamated a de nombreuses réalisations de ce genre à son actif et est très fière de concrétiser ses résolutions financières.

L’International Ladies Garment Workers’ Union a une force à peu près égale à celle de l’Amalgamated, c’est-à-dire environ 125 000 à 150 000 membres. Il est dominé par les socialistes de droite sous l’influence du Jewish Daily Forward. Nous avons des noyaux forts dans les syndicats locaux, qui, suivant notre politique générale, ont organisé des blocs de gauche avec les anarchistes et d’autres éléments de l’opposition. L’aile gauche ainsi formée a développé une grande force lors des récentes élections et a réussi à obtenir de larges majorités dans deux des plus grandes sections locales de New York. Lors de la dernière convention, tenue en mai, Schlesinger, président du syndicat, sentit sa position menacée par la force de l’aile gauche et fut obligé d’appeler Gompers à la convention pour l’aider. Cette collaboration des socialistes de droite avec les Gompers réactionnaires a été exploitée à bon escient dans la presse de notre parti et dans notre propagande générale, comme révélatrice du déclin et de la décadence du Parti socialiste et de sa parenté spirituelle avec les pires éléments du mouvement ouvrier.

L’aile gauche a été défaite à la convention. Cela était en partie dû à la défection de certains des groupes anarchistes, qui ont été soudoyés par les promesses de concessions séparées. Une fois le dessus pris dans la convention, l’administration a agi contre les communistes de la façon la plus impitoyable. Un certain nombre de délégués qualifiés ont été expulsés et le Parti des travailleurs et son organe quotidien juif, le Freiheit, ont été dénoncés dans des résolutions spéciales. Une résolution a également été adoptée exigeant la libération des prisonniers politiques en Russie soviétique. La fusion de tous les métiers de l’aiguille en un seul syndicat centralisé a été opposée en faveur d’une alliance lâche. Le système des délégués d’atelier et toutes les autres mesures progressistes ont été rejetés.

Les Cap Makers et Furriers sont deux petits syndicats dans l’industrie de l’aiguille ayant pratiquement les mêmes caractéristiques que les deux plus grands syndicats. Il est tout à fait probable que la campagne que nous menons actuellement avec beaucoup d’énergie pour la fusion radicale de tous ces quatre syndicats en un seul puisse être menée à bien dans un délai raisonnable, si la stratégie appropriée est utilisée, et il nous est possible de continuer notre organe quotidien juif, qui est un instrument indispensable pour un travail réussi dans ce domaine. Une union industrielle ainsi formée, et sous notre influence, constituerait une excellente base pour une forte aile gauche dans le mouvement ouvrier d’Amérique.

Fédérations locales.

Tous les syndicats locaux d’une même ville sont regroupés en un organe central délégué. Ces organes n’ont que peu de pouvoirs réels puisque chaque syndicat affilié conserve sa complète autonomie ; même la question de l’adhésion à l’organe central étant facultative avec chaque syndicat. Ces organes centraux délégués ont cependant une influence morale et politique considérable, et sont d’excellents points stratégiques pour l’agitation radicale. Notre parti a lancé une campagne générale pour pénétrer dans ces organismes et a obtenu un assez bon succès dans un certain nombre de centres importants, tels que Chicago, Détroit, Minneapolis et Seattle. La Fédération de Détroit a voté en faveur de la Red Labour Union International, et la Fédération de Chicago a remué l’ensemble du mouvement ouvrier par les résolutions radicales qu’elle a récemment adoptées à l’instigation de nos ouvriers du Parti.Son adhésion au principe du syndicalisme industriel causa une inquiétude particulière à Gompers, qui lança une violente attaque contre le corps de Chicago dans son organe officiel ainsi que dans la presse capitaliste.

La Ligue d’éducation syndicale.

Un trait marquant de l’activité du Parti au cours de l’année écoulée a été sa campagne d’agitation et de propagande menée au sein des syndicats établis. La plupart de ces travaux ont été effectués par l’intermédiaire de la Ligue pour l’éducation syndicale. Ce corps a été projeté par William Z. Foster il y a deux ans, mais jusqu’à l’automne dernier il n’existait que sur papier. Au retour des délégués américains du Congrès de Profintern, il fut décidé par le comité du parti, en consultation avec eux, de revitaliser cette organisation et de l’utiliser comme véhicule de l’Internationale rouge dans la lutte pour la conquête du mouvement ouvrier. Ce travail a été mené avec beaucoup d’énergie et a rencontré un large écho chez les militants.Au mois de mars, il a commencé la publication d’un excellent magazine mensuel qui a déjà atteint un tirage payé de dix mille exemplaires.

Une déclaration de principes et de tactiques a été rédigée et largement diffusée. Il s’agit d’un programme clairement défini incarnant les principes et slogans pratiques suivants :

1. Affiliation du mouvement ouvrier américain à la Red Labour Union International.

2. Renversement de la direction réactionnaire dans les syndicats.

3. Fusion des syndicats de métier en syndicats industriels.

4. Contre la politique des ouvriers révolutionnaires qui se retirent des syndicats existants pour en former de nouveaux.

Des groupes locaux de la Ligue ont été formés dans 82 villes. Des brochures syndicales ont été vendues à 34 000 exemplaires. Une correspondance a été entretenue avec environ 2 000 militants actifs dans tout le mouvement ouvrier. La première conférence nationale de l’organisation aura lieu en août de cette année. La campagne est dirigée par William Z. Foster, et le magazine est édité par le camarade Dixon [Earl Browder], représentant suppléant du Profintern, en collaboration avec le camarade Foster. Tous les postes stratégiques importants de l’organisation sont occupés par des membres du Parti, et le Comité exécutif du Parti a le dernier mot sur toutes les questions importantes affectant la politique. Un membre du Comité central du Parti participe activement à tout ce travail, et ainsi toute l’entreprise est étroitement liée au Parti.

Dans cet ouvrage, nous ne nous limitons pas à l’agitation et à la propagande d’ordre général. En effet, nous sommes d’avis que la clé du succès que nous avons obtenu dans ce domaine d’activité réside dans notre manière de proposer des mots d’ordre pratiques qui ont une incidence directe et concrète sur la situation de chaque syndicat.

La méthode d’organisation consiste à rassembler dans chaque syndicat local, dans la mesure du possible, tous les travailleurs révolutionnaires et radicaux qui s’opposent aux politiques et à la direction existantes, quelles que soient leurs opinions politiques. En règle générale, bon nombre des meilleurs militants sont des travailleurs non partisans qui n’ont pas d’opinions politiques prononcées. Au sein des groupes ainsi formés, le Parti organise un noyau de membres du parti qui agit toujours comme un seul corps au sein du groupe de gauche plus large, et s’efforce de le diriger. Tous les groupes locaux d’une industrie donnée accomplissent leur travail selon un programme uniforme et sous la direction générale d’un Comité national, qui se compose généralement d’une majorité de membres du Parti. Ces comités, avec un représentant du Parti, élaborent soigneusement des programmes pratiques pour l’agitation dans chaque syndicat et industrie, selon les conditions particulières qui prévalent. Tous les groupes locaux exécutent alors le programme uniforme dans leur travail quotidien. Ce système représente une grande amélioration par rapport aux méthodes sporadiques et non coordonnées d’agitation révolutionnaire employées jusqu’ici dans le travail syndical.

Les ouvriers révolutionnaires dans les syndicats ont répondu à cette campagne avec beaucoup d’esprit et d’énergie. Les programmes pratiques et sensés que nous vous soumettons, et la méthode d’organisation systématique mise en œuvre, créent une confiance dans la direction du Parti jamais vue auparavant. L’organisation du parti légal, qui nous permit de travailler à nouveau au grand jour, et l’organisation de la Trade Union Educational League furent les deux étapes qui déclenchèrent le grand renouveau de l’activité révolutionnaire dans le mouvement ouvrier américain. L’inspiration de ces mouvements par notre Parti a été tirée du troisième congrès de l’Internationale communiste et du premier congrès de l’Internationale syndicale rouge.

Une question de politique syndicale.

Une divergence est apparue entre le Profintern et le Parti sur la question de la politique à l’égard des syndicats indépendants en Amérique. Le Profintern semble être d’avis que le Parti devrait parrainer un mouvement pour unir tous les syndicats indépendants en une fédération nationale en opposition à l’AF de L. Le Parti s’y oppose très énergiquement, au motif qu’une telle fédération serait de aucune importance pratique, et ne tendrait qu’à encourager l’esprit de séparation et de sécession, qui est l’habitude traditionnelle des ouvriers révolutionnaires américains, et qui a apporté les résultats les plus désastreux.

Les syndicats américains qui restent en dehors de la Fédération américaine du travail ne forment pas un corps homogène. Les grands syndicats indépendants tels que les Railroad Brotherhoods ont un caractère conservateur et une structure et des méthodes archaïques. Ils n’ont rien en commun avec les syndicats radicaux indépendants tels que les travailleurs de l’alimentation, les ouvriers métallurgistes amalgamés, etc. Ces derniers sont de petites sections scindées de travailleurs radicaux qui, selon notre théorie, devraient lancer des campagnes énergiques pour le droit de se réaffilier à leurs organisations nationales respectives. L’Amalgamated Clothing Workers, qui est le seul grand syndicat indépendant radical, ne ferait qu’affaiblir sa position en s’unissant à ces petits syndicats extérieurs. Nous souhaitons le voir s’unir aux autres syndicats des métiers de l’aiguille en un seul syndicat industriel.A notre avis, la formation, ou la tentative de formation, d’une nouvelle fédération indépendante aurait pour effet pratique d’accentuer les divergences et d’élargir l’écart entre les syndicats et de rendre plus difficile la tâche de les réunir.

C’est une question très sérieuse pour notre Parti, car on craint que l’adoption d’une mauvaise politique démoralise notre travail dans les syndicats. Le Parti m’a chargé de préparer un argumentaire exhaustif sur cette question pour l’examen du Profintern, et il est convaincu que lorsque toute la situation sera expliquée et tous les faits mis en évidence clairement, la position du Parti sera maintenue.

De même, le projet d’une nouvelle Fédération panaméricaine du travail révolutionnaire, en opposition à la Fédération panaméricaine du travail contrôlée par Gompers, qui est propagée avec persistance par Louis C. Fraina, ne trouve aucun appui dans le Parti. Un tel effort n’aboutirait qu’à des affiliations sur papier à l’Internationale Rouge et paralyserait sérieusement le travail que nous faisons pour établir notre influence au sein des anciens syndicats.

Les IWW.

L’IWW se réduit rapidement à une secte destructrice, déclinant en nombre de membres et en prestige. Son adhésion obstinée à la théorie de la construction de syndicats entièrement nouveaux selon un programme fixe, indépendamment de l’existence des autres syndicats, a entraîné le résultat inévitable d’isoler de petits groupes de travailleurs avancés dans de petits syndicats de propagande qui leur sont propres, loin des les syndicats déjà organisés, où ils ne feront aucun mal à Gompers & Co..

En plus de cela, sa presse développe un caractère résolument contre-révolutionnaire. Il attaque vicieusement les communistes, la Russie soviétique et tout ce qu’il symbolise. Il a violemment attaqué notre campagne de lutte contre la famine et saboté notre travail dans ce domaine de toutes les manières possibles. Il a récemment eu recours à la pratique d’expulser les communistes et les partisans de l’Internationale rouge, étant le premier syndicat en Amérique à adopter une telle tactique. George Hardy, l’ancien secrétaire général, qui, en coopération avec le représentant américain du Profintern, a organisé une aile gauche dans les IWW, a été expulsé, ainsi qu’un certain nombre d’autres membres bien connus qui soutenaient l’Internationale rouge.

ORGANISATIONS POLITIQUES OUVRIÈRES

Parti socialiste.

Le déclin du Parti socialiste d’Amérique se poursuit régulièrement. Le nombre de ses membres est tombé à environ 5 000. Il a encore de la force dans l’état du Wisconsin. Ailleurs, son influence politique est à peine perceptible en dehors des grands syndicats juifs dont les responsables, à l’exception de l’Amalgamé, avec le puissant Jewish Daily Forward , constituent le principal soutien, moral et financier, du Parti socialiste.

Lors de la dernière convention du Parti socialiste, qui comprenait environ treize délégués, deux décisions ont été adoptées, toutes deux calculées pour donner au SP un pied plus fort dans le mouvement ouvrier. Selon une décision, les organisations de district du SP sont autorisées à participer aux prochaines élections conjointement avec d’autres organisations syndicales qui acceptent l’idée d’une action politique indépendante. Il est à noter que cette décision constitue une rupture sérieuse par rapport à la tactique traditionnelle du SP, qui reposait sur l’idée de la fusion politique avec d’autres organisations. Ce départ montrerait que les dirigeants du SP adoptent une orientation travailliste et commencent à bouger en conséquence.

La deuxième décision est d’affilier le SP à l’International 2 et 1/2. En contre-mouvement, et afin d’être en mesure de soulever publiquement la question des relations internationales entre les partis, le PC de A a décidé de demander à l’Internationale Communiste de reconnaître le Parti des Travailleurs comme parti sympathisant et a autorisé son délégué [James P. Cannon] à apparaître publiquement sous son nom légal en tant que délégué fraternel du Workers Party of America. À moins que le Parti des travailleurs n’ait une sorte de relations avec l’Internationale communiste, il n’est pas en bonne position pour attaquer le Parti socialiste pour son affiliation à l’Internationale 2 et 1/2.

Le Parti paysan-ouvrier.

Le Farmer-Labour Party qui a été formé à Chicago en juillet 1920, lorsque le ticket national de Christensen et Hays a été nommé, n’est, pour l’instant, ni Farmer ni Labour. En tant qu’organisation nationale, elle est très loin de s’être imposée. Il semble pourtant que les dirigeants de ce parti commencent à tirer la leçon de leur premier échec, qui est l’impossibilité de réunir en une seule organisation les ouvriers des villes, les paysans riches et aisés, et la petite bourgeoisie libérale. . Lors du récent congrès de ce parti, tenu à Chicago la dernière semaine de mai, une nouvelle orientation a été adoptée. Il fut décidé de tenter de transformer le parti actuel en un corps fédéré d’organisations ouvrières sur le modèle du Parti travailliste britannique. Le Parti socialiste était représenté à cette convention, fraternellement par [Victor] Berger, [Seymour] Stedman,et [Otto] Branstetter.

Le principal soutien du Farmer-Labor Party est la Fédération du travail de l’État de l’Illinois, dont le président, John H. Walker, est également président du Farmer-Labour Party. En dehors de l’état de l’Illinois, le Farmer-Labour Party n’a jusqu’à présent reçu que très peu de soutien du mouvement ouvrier organisé. A l’Est, son influence est très faible, la seule exception étant New York, où les socialistes et les syndicats essaient de provoquer une action parlementaire commune entre les organisations syndicales locales et le SP sous la direction du Farmer-Labour Party. Un tel arrangement est actuellement en marche en vue des prochaines élections. Les responsables de cet arrangement, du camp socialiste, se sont empressés de faire savoir que les communistes ne seront pas admis dans cette combinaison.

L’attitude de notre Parti envers le Parti paysan-ouvrier a été celle d’une « attente vigilante ». Nous n’avons encore participé à aucun de ses rassemblements nationaux pour la raison que toute l’affaire, en ce qui concerne l’organisation nationale, est plus une manœuvre d’hommes politiques socialistes et libéraux qu’un véritable mouvement ouvrier pour une action politique indépendante. Nous sommes cependant restés en contact étroit avec le Farmer-Labour Party de Chicago, qui a le soutien de la Chicago Federation of Labour, où notre parti est assez bien implanté. Ce parti paysan-travailliste de Chicago a, de sa propre initiative, entamé des négociations informelles avec certains de nos camarades locaux influents pour obtenir une participation conjointe aux prochaines élections sur une plate-forme commune de revendications partielles.

Organismes centraux d’action politique indépendante.

Assez importante, et très significative, est la décision des centrales syndicales de Minneapolis, Denver et Seattle de participer, en tant que telles, à leurs élections locales. De plus, dans chaque centrale syndicale d’Amérique, la question de l’action politique indépendante devient le problème du jour.

Dans l’État de Pennsylvanie, les bureaucrates réactionnaires des syndicats locaux ont tenté de capitaliser et d’exploiter pour eux-mêmes le sentiment croissant d’une action politique indépendante en lançant un mouvement pour une soi-disant Ligue du travail non partisane. L’idée de cette ligue est d’utiliser le pouvoir organisé des travailleurs dans le but de s’emparer de l’appareil local des partis capitalistes et de nommer des « hommes bons » pour des postes. Bien que ce mouvement ne soit en aucun cas le genre d’action politique indépendante du travail que notre Parti considère comme un devoir de promouvoir, il est néanmoins symptomatique d’une saine tendance qui doit être cultivée et poussée jusqu’à ses conclusions logiques.

La Conférence de Chicago.

Un événement d’une importance exceptionnelle dans le développement vers la formation d’un parti travailliste aux États-Unis a été la Conférence du travail et des progressistes de Chicago convoquée par les 16 syndicats de chemin de fer standard et tenue au mois de mars 1922. La lettre d’invitation envoyée par le les initiateurs de la conférence à ses futurs participants ont parlé de l’unité dans les rangs des travailleurs contre l’ennemi commun et de la nécessité pour les travailleurs de participer à l’action politique. Cette conférence, qui était une affaire semi-publique, était composée de dirigeants ouvriers influents, d’hommes du Parti socialiste et de quelques personnalités de type libéral. Les résultats de ces délibérations sont de peu d’importance lorsqu’ils sont considérés sous l’angle de l’action politique indépendante réelle du travail dans le présent immédiat ;car le seul résultat positif de cette conférence a été un accord entre les groupes participants pour coordonner leurs efforts dans quelques localités lors des prochaines élections, en particulier en vue de soutenir les candidats des partis politiques existants qui ont défendu au Congrès les demandes de les syndicats des cheminots.

Ce rassemblement contenait, cependant, un grand nombre de soi-disant dirigeants syndicaux progressistes qui croient en une véritable action politique indépendante à travers la formation d’un parti travailliste. Ces hommes font de la question de l’action politique indépendante un problème dans leur lutte contre le leadership de Gompers dans l’AF de L. Ils le font dans l’espoir de pouvoir battre Gompers sur cette question plutôt que sur toute autre. C’est ainsi que les participants à la conférence de Chicago ont décidé d’en organiser une autre d’ici la fin de cette année pour discuter de l’opportunité d’une alliance politique plus durable et permanente.

Notre Parti n’a pas été invité à cette première conférence. Mais dès que nous avons appris les préparatifs, nous avons pris la chose très au sérieux. Nous avons adressé une lettre ouverte à la conférence, soulignant les limites de ses objectifs et critiquant la direction actuelle du mouvement ouvrier organisé comme étant responsable de cette désunion du travail dont se plaignaient les initiateurs de la conférence dans leur lettre d’invitation. Nous avons expliqué notre conception de la lutte des classes et de l’action politique. En conclusion, nous avons suggéré que la seule façon d’unir les travailleurs sur le terrain politique est de convoquer un congrès du travail de toutes les organisations syndicales - économiques et politiques - et de faire en sorte que ce congrès élabore la politique pour une action politique indépendante des travailleurs.

La Conférence de Chicago n’a pas accepté notre suggestion. Mais le fait qu’une deuxième conférence se tiendra d’ici la fin de cette année nous donnera une autre occasion de poursuivre la politique incarnée dans notre lettre ouverte. Et cette fois avec plus de succès, puisque les conditions sont de plus en plus favorables à la réalisation des idées avancées par notre parti.

La politique de Gompers.

Les idées politiques de Gompers sont toujours les mêmes. C’est-à-dire « Récompensez vos amis et punissez vos ennemis ». Il est à noter cependant que Gompers n’ose plus attaquer ses adversaires de l’AF de L sur la question de l’action politique indépendante. Il semble avoir réalisé que c’est un terrain glissant à suivre. Le fait est qu’il n’a pas du tout réagi à la Conférence de Chicago et à d’autres développements similaires dans le mouvement ouvrier américain.

Organisations chez les nègres.

La population noire des États-Unis traverse actuellement une période de ressentiment croissant contre les méthodes d’esclavage et de lynchage de la classe dirigeante d’Amérique. Parallèlement se déroule la différenciation de la masse nègre en divers groupes et organisations politiques.

Notre Parti a eu un certain succès au cours de l’année écoulée en pénétrant avec sa propagande dans les sections les plus arriérées des travailleurs noirs. Des noyaux de partis ont été établis dans la plus grande organisation nègre nationaliste des États-Unis, celle dirigée par Garvey, et, en conséquence, une nouvelle organisation de travailleurs nègres a été formée, l’African Blood Brotherhood, qui, bien que non ouvertement et expressément communiste, est suivant l’exemple de notre Parti.

Soulagement de la famine russe.

En réponse à l’appel de l’Internationale communiste, le Parti a créé une organisation spéciale à laquelle il a donné le nom de « Les amis de la Russie soviétique ». C’est une organisation unique, étant un vaste réseau de conférences locales de délégués des syndicats, des branches du Parti, des coopératives, des organisations fraternelles de la classe ouvrière et des groupes de sympathisants non partisans, tous liés ensemble et dirigés selon un plan et un système uniformes par un comité national. Au moyen de cette organisation, le Parti mena une formidable campagne auprès de larges cercles d’ouvriers, atteignant des centaines de milliers de personnes avec l’appel à l’allégement de la famine sur une base de classe. Un appel général à la sympathie et au soutien de la révolution russe était imbriqué dans toute la propagande des Amis de la Russie soviétique. Réunions de masse, discours devant les syndicats, lectures de diapositives, films cinématographiques, tracts, brochures, articles de journaux, publicité payante - tous ces moyens et bien d’autres ont été utilisés dans le but de vulgariser l’appel à la famine.

Jusqu’à présent, environ 750 000 $ en espèces ont été collectés, ainsi que des vêtements et d’autres matériaux pour une valeur de 500 000 $. Nous sommes maintenant au milieu d’une grande campagne qui portera probablement le total des collectes d’argent jusqu’à 1 million de dollars. Une grande [campagne] de collecte d’outils est également en cours d’organisation, qui promet d’être très fructueuse, car nous avons établi des relations amicales avec plusieurs organisations agraires qui aideront à la collecte d’outils agricoles.

Cette entreprise a été une riche expérience pour notre Parti, lui permettant d’apprendre, par la pratique, à entrer en contact avec de larges cercles de travailleurs sympathiques et à les mobiliser pour notre soutien. La forte demande de travail de secours contre la famine sur les fonds et les énergies des membres a, dans une certaine mesure, entravé les activités générales du Parti. Ses difficultés financières, à ce titre, ont été très graves. Mais nous nous sommes sentis bien récompensés par les résultats généraux car nous sentons qu’ils vont bien au-delà de ce qui apparaît en surface. Notre propagande et notre activité avaient beaucoup à voir avec le fait de forcer la main de Hoover et d’éveiller la vigilance du mouvement ouvrier à son projet initial d’utiliser la situation de famine à des fins contre-révolutionnaires, comme il l’a fait en Hongrie.

Constatant que les Amis de la Russie soviétique n’étaient pas en mesure d’atteindre les syndicats les plus conservateurs en raison de la nature radicale de leur propagande, nous lançons la formation d’une autre organisation spéciale à cet effet. Il est connu sous le nom de « Comité syndical national de lutte contre la famine en Russie ». Cette organisation aborde les syndicats de manière plus prudente, et par ce moyen nous avons accédé à des syndicats qui nous étaient jusqu’alors fermés.

LE PARTI ET SES TÂCHES IMMÉDIATES

Le Front Uni.

La tâche immédiate du Parti, telle qu’elle est vue par le Comité exécutif central, est de développer davantage et d’appliquer aux conditions de la lutte de classe aux États-Unis, la tactique du Front uni. Dans le domaine industriel, c’est-à-dire dans les syndicats, notre Parti a lancé un mot d’ordre de fusion de tous les syndicats de métier au sein d’une même industrie en un seul syndicat industriel centralisé. Pour populariser ce mot d’ordre, notre Parti a mobilisé toutes ses forces dans les syndicats pour mener une intense campagne d’agitation et d’éducation. C’est à cause de cette campagne que la question de la fusion est devenue un sujet brûlant dans le mouvement ouvrier américain, comme en témoignent les récents développements à la Chicago Federation of Labour, à la récente convention des syndicats des aiguilles et au dernier congrès de l’AF de L.

Sur le terrain politique, notre Parti poursuit la même tactique d’unification et de concentration de toutes les forces de travail autour d’une revendication vitale et pratique immédiate, calculée pour éveiller les travailleurs à une lutte immédiate pour la défense de leurs intérêts. Ainsi, par exemple, nous avons tenté de faire des dernières manifestations du 1er mai l’affaire d’autant d’organisations ouvrières — économiques, politiques et fraternelles — que nous pouvions inciter à participer à l’action proposée. Les slogans sur lesquels nous avons invité les syndicats et les branches du Parti socialiste à se joindre à nous dans les manifestations du 1er mai étaient les suivants :

1) Secours immédiat pour les chômeurs sur les fonds des budgets militaires ; ces fonds seront distribués par les syndicats et les conseils spéciaux des chômeurs.

2) Résistance à l’élan capitaliste du « magasin ouvert » et de la réduction des salaires.

3) Reconnaissance et reprise des relations commerciales avec la Russie soviétique.

Le Parti socialiste et les socialistes jaunes dans les syndicats ont refusé d’accepter notre invitation à l’action commune et ont saboté notre tentative par tous les moyens à leur disposition. Néanmoins, nous avons réussi à rallier autour de nos slogans un nombre considérable d’organisations syndicales dans diverses parties du pays pour faire de nos dernières manifestations du 1er mai une affaire très importante.

Cette première tentative fut bientôt suivie d’une seconde. A la mi-mai, le Parti a adressé un manifeste à la classe ouvrière d’Amérique et à ses organisations économiques, les appelant à unir leurs forces et à présenter un front unique du travail contre le front unique du capital. Ce manifeste contenait un plan d’action précis calculé pour unir toutes les forces de travail sur une plate-forme acceptable pour tout travailleur honnête qui est prêt à défendre ses intérêts, quelles que soient ses opinions ou ses affiliations politiques. Nous avons mobilisé tous nos noyaux syndicaux pour présenter ce plan d’action à leurs organisations respectives. Ainsi, nous espérons exercer une pression d’en bas sur la direction réactionnaire d’en haut.

Mais le problème principal et en suspens de la tactique du Front uni sur le terrain politique est notre attitude envers la tendance à un parti travailliste qui prend une forme définie dans un certain nombre de centres industriels importants dans diverses parties du pays. Ce problème sera définitivement réglé lors du prochain congrès du parti. En préparation de cette convention, la CEC a adopté une thèse sur la question qui, si elle est acceptée lors de la convention, placera le Parti dans la position d’un partisan et d’un promoteur actif de l’idée d’un parti travailliste aux États-Unis. Cette thèse, qui arrivera ici sous peu, est construite sur les prémisses suivantes :

1) Que c’est la tâche suivante et la plus importante du Parti d’amener les travailleurs américains à participer à l’action politique en tant que classe indépendante et opposée aux partis capitalistes.

2) Qu’à l’heure actuelle, et pour de nombreuses années à venir, la participation des travailleurs américains à l’action politique indépendante ne peut être réalisée que par et par les organisations syndicales économiques existantes.

3) Qu’il se manifeste déjà un certain sentiment parmi de grandes masses d’ouvriers en faveur d’un parti travailliste, sentiment qui est capitalisé et exploité par les dirigeants ouvriers réactionnaires.

4) Que la formation d’un parti travailliste fort ayant le soutien du mouvement ouvrier organisé aux États-Unis est inévitable dans un proche avenir.

À partir des prémisses ci-dessus, la thèse tire les conclusions suivantes :

a) Qu’il est du devoir de notre Parti de commencer immédiatement à se positionner dans ce mouvement afin que nous puissions exercer le maximum d’influence dans le processus de sa formation ainsi que dans son développement futur.

b) Que notre premier pas doit consister à nous déclarer en faveur d’un véritable parti travailliste par opposition à une combinaison de travaillistes et de libéraux défendus par les chefs ouvriers des chemins de fer ou l’idée de la Ligue du travail non partisane, défendue par d’autres bureaucrates réactionnaires.

c) Que nous devons rechercher l’admission et participer à chaque rassemblement politique du travail pour critiquer les manœuvres politiques du Parti socialiste et des bureaucrates travaillistes et présenter notre propre conception de l’action politique indépendante par le travail ainsi que notre propre conception d’un Parti travailliste .

d) Que chaque fois qu’une centrale syndicale d’une localité accepte notre conception d’une action politique indépendante par les travailleurs, nous proposons une action commune aux prochaines élections sur un ticket et une plate-forme communs, en nous réservant bien sûr le droit de critiquer la propagande et les candidats de les autres parties de la combinaison.

e) Que dans tous les autres cas, nous présentons aux élections nos propres candidats et menons notre campagne indépendamment de toute autre organisation ; mais dans les cas où le succès d’un candidat travailliste ou socialiste est possible, et notre vote éventuel ne peut qu’entraîner la défaite du candidat socialiste ou travailliste, nous devons être prêts, à la veille des élections, à retirer notre candidat en faveur soit du candidat travailliste soit du candidat socialiste avec une déclaration appropriée donnant les raisons d’une telle démarche.

Telle est en général la conception de la CEC de notre Parti de la tactique du front unique et de son application aux États-Unis. Il y a, cependant, deux camarades de la CEC de notre Parti qui ne sont pas entièrement d’accord avec la position de la CEC telle que décrite ci-dessus. Le camarade Carr [Ludwig E. Katterfeld], par exemple, craint que l’attitude ci-dessus ne conduise à la désintégration du Parti des travailleurs. Bien qu’il voie et admette que la tendance à un parti travailliste se développe à une vitesse croissante, il pense néanmoins qu’il peut encore y avoir une chance de prévenir sa formation en renforçant le parti des travailleurs. Dans ce point de vue, il est partiellement soutenu par un autre membre du comité, le camarade Duffy [Alfred Wagenknecht].Le camarade Carr [Katterfeld] s’oppose à ce que notre Parti participe aux élections conjointement avec les centrales syndicales même s’ils acceptent notre conception d’une action politique indépendante par les travailleurs. Il s’oppose également au désistement de nos candidats au profit de candidats travaillistes ou socialistes dans les conditions décrites ci-dessus. À l’exception de Carr [Katterfeld] et Duffy [Wagenknecht], ce qui précède est une déclaration correcte de la position de la CEC sur les tactiques du Front uni en Amérique,

La partie légale.

La formation du Parti des travailleurs marqua le début d’un grand renouveau de toutes les phases de l’activité communiste. Cela a également servi de cause principale à l’offensive contre nous lancée par les bureaucrates travaillistes réactionnaires et les socialistes jaunes. Nous avons évoqué cette offensive dans la première partie de ce rapport traitant de la situation générale aux USA. Le Parti des Travailleurs est à cette époque déjà assez bien organisé. Il se compose d’environ 25 000 membres organisés en environ 400 succursales. Malgré toutes les oppositions, il avance assez rapidement. Le contrôle de l’appareil général du parti est entre les mains du Parti communiste, aussi bien au niveau national que local. Presque tous les responsables nationaux, de district et locaux sont membres du PC.La seule exception à cette règle sont les deux sections linguistiques suivantes du Parti des travailleurs - la Fédération juive et la Fédération allemande.

Dans la Fédération juive, les organes directeurs des organes de l’organisation ne sont qu’à environ 50 pour cent entre nos mains. L’autre moitié est entre les mains du groupe juif qui appartenait autrefois au Conseil ouvrier. Ce groupe manifeste encore de fortes tendances de nature centriste et s’oppose de toutes ses forces au contrôle du PC dans le PM. Les relations entre les communistes et les autres au sein des organes directeurs de la Fédération juive sont plutôt tendues, ce qui rend la coopération au sein d’une organisation parfois très difficile. Cependant, la CEC est convaincue que le moment n’est pas encore mûr pour une bataille décisive contre les quelques dirigeants centristes influents de la Fédération juive.Nous pensons que les dispositions actuelles doivent être maintenues jusqu’à ce que les idées communistes aient pris une emprise plus forte sur la section avancée des ouvriers juifs, lorsque nous serons nous-mêmes en mesure de mener avec succès la lutte de cette organisation contre les réactionnaires et les gang jaune dans le mouvement ouvrier juif. En passant, nous voudrions remarquer qu’en raison des sympathies radicales de la base dans les syndicats juifs, ces derniers deviennent le champ de bataille de notre présente lutte avec le SP et la bureaucratie ouvrière. En raison du fort mouvement ouvrier juif, la CEC de notre Parti considère le travail juif de la plus haute importance et demande donc au CE de l’Internationale Communiste de prêter une attention très particulière au rapport de son délégué spécial sur la presse juive.quand nous serons nous-mêmes en mesure de mener avec succès le combat de cette organisation contre la bande réactionnaire et jaune du mouvement ouvrier juif. En passant, nous voudrions remarquer qu’en raison des sympathies radicales de la base dans les syndicats juifs, ces derniers deviennent le champ de bataille de notre présente lutte avec le SP et la bureaucratie ouvrière. En raison du fort mouvement ouvrier juif, la CEC de notre Parti considère le travail juif de la plus haute importance et demande donc au CE de l’Internationale Communiste de prêter une attention très particulière au rapport de son délégué spécial sur la presse juive.quand nous serons nous-mêmes en mesure de mener avec succès le combat de cette organisation contre la bande réactionnaire et jaune du mouvement ouvrier juif. En passant, nous voudrions remarquer qu’en raison des sympathies radicales de la base dans les syndicats juifs, ces derniers deviennent le champ de bataille de notre présente lutte avec le SP et la bureaucratie ouvrière. En raison du fort mouvement ouvrier juif, la CEC de notre Parti considère le travail juif de la plus haute importance et demande donc au CE de l’Internationale Communiste de prêter une attention très particulière au rapport de son délégué spécial sur la presse juive.En passant, nous voudrions remarquer qu’en raison des sympathies radicales de la base dans les syndicats juifs, ces derniers deviennent le champ de bataille de notre présente lutte avec le SP et la bureaucratie ouvrière. En raison du fort mouvement ouvrier juif, la CEC de notre Parti considère le travail juif de la plus haute importance et demande donc au CE de l’Internationale Communiste de prêter une attention très particulière au rapport de son délégué spécial sur la presse juive.En passant, nous voudrions remarquer qu’en raison des sympathies radicales de la base dans les syndicats juifs, ces derniers deviennent le champ de bataille de notre présente lutte avec le SP et la bureaucratie ouvrière. En raison du fort mouvement ouvrier juif, la CEC de notre Parti considère le travail juif de la plus haute importance et demande donc au CE de l’Internationale Communiste de prêter une attention très particulière au rapport de son délégué spécial sur la presse juive.le CEC de notre Parti considère le travail juif de la plus haute importance et demande donc au CE de l’Internationale Communiste de prêter une attention très particulière au rapport de son délégué spécial sur la presse juive.le CEC de notre Parti considère le travail juif de la plus haute importance et demande donc au CE de l’Internationale Communiste de prêter une attention très particulière au rapport de son délégué spécial sur la presse juive.

Dans la Fédération allemande où le contrôle est également partagé à peu près également entre les communistes et le groupe appartenant autrefois au Conseil ouvrier, les relations entre les deux sont beaucoup moins tendues pour la raison que les dirigeants du groupe non-communiste sont moins hostiles. au contrôle du PC que ce n’est le cas dans la Fédération juive.

Le parti illégal.

Notre organisation clandestine se compose actuellement d’environ 6 000 membres. Sa fonction est principalement celle d’un caucus de contrôle au sein du Parti des travailleurs et d’autres organes juridiques du Parti comme, par exemple, les Amis de la Russie soviétique et la Ligue syndicale pour l’éducation. L’organisation clandestine n’apparaît publiquement sous son propre nom, Parti Communiste d’Amérique , qu’en cas d’urgence lorsque la nature du travail à accomplir empêche qu’il soit effectué par les organes légaux du Parti. En règle générale, le Parti n’a recours aux méthodes souterraines que dans les cas où cela semble être plus avantageux pour le travail en cours. Par conséquent, le centre de nos activités s’est progressivement déplacé de l’organisation souterraine vers l’organisation aérienne.

Ce transfert de fonctions du parti illégal au parti légal a suscité dans notre Parti une tendance favorisant le transfert immédiat du siège de l’autorité du parti du parti illégal au parti légal, avec les organisations clandestines comme auxiliaires et sous le contrôle, de la partie légale.

La CEC est d’avis que le siège de l’autorité du Parti ne peut être transféré du parti illégal au parti légal qu’une fois que ce dernier est devenu un Parti communiste au sens plein du terme - si son programme, le contenu de sa propagande, son affiliation internationale et nom sont ceux d’un parti communiste. Mais ce n’est plus le cas actuellement. Le Parti des travailleurs n’est pas encore un Parti communiste au sens accepté du terme. De plus, nous ne jugeons pas opportun dans les circonstances actuelles, alors que nos forces sont encore très faibles, que le Parti des travailleurs assume le nom, le programme et l’affiliation internationale d’un Parti communiste, risquant d’être écrasé par l’Etat capitaliste. . Par conséquent, le siège de l’autorité du Parti doit continuer d’être occupé par le parti illégal jusqu’à ce que le parti légal soit suffisamment puissant,et suffisamment établis dans le mouvement ouvrier pour défier l’État capitaliste et tenter de fonctionner ouvertement en tant que parti communiste. Le problème consiste donc à développer le parti légal et à le renforcer, à édifier en son sein l’idéologie communiste et l’habitude de la discipline, le préparant ainsi à adopter le nom et le programme communistes et à s’affilier ouvertement à l’Internationale communiste.

Il va bien sûr sans dire que nous conservons toujours une organisation illégale, sachant parfaitement que tant que la classe ouvrière n’aura pas réussi à s’emparer du pouvoir de l’État, il y aura toujours un besoin de travail clandestin, et donc un besoin d’une organisation clandestine. . Mais cette organisation clandestine, pourvu que l’organisation ouverte puisse fonctionner comme un Parti Communiste, ne sera qu’un auxiliaire et soumise au contrôle du Parti Communiste légal. Pour le moment, comme déjà remarqué, le siège de l’autorité du Parti reste à l’organisation clandestine, qui est le Parti Communiste d’Amérique, Section de l’Internationale Communiste.

C’est, en termes généraux, la conception de la CEC de notre Parti, du rôle du Parti des travailleurs, et des relations mutuelles entre nos organisations souterraines et de surface.

Sur ce point également, il y a quelques camarades de la CEC de notre Parti qui ne souscrivent pas aux vues exposées ci-dessus. A ces camarades appartient le camarade Carr [Katterfeld], qui soutient que le Parti communiste d’Amérique doit, par sa nature même, rester une organisation clandestine ; que l’existence clandestine en tant que Parti Communiste est une question de principe avec l’Internationale Communiste. Il considère donc que l’idée de transférer le siège de l’autorité du Parti du parti illégal au parti légal équivaut à une « liquidation » du Parti communiste d’Amérique. Selon lui, le parti légal ne doit être rien de plus qu’un pis-aller pour permettre au PC de A, c’est-à-dire l’organisation clandestine, de remplir une partie de sa fonction, mais le parti légal ne doit jamais devenir le Parti communiste d’Amérique. .Dans ce point de vue, il est en partie soutenu par le camarade Ballister [Robert Minor] et le camarade Duffy [Wagenknecht]. Le camarade Ballister [Minor] admet la possibilité future pour le PC de A d’exister et de fonctionner à l’air libre. Cependant, sa conception du processus qui en résultera est assez particulière. Il imagine l’organisation clandestine croître en nombre, en influence et en puissance à un point tel qu’elle lui permet - l’organisation clandestine - de défier l’État capitaliste et de commencer une existence ouverte.et le pouvoir au point de lui permettre – l’organisation clandestine – de défier l’État capitaliste et de commencer une existence ouverte.et le pouvoir au point de lui permettre – l’organisation clandestine – de défier l’État capitaliste et de commencer une existence ouverte.

Carr [Katterfeld] et Ballister [Minor], bien qu’ils ne soient pas entièrement d’accord sur les détails, soutiennent que le Parti des travailleurs ne doit pas devenir le Parti communiste d’Amérique. Nous souhaitons faire comprendre au Comité exécutif de l’Internationale communiste le fait que les divergences d’opinion entre la majorité de la CEC et les camarades Carr [Katterfeld], Ballister [Minor] et Duffy [Wagenknecht] ne sont pas simplement théoriques. Au contraire, ils ont un rapport pratique très important avec les activités immédiates du Parti. Par exemple, la majorité du Comité [exécutif central] est d’avis que le Parti des travailleurs doit avoir son propre département industriel et que tous ses membres doivent être organisés en noyaux industriels dans les syndicats et autres organisations de travailleurs,la même chose que l’appartenance à l’organisation clandestine. La minorité s’y oppose au motif que cela renforcerait indûment le parti légal et mettrait en péril l’hégémonie du parti illégal qui, selon leur théorie, doit toujours, par principe, être l’organisation de contrôle. La majorité de la CEC a un point de vue directement opposé. Nous considérons qu’il est de notre devoir d’organiser les membres du Parti des travailleurs en noyaux syndicaux afin d’abord de mobiliser toute notre force d’organisation et, deuxièmement, afin d’imposer aux membres du Parti des travailleurs l’habitude d’une action disciplinée. De là, on peut facilement voir que cette divergence d’opinion apparemment théorique se traduit par une différence de conception concrète et pratique quant à la façon dont le Parti des travailleurs doit être géré.Est-ce pour assumer autant de fonctions communistes qu’il est possible de les exercer en toute sécurité à l’extérieur, et ainsi se développer progressivement en un véritable Parti communiste ? Ou est-ce de ne rester que le « faux » parti, comme l’appelle le camarade Ballister [Minor], pour couvrir les activités clandestines des communistes ? C’est à cause de ces divergences d’opinions que le problème de l’avenir du Parti ouvrier, qui semble être à l’heure actuelle un problème théorique, prend un aspect concret et pratique. C’est l’intention de la CEC de notre Parti de renforcer progressivement le programme du Parti des Travailleurs afin de le rapprocher davantage du programme communiste ; aussi de lui transférer toutes les fonctions de l’underground qui peuvent se faire à l’air libre, ainsi que d’établir des relations plus étroites entre elle et l’IC,dans le but ultime de lui faire prendre le nom de Parti communiste et de s’affilier directement à l’IC. Le premier pas dans cette direction avait déjà été fait en autorisant le camarade Cook [Cannon] à se rendre à l’Internationale communiste sous son nom légal, en tant que délégué fraternel du Parti des travailleurs.

L’opposition.

La CEC de notre Parti a constamment maintenu envers l’opposition qui s’est séparée du Parti une attitude amicale et fraternelle. Pas un instant nous n’avons oublié que nous avions affaire à des ouvriers révolutionnaires sincères et dévoués. Malgré la vicieuse campagne de dénonciation contre le Parti communiste et ses organes judiciaires, menée par les dirigeants de l’opposition, la CEC de notre Parti refuse de traiter l’opposition autrement que comme des communistes qui se trompent sur des problèmes importants de tactique communiste. . Conformément à cette attitude, la CEC a, à plusieurs reprises, invité les membres de l’opposition à revenir au Parti, où ils seront reçus et réintégrés de plein droit. La pleine force de l’opposition n’a jamais dépassé 2000-2500 membres.De nombreux opposants sont revenus, mais le groupe de tête tient toujours. La dernière décision du CE de l’Internationale communiste concernant l’opposition, qui s’est concrétisée dans l’accord signé par le camarade Carr [Katterfeld] pour le PC de A et le camarade Moore [John Ballam] pour l’opposition, n’a pas ému les dirigeants de cette groupe à changer d’attitude d’un iota. Ils ont déclaré Moore [Ballam] un traître à leur fraction, et ont refusé d’avoir des relations avec lui. Ils attendent désormais l’arrivée du représentant du CI [Genrik Valetskii], avec qui ils disent négocier sur la base de l’unité entre eux et le PC de A.qui était incarné dans l’accord signé par le camarade Carr [Katterfeld] pour le PC de A et le camarade Moore [John Ballam] pour l’opposition, n’a pas poussé les dirigeants de ce groupe à changer d’attitude d’un seul iota. Ils ont déclaré Moore [Ballam] un traître à leur fraction, et ont refusé d’avoir des relations avec lui. Ils attendent désormais l’arrivée du représentant du CI [Genrik Valetskii], avec qui ils disent négocier sur la base de l’unité entre eux et le PC de A.qui était incarné dans l’accord signé par le camarade Carr [Katterfeld] pour le PC de A et le camarade Moore [John Ballam] pour l’opposition, n’a pas poussé les dirigeants de ce groupe à changer d’attitude d’un seul iota. Ils ont déclaré Moore [Ballam] un traître à leur fraction, et ont refusé d’avoir des relations avec lui. Ils attendent désormais l’arrivée du représentant du CI [Genrik Valetskii], avec qui ils disent négocier sur la base de l’unité entre eux et le PC de A.Ils attendent désormais l’arrivée du représentant du CI [Genrik Valetskii], avec qui ils disent négocier sur la base de l’unité entre eux et le PC de A.Ils attendent désormais l’arrivée du représentant du CI [Genrik Valetskii], avec qui ils disent négocier sur la base de l’unité entre eux et le PC de A.

La CEC de notre Parti a appris les détails de la dernière décision de l’IC concernant l’opposition à partir des rapports des camarades Carr [Katterfeld] et Marshall [Max Bedacht]. Il s’est félicité de constater que sa propre politique vis-à-vis de l’opposition, l’esprit de son attitude, était en parfait accord avec celui adopté par le CE de l’IC. La décision ou l’accord a été approuvé à l’unanimité. Cependant, bon nombre de membres de la CEC craignaient l’effet que l’envoi d’un délégué spécial de l’IC aux États-Unis pour réaliser l’unité pourrait avoir sur les dirigeants de l’opposition ; et le camarade Carr [Katterfeld] a été critiqué pour ne pas avoir pris cela en compte. Parmi ceux qui ont exprimé cette appréhension se trouvaient les camarades Wheat [Jay Lovestone], Cook [Cannon] et Raphael [Alexander Bittelman].Ces camarades ont estimé que la décision d’envoyer un représentant pour régler le conflit entre le PC de A et l’opposition risquait de donner aux dirigeants de l’opposition une autre échappatoire pour éviter le respect immédiat et complet de l’ordre de la CI que l’opposition liquide immédiatement leur organisation et rejoindre la fête. Il n’a fallu que quelques jours pour que cette appréhension se justifie, car dès que le camarade Moore [Ballam] a présenté son rapport à la direction de l’opposition et demandé le respect de cette décision, la seule réponse qu’il a refusée a été un refus catégorique. L’attitude adoptée par l’instance dirigeante de l’opposition était que ni Moore [Ballam] ni Carr [Katterfeld], ni la CEC du CP de A, n’avaient le droit de faire exécuter la décision de la CI, et que seul le représentant de l’Internationale Communiste,à son arrivée, aurait le pouvoir d’exécuter cette décision. Les leaders de l’opposition ont ainsi trouvé un autre prétexte pour éviter de se plier aux décisions de l’IC et retarder la liquidation définitive de leur organisation. Cependant la CEC est confiante que la majeure partie des membres de l’opposition, qui, malgré les dirigeants, sont toujours fidèles à l’IC, reviendront au Parti dans un délai très court.reviendra au Parti dans un délai très court.reviendra au Parti dans un délai très court.

La presse du parti.

La presse de notre Parti prend de plus en plus d’importance. Nous publions deux hebdomadaires en anglais [ The Worker , Voice of Labor] qui ont un tirage commun d’environ 25 000 exemplaires. Il est de l’intention du Parti de transformer un de ces hebdomadaires d’abord en bihebdomadaire puis en quotidien dès que les fonds le permettront. Depuis l’organisation du parti légal, nous avons lancé un quotidien juif. Le Parti possède et contrôle également un grand nombre de publications en langues étrangères en russe, italien, ukrainien, polonais, lituanien, hongrois, allemand, yougoslave, tchécoslovaque et finnois. De notre presse légale en langues étrangères, l’allemand, le hongrois et le juif sont les organes les plus importants. Ce sont tous des organes quotidiens avec des circulations très importantes. Mais le plus important de tous, juste à ce stade particulier des affaires, est l’organe juif quotidien légal [Freiheit]. Elle tire son importance du fait déjà mentionné ci-dessus,que les réactionnaires et les socialistes jaunes dans les syndicats, avec l’organe du Forward, concentrent actuellement leur principale attaque contre les communistes et leurs sympathisants dans le puissant mouvement ouvrier juif. Il n’est pas exagéré de dire qu’ils essaient d’écraser le mouvement communiste croissant parmi les travailleurs juifs d’Amérique alors qu’il n’est pas encore trop tard, car nos récents progrès dans ce domaine ont été d’une ampleur considérable. Nous considérons que gagner ce combat dans le mouvement juif est une condition absolue pour le développement ultérieur de notre influence parmi d’autres sections de la classe ouvrière organisée, car être battu dans ce combat peut signifier l’extermination complète de nos forces des syndicats juifs, ce qui diminuer nos chances de progrès dans les autres syndicats.Nous accordons donc une grande attention à ce domaine particulier et considérons le maintien et le soutien de notre quotidien juif comme l’une des premières conditions requises pour le succès du présent concours.

La presse fédérée.

La situation ici s’améliore continuellement. Bien qu’officiellement l’organe directeur ne soit pas entièrement entre nos mains, mais seulement à environ 50 %, nous pouvons facilement nous débrouiller, car l’autre moitié se compose en partie de nos sympathisants, à orienter les activités de la presse fédérée dans le sens de notre politique. Nous pensons cependant que si nous ne sommes pas en mesure de fournir les fonds nécessaires au maintien de cette institution très importante, elle se désintégrera ou tombera entre les mains de nos adversaires.

Source :

https://translate.google.fr/transla...

En anglais :

https://www.marxists.org/archive/ca...

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0