English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 06- Livre Six : POLITIQUE REVOLUTIONNAIRE > 1-2 Réformisme et fascisme contre la révolution sociale > Réformisme et Fascisme contre la Révolution prolétarienne en Allemagne

Réformisme et Fascisme contre la Révolution prolétarienne en Allemagne

vendredi 1er avril 2022, par Robert Paris

Trotsky : Comment vaincre le fascisme

Bien qu’expulsés d’URSS, Trotsky et l’Opposition de gauche se considéraient toujours comme une faction de l’Internationale communiste. Jusqu’à l’arrivée d’Hitler au pouvoir, ils ont essayé d’influencer le Komintern et les rouges allemands, de les ramener aux préceptes léninistes d’internationalisme et de démocratie interne.

Ils n’ont pas (encore) soutenu la montée d’une Quatrième Internationale. Ce sont ces événements en Allemagne et l’échec du Parti communiste allemand et de l’Internationale communiste qui ont conduit à l’appel de Trotsky pour une nouvelle « Quatrième » Internationale communiste. Nous incluons un article de 1940 sur la nature du fascisme sur lequel Trotsky travaillait au moment où il a été assassiné par un agent stalinien. Le reste de cette collection traite spécifiquement de la montée des nazis au début des années 1930.

Dans la collection suivante de lettres et d’articles de Trotsky, il s’adresse spécifiquement au Parti communiste allemand, qu’il considérait comme la seule organisation réaliste pour arrêter le fascisme. Son objectif était qu’ils rompent avec la politique du Komintern, pas avec le Komintern lui-même. Ces séries d’articles et d’essais, cependant, montrent la méthode de Trotsky dans sa rupture ultime avec le Komintern.

Nous avons également inclus une chronologie des événements commençant par la montée du mouvement ouvrier à la fin de la Première Guerre mondiale et des statistiques sur les différentes élections auxquelles le Parti communiste a participé.

Cette page a été initialement compilée par le Zodiac. La page a été reformatée pour se conformer à Trotsky Internet Archive . Plusieurs articles supplémentaires, précédemment non transcrits, ont été fournis par le directeur de la TIA et d’autres bénévoles de la TIA.

1918 : La révolution allemande meurt, en grande partie à cause du Parti social-démocrate ( SPD ). Le SPD appartient à l’ancienne Deuxième Internationale. Avant la guerre, il n’avait jamais détenu le pouvoir, seulement l’opposition. Coopératifs de classe, le SPD a soutenu la guerre. En travaillant pour empêcher une révolution rouge réussie, le SPD s’allie avec les capitalistes et l’armée, coopérant même avec les « corps francs » de droite, aidant ainsi à former les premiers cadres du futur Parti national-socialiste ( nazis ).

Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht sont tous deux exécutés par l’État. Les bolcheviks russes avaient compté sur une révolution allemande réussie pour la survie de leur propre révolution.

1919 : La monarchie allemande se replie, la République de Weimar est née. La constitution de Weimar est un arrangement standard de style « social-démocrate » : les travailleurs bénéficient de plusieurs programmes de « filet de sécurité sociale », tandis que les capitalistes (et l’armée) conservent les pleins pouvoirs, dont ils « promettent » plus ou moins de ne jamais abuser. Le premier cabinet de Weimar est dirigé par le SPD et son chancelier Philipp Scheidemann, en coalition avec deux partis capitalistes, le Parti catholique du centre et le Parti démocrate allemand (REMARQUE : lors des élections du Reichstag de 1919, 45 % des électeurs soutiennent les partis qui s’auto-étiquettent Marxiste.)

1921 : Toute opportunité révolutionnaire est passée. La Troisième Internationale (Internationale communiste, ou Komintern) initie une stratégie de « front uni » comme moyen de renforcer les partis communistes dans les pays où les sociaux-démocrates dominaient – ​​plutôt comme l’Allemagne.

1922 : le gouvernement allemand est paralysé par les réparations de guerre spécifiées par le traité de Versailles et incapable de les honorer.

janvier 1923 : le gouvernement français envoie des troupes occuper la Ruhr. L’inflation monte en flèche, la classe ouvrière lance des grèves massives, la classe moyenne a des économies anéanties. C’est une crise extrême et le gouvernement est impuissant. L’ adhésion au KPD augmente et de nouveaux mouvements d’extrême droite (comme les nazis ) se développent. Mais la direction du KPD , guidée par le Komintern, rate l’occasion. En 1924, les événements se stabilisent (avec quelques aides américaines).

mai 1924 : les élections au Reichstag voient les partis « marxistes » tomber à 33 % de l’électorat ; La force nazie décline encore plus drastiquement.

décembre 1924 : Un autre tour des élections au Reichstag voit le soutien du SPD augmenter et le KPD baisser.

1925 : élection présidentielle . Le général monarchiste Hindenburg élu président au second tour des élections contre Wilhelm Marx, membre du Parti catholique du centre — ce dernier étant soutenu par le SPD et les partis capitalistes libéraux — et Ernst Thaelmann du KPD .

1925-29 : période stable de la République de Weimar. Le SPD reste le plus grand parti d’Allemagne avec un puissant soutien de la classe ouvrière. Aucun plan réaliste pour une révolution sociale allemande ne peut être construit sans une considération intelligente du SPD .

Pendant ce temps, en URSS, « l’opposition de gauche » est vaincue par les staliniens. En 1927, Trotsky est exclu du Parti communiste soviétique. En 1928, il est déporté en Sibérie. En 1929, il s’exile en Turquie. Les staliniens purgent plus que l’opposition de gauche. En 1930, l’Internationale communiste et les partis affiliés ne sont que des extensions bureaucratiques de la politique étrangère soviétique. Les dirigeants du KPD sont nommés par le Kremlin.

mai 1928 : les élections du Reichstag ramènent le SPD au cabinet avec le chancelier Hermann MÜller. Le KPD obtient un tiers des voix du SPD (les nazis obtiennent moins d’un dixième). Cette direction du SPD a plus raison qu’avant et opte pour quelque chose qui s’appelle la Grande Coalition – y compris le Parti du peuple – et détient le pouvoir pendant environ deux ans.

Pendant ce temps, le Komintern adopte la doctrine ultra-gauche de la Troisième Période et ce qu’on appelle le social-fascisme . La doctrine dit que l’effondrement des nations capitalistes du monde suit soi-disant un schéma pratique :

La première période (1917-1924) : crise capitaliste et essor révolutionnaire ;

La deuxième période (1925-1928) : stabilité capitaliste ;

La troisième période (maintenant) : les crises capitalistes reviennent et les prolétaires sont prêts à se soulever à nouveau.

Le Komintern conclut qu’il est temps de mettre fin à la collaboration de la deuxième période avec les sociaux-démocrates (et leur puissante base ouvrière). Dans le cas de l’Allemagne, cela signifie que ces travailleurs du SPD ne sont en réalité que des « social-fascistes », une sorte d’aile gauche du fascisme.

1929 Chute : La Grande Dépression, glas de Weimar. Le chômage allemand atteint les 3 millions. L’économie allemande déjà fragile s’effondre. La population est radicalisée. L’ adhésion au KPD augmente, malgré l’aliénation des syndicats dirigés par le SPD . Les fascistes se développent également, attirant même maintenant le soutien financier des grands capitalistes . Et les troupes d’assaut (Sturm-Abteilung ou SA) atteignent 100 000 à la fin de l’année.

1930 Mars : le cabinet SPD Müller démissionne. Plus jamais Weimar ne verra un gouvernement majoritaire. Le président Hindenburg nomme Heinrich Brüning du Parti du centre au poste de chancelier. Bruening essaie d’établir un gouvernement plus à droite mais n’obtient pas un soutien suffisant au Reichstag.

Brüning cite le paragraphe 48 de la Constitution de Weimar et prétend désormais gouverner par « décret d’urgence ». Les sociaux-démocrates ont aidé à construire ce paragraphe, n’imaginant jamais qu’ils en seraient la cible.

juillet 1930 : les décrets d’urgence de Brüning sur le budget sont annulés par le SPD , le KPD et les députés nazis. Hindenburg dissout le Reichstag et appelle à de nouvelles élections.

14 septembre 1930 : jour des élections . Les votes du SPD chutent de 6 %, tandis que le KPD augmente de 40 %. Cependant, leur vote combiné tombe de 40,4 pour cent de l’électorat à 37,6. Le vrai changement, c’est le vote nazi, en hausse de 700 %. Les nazis passent du neuvième au deuxième parti. Pendant ce temps, le KPD dirigé par le Komintern qualifie cela de victoire pour les communistes et de « début de la fin » pour les nazis . Le Komintern est d’accord.

L’opinion de Trotsky était légèrement différente. Pour le paraphraser, le KPD est comme un chanteur qui chante des chants de mariage aux funérailles et des chants funéraires aux mariages...

LES TRAVAUX DE TROTSKY SUR CETTE PÉRIODE :

26 septembre 1930 : Le tournant de l’Internationale communiste et la situation en Allemagne

14 avril 1931 : Thälmann et la « Révolution populaire »

20 août 1931 : Contrôle ouvrier de la production

12 septembre 1931 : Conseils d’usine et contrôle ouvrier de la production

18 octobre 1930 : Secoué par le triomphe électoral nazi, le SPD décide de soutenir le gouvernement Brüning. Avec le soutien du SPD , Brüning reste chancelier encore 26 mois. C’est une règle impopulaire qui ne profite qu’aux nazis . Le soutien des grandes entreprises à Hitler augmente continuellement. Les SA s’enhardissent dans les attaques contre les radicaux ouvriers.

Bloqués par le bloc SPD- Brüning, les nazis se concentrent sur la prise de contrôle du Landtag (législature de l’État) de Prusse. La Prusse est le plus grand État d’Allemagne, avec plus des deux tiers de la population. C’est un bastion social-démocrate. Les nazis , les nationalistes de droite et le Stahlhelm (une organisation contre-révolutionnaire d’anciens combattants), invoquent une clause de la Constitution de Weimar pour lancer un référendum visant à renverser le gouvernement de coalition SPD prussien . Le KPD s’oppose au référendum.

1931 : Plus de 4 millions de chômeurs.

21 juillet 1931 : les dirigeants du KPD présentent un ultimatum aux dirigeants de la coalition du SPD en Prusse : faites un front uni avec nous ou nous soutiendrons les nazis . Les dirigeants du SPD le rejettent. Le KPD soutient les nazis , malgré le fait que cela pourrait mettre les nazis au pouvoir, bien que maintenant le KPD l’ appelle le « référendum rouge ». Les nazis et les communistes allemands font campagne ensemble pour renverser le gouvernement prussien dirigé par le SPD .

9 août 1931 : échec du référendum prussien. SPD garde le contrôle.

septembre 1931 : les dirigeants du SPD expulsent les députés du Reichstag Max Seydewitz et Kurt Rosenfeld pour leur opposition ouverte au soutien du SPD au régime de Brüning. Les députés expulsés favorisent un front uni contre les fascistes.

Octobre 1931 : Plus d’ expulsions/démissions du SPD . Le SPD se sépare. Les sociaux-démocrates de gauche s’unissent aux jeunes du SPD , aux pacifistes et à une partie de l’ opposition du Parti communiste brandlérite (KPO) pour former le Parti socialiste des travailleurs (SAP). Six dirigeants du SAP sont députés au Reichstag.

Trotsky adopte une attitude positive envers le nouveau groupe, espérant que ses membres surmonteront le centrisme du SPD . Mais SAP est un organisme confus sans réel impact sur la politique de la classe ouvrière. (Au cours des élections de juillet 1932, le SAP n’obtient que 72 630 voix et perd les six sièges du Reichstag. Aux élections de novembre 1932, leur vote baisse encore plus. La base du SPD ne peut pas être délogée de son parti aussi facilement. Alors, plutôt que de détruire le SPD en cette période de crise, il faut travailler pour la sauver.)

décembre 1931 : les dirigeants du SPD créent le Front de fer pour la résistance contre le fascisme . L’organisation cherche à engager l’ancien Reichsbanner, la jeunesse du SPD et les groupes ouvriers et libéraux. Le SPD se rallie au Front de fer, organise des manifestations de masse, combat les fascistes dans les rues et s’arme. C’est plus que ce que voulaient les dirigeants du SPD . Mais les travailleurs du SPD s’en moquent et deviennent de plus en plus révolutionnaires. Pendant ce temps, le KPD n’a pas de concept idéologique d’un front uni – l’enfer, ils ont juste soutenu les nazis dans le « référendum rouge ».

LES TRAVAUX DE TROTSKY SUR CETTE PÉRIODE :

25 août 1931 : Contre le national-communisme ! (Leçons du « Référendum rouge ») ( Traduction alternative )

1931 26 novembre : L’ Allemagne, clé de la situation internationale

08 décembre 1931 : Pour un Front Uni des Travailleurs Contre le Fascisme

27 janvier 1932 : Et ensuite ? Questions vitales pour le prolétariat allemand

1932 : La crise économique s’aggrave. Chômeurs : 5 millions. Etat « social-démocrate » encore démantelé.

13 mars 1932 : élection présidentielle . Trois candidats principaux : Hindenburg, Hitler et Thälmann. Mais les nationalistes poussent également le leader de Stahlhelm, Theodor Düsterberg, qui ne fait que voler des voix à Hitler. Lors de la dernière élection présidentielle, le SPD s’est opposé à Hindenburg. Maintenant, ils le soutiennent contre Hitler. Le Front de Fer devient une machine électorale pour le militariste monarchiste.

10 avril 1932 : Second tour des élections présidentielles, faute de majorité claire. Düsterberg se retire pour que les nationalistes puissent faire campagne pour Hitler. Hindenburg gagne, mais le vote nazi a doublé en 17 mois. Néanmoins, le SPD salue l’élection de Hindenburg comme un triomphe sur le fascisme.

14 avril 1932 : Brüning fait signer à Hindenburg un décret interdisant les Nazis SA et SS. Brüning pense que cela freine la croissance d’Hitler. Au lieu de cela, ce sera la chute de Brüning.

31 mai 1932 : Hindenburg demande la démission du chancelier Brüning. Hindenburg choisit Franz von Papen du parti du Centre comme nouveau chancelier. Le parti du Centre expulse von Papen. Il est fondamentalement la marionnette d’Hindenburg, sans aucun soutien au Reichstag.

4 juin 1932 : Papen dissout le Reichstag et appelle à de nouvelles élections.

15 juin 1932 : Papen lève l’interdiction des armées privées nazies. Une vague de violence s’ensuit. Des centaines de morts/blessés. Papen interdit les défilés politiques quinze jours avant les élections du 31 juillet.

1932 17 juillet : marche des nazis , sous escorte policière, à travers la classe ouvrière de Hambourg. Résultat : 19 morts, 285 blessés.

20 juillet 1932 : Citant la bataille de Hambourg, Papen affirme que le gouvernement prussien ne peut pas maintenir « la loi et l’ordre ». Il destitue les sociaux-démocrates et se nomme commissaire du Reich pour la Prusse.

Le SPD a juré un jour de défendre la république contre tout coup d’État, de droite ou de gauche. Les travailleurs allemands attendent un appel à l’action. Le SPD promet de faire appel du coup d’État de Papen devant les tribunaux. Rien d’autre ne se passe.

Le KPD appelle à la grève générale. Bien sûr, le grand « référendum rouge » du KPD est utilisé pour le ridiculiser.

31 juillet 1932 : élections au Reichstag . Les nazis sont désormais le plus grand parti d’Allemagne.

12 septembre 1932 : Le nouveau Reichstag se réunit. Papen pense qu’il peut manipuler les nazis , mais ils se rendent compte qu’ils n’ont pas besoin de lui. Les nazis soutiennent le vote du Reichstag pour censurer le régime de Papen imposé par Hindenburg (vote de 513 contre 32). Le Reichstag est dissous et de nouvelles élections sont convoquées pour le 6 novembre.

LES TRAVAUX DE TROTSKY SUR CETTE PÉRIODE :

12 mai 1932 : Entretien avec Montag Morgen

14 septembre 1932 : La seule route

30 octobre 1932 : le bonapartisme allemand

6 novembre 1932 : élection du Reichstag . Les fidèles nazis ont commencé à se lasser des manœuvres politiques d’Hitler pour s’emparer du pouvoir avec précaution. Le moral baisse. Aux élections, les nazis perdent deux millions de voix. Critique : au total vote nazi est maintenant inférieur au combiné SPD - KPD vote . Mais c’est perdu pour le Komintern et le KPD . Ce serait la dernière élection « libre » de l’Allemagne de Weimar – et les nazis n’ont pas réussi à obtenir leur majorité.

17 novembre 1932 : Papen et le cabinet démissionnent.

2 décembre 1932 : Hindenburg nomme Schleicher chancelier « général social ». Schleicher tente une scission à gauche (les bureaucrates syndicaux rompent avec le SPD ) et à droite (les dissidents « nazis de gauche » sous Gregor Strasser rompent avec Hitler).

30 janvier 1933 : Hindenburg nomme Hitler chancelier. Papen est vice-chancelier. Hitler accepte de prendre seulement trois des 11 postes ministériels. Trotsky s’attend à ce que les partis ouvriers résistent à Hitler et se mobilisent. Les dirigeants du SPD disent que « la nomination d’Hitler » est constitutionnelle et interdisent les actions des travailleurs qui pourraient contrarier les nazis . Le KPD , en revanche, dénonce toujours le SPD .

5 mars 1933 : Hitler fait dissoudre le parlement par Hindenburg. À l’approche des nouvelles élections, les réunions du KPD sont interdites. Les presses KDP sont arrêtées. Les nazis prennent finalement le contrôle de la Prusse et de sa police nationale et l’inondent de troupes d’assaut. La terreur commence.

LES TRAVAUX DE TROTSKY SUR CETTE PÉRIODE :

5 février 1933 : avant la décision

23 février 1933 : Le Front uni de défense : une lettre à un ouvrier social-démocrate

27 février 1933 : les nazis mettent le feu au Reichstag et accusent les communistes.

28 février 1933 : le président Hindenburg suspend les garanties constitutionnelles de liberté d’expression, de presse, de réunion, d’association. Des milliers de responsables du KPD et du SPD sont arrêtés. Seuls les nazis et les nationalistes sont autorisés à faire campagne au cours de la dernière semaine avant les élections.

5 mars 1933 : élections du Reichstag . Même avec toute cette oppression « constitutionnelle », les nazis ne pouvaient toujours pas obtenir la majorité. Mais c’était quand même fini. Le KPD appelle à des grèves nationales.

23 mars 1933 : citant la Constitution, Hitler demande au nouveau Reichstag de lui accorder le pouvoir dictatorial. Cela nécessite un vote aux deux tiers du Reichstag. Comme les députés du KPD sont emprisonnés ou quittent le pays, la demande d’Hitler est accordée (441 à 84). Les partis libéraux et conservateurs votent pour. Seuls les autres sociaux-démocrates votent contre.

7 avril 1933 : les staliniens du Komintern se font des illusions sur une révolution prolétarienne qui suivra bientôt la victoire d’Hitler. Pendant qu’il rêve, le KPD est anéanti.

1er mai 1933 : 1er mai. Le SPD restant est une bête différente de ce que Frederick Engels avait connu. Cette créature soutient les diverses « réorganisations » syndicales d’Hitler et encourage les travailleurs à défiler lors du défilé nazi de la « Journée nationale du travail » le 1er mai.

2 mai 1933 : les nazis s’emparent du mouvement syndical et envoient des dirigeants ouvriers dans des camps de concentration.

LES TRAVAUX DE TROTSKY SUR CETTE PÉRIODE :

14 mars 1933 : La tragédie du prolétariat allemand : les ouvriers allemands se relèveront – le stalinisme, jamais !

1933 17 mars : Allemagne et URSS

21 mars 1933 : Hitler et l’Armée rouge

28 mai 1933 : La catastrophe allemande : la responsabilité des dirigeants

10 juin 1933 : Qu’est-ce que le national-socialisme ?

22 juin 1933 : Combien de temps Hitler peut-il rester ?

14 juillet 1933 : Fascisme et slogans démocrates

15 juillet 1933 : il faut rebâtir les partis communistes et l’internationale

20 juillet 1933 : Il est impossible de rester dans la même internationale avec les Staline, Manuilsky, Lozovsky & Co.

1934 : le programme d’Hitler

15 juillet 1934 : Bonapartisme et fascisme

20 août 1940 : Bonapartisme, fascisme et guerre (dernier article de Trotsky)

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0