English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 10 - Livre Dix : SYNDICALISME ET AUTO-ORGANISATION DES TRAVAILLEURS > « Nous voulons du pain et des roses aussi » : la grève du textile de Lawrence (...)

« Nous voulons du pain et des roses aussi » : la grève du textile de Lawrence en 1912

vendredi 29 avril 2022, par Robert Paris

Les manifestants de la grève de Lawrence : les enfants !!!

« Nous voulons du pain et des roses aussi » : la grève du textile de Lawrence en 1912

En ce moment, les travailleurs sont attaqués. Nos salaires et nos avantages sociaux sont réduits et nos conditions de travail se dégradent de plus en plus. Et face à ces attaques, les travailleurs sont divisés. Nous occupons tous des emplois distincts et, au travail, nous sommes séparés de nos collègues. Mais ces sortes de divisions peuvent être surmontées. En 1912, 25 000 travailleurs du textile du Massachusetts ont mené l’une des plus grandes grèves de l’histoire des États-Unis. Les dirigeants de la grève étaient des femmes, et beaucoup d’entre elles étaient des immigrés qui ne pouvaient même pas parler la même langue.

En 1912, Lawrence Massachusetts était une plaque tournante de la production textile. La moitié de la population travaillait dans les usines textiles. Ces travailleurs étaient les travailleurs les moins bien payés, les moins qualifiés et les plus remplaçables. Les plus grandes usines appartenaient à l’American Wool Corporation. En 1911, sa production totale était évaluée à 45 millions de dollars.

Bénéfices pour les patrons et misère pour les travailleurs

La vie des ouvriers était très difficile. Les femmes âgées de 14 à 18 ans représentaient la moitié de la main-d’œuvre. La semaine moyenne de travail était de 56 heures. La malnutrition, le stress et les blessures ont fait des ravages. La vie d’un ouvrier d’usine était en moyenne de 30 ans de moins qu’un professionnel de la classe moyenne. Le président de l’entreprise, William Wood, a été interrogé sur le nombre d’automobiles qu’il possédait et a répondu : « Je ne sais pas, je n’ai pas eu le temps de les compter.

Ils en avaient assez

En 1912, une nouvelle loi a été adoptée réduisant la semaine de travail de deux heures à 54 heures par semaine. Les employeurs ont réduit les salaires des travailleurs pour les heures réduites. Lorsque les ouvriers de l’usine ont vu là le premier chèque, ils ont crié : « Un petit salaire ! Un petit salaire ! », puis « Grève !, Grève ! » et sont sortis. D’autres moulins s’y sont joints.

Nous voulons aussi du pain et des roses

Les grévistes ont été aidés dans leur organisation par les Industrial Workers of the World, un mouvement révolutionnaire qui s’est battu pour organiser la classe ouvrière non seulement pour de meilleures conditions, mais pour que les travailleurs prennent le contrôle et dirigent eux-mêmes la société. Le slogan de la grève était « Du pain et des roses ». Les grévistes voulaient un salaire sur lequel ils pourraient réellement vivre, et ils voulaient s’absenter du travail pour pouvoir profiter de la vie.

Les grévistes ont formé un comité de grève, avec deux représentants pour chaque nationalité. Des fonds ont été collectés et des médecins ont offert leurs services. Ils ont formulé des revendications : augmentation de salaire de 15 pour cent, double salaire pour les heures supplémentaires et aucune discrimination contre les travailleurs pour leur participation à la grève.

Un piquetage de masse a eu lieu. La grève a attiré l’attention nationale, avec des manifestations de soutien dans d’autres villes. Au bout de dix semaines, les propriétaires de moulins ont été contraints de céder aux revendications des grévistes unis.

Comme les ouvriers du moulin en 1912, nous sommes attaqués et divisés. Mais leur exemple montre que même la main-d’œuvre la plus divisée peut se rassembler et se battre pour de meilleures conditions et une meilleure société – pour du pain et des roses.

La grève, forces et faiblesses

La grève s’est déclenchée en janvier lorsqu’un propriétaire a décidé de diminuer les salaires de ses travailleurs au moment de l’entrée en vigueur d’une nouvelle loi réduisant la longueur de la semaine de travail. La grève se répand rapidement à travers la ville, réunissant environ 20 000 ouvriers en une semaine. D’une durée d’environ deux mois, elle fait mentir les syndicats conservateurs de l’American Federation of Labor affirmant que les immigrants, principalement composés de femmes et de groupes ethniques, ne pouvaient pas s’organiser.

A l’origine de cette révolte, Bill Haywood et Elizabeth Gurley Flynn ont mis en place une stratégie implacable : des centaines d’enfants affamés, issus des familles grévistes ont recueilli l’attention et la compassion des états voisins. Ainsi, la mutinerie a suscité l’émoi général et a mis en exergue les dysfonctionnements qui avaient cours dans l’usine à l’origine du mouvement. Une telle attention a mené à l’augmentation des salaires perçus par les travailleurs de l’ordre de vingt pour cent.

Durant la période du 12 janvier au 13 mars inclusivement, le nombre d’arrestations découlant de la grève de Lawrence était de 296. Ce nombre comprend les 5 détenus pour négligence envers les enfants’’ le 24 février ces personnes n’ont jamais été techniquement en état d’arrestation. Plus de 291 ; des arrestations ont été effectuées au cours de la période indiquée ci-dessus, mais seulement 296 attestations concernaient des grévistes ou des personnes liées à la grève, ou en découlent de quelque manière que ce soit, dans de nombreux cas, lorsqu’une personne a été arrêtée, plus d’une charge a été portée contre elle, et lorsque l’affaire a été portée devant le tribunal, les charges ont été tranchées séparément : ainsi, l’une des personnes arrêtées le 15 janvier a été inculpée d’émeute et de port d’arme dangereuse ; sur le premier chef d’accusation, il fut condamné à un an d’emprisonnement et sur le second chef à six mois d’emprisonnement.

Lorsque la grève éclata, les principaux métiers organisés étaient les trieurs de laine, les réparateurs de métiers à tisser et les fileurs de mules, les deux premiers étant indépendants et les derniers « organisation à cent pour cent », le seul affilié aux United Textile Workers of America. Cette faiblesse n’était pas entièrement due, comme on l’a prétendu, au manque d’effort de la part des United Textile Workers pour créer et maintenir des organisations à Lawrence, car au cours des quinze dernières années, au moins dix syndicats ont été organisés dans la ville, le seul les survivants étant les fileurs de mules et les deux syndicats locaux qui avaient fait sécession de leur organisation nationale. Au contraire, la faiblesse était due à de nombreuses causes. Les organisations qui avaient été formées ont été affaiblies par des dissensions dans certains cas jusqu’à ce que des schismes se produisent. Dans la plupart des cas, ils ont succombé à cause de l’opposition discrète ou ouverte des contremaîtres et des contremaîtres - des subordonnés dans les usines. Bien que les propriétaires de moulins ne soient pas accusés d’être à l’origine de cette opposition, ils n’ont donné aucun encouragement aux syndicats, étant simplement indifférents à leur succès ou à leur échec. Puis, en t00, il y eut un antagonisme racial avec une répugnance à payer les cotisations exigées, auxquelles l’élément étranger n’avait pas été éduqué et dont l’avantage n’était pas évident en temps de paix. Face à ces obstacles, la tâche de développer une organisation efficace et stable avec quinze mille personnes non industrielles qui se sont abattues sur Lawrence entre 1905 et 1910 était presque impossible. S’il y avait eu un conseil textile fort à Lawrence, reconnu sinon encouragé par les fabricants, la grève n’aurait pas pu se dérouler de la manière dont elle s’est déclenchée. Avant que les nouveaux horaires n’entrent en vigueur, des conférences auraient eu lieu ; et si aucun accord n’avait été atteint, la grève aurait dû être sanctionnée par un vote du conseil et approuvée par les officiers nationaux avant d’avoir pu être légalement appelée. Pour ce manque d’organisation, une partie de la responsabilité doit peut-être incomber aux Travailleurs unis du textile, qui ne se sont peut-être pas efforcés au maximum d’organiser tous les travailleurs du textile en syndicats affiliés ; et en partie par les fabricants, qui n’encourageaient pas, ou par leurs subordonnés s’opposaient à l’organisation de syndicats réguliers, l’une des forces conservatrices organisées dans le pays à l’heure actuelle.

Malgré l’ancienne opposition et les échecs antérieurs, l’opportunité de se rétablir, que la situation présentait, ne devait pas être perdue par les United Textile Workers, et bien que leur motif ait été remis en question, des réunions ont été convoquées avant l’action des réparateurs de métiers à tisser, par le Lawrence Central Union à envisager des plans pour s’organiser et « mettre de l’ordre dans le chaos ». Le président de ces réunions a clairement indiqué qu’ils ne demandaient à personne d’adhérer à une organisation à l’époque ni ne s’opposaient aux travailleurs industriels du monde à l’égard de la grève. Déplorant le manque d’organisation des ouvriers, il déclara que leur souhait était « d’aboutir à un règlement de la grève au profit des ouvriers ». A une époque où la marée était forte avec l’organisation dont les dirigeants commandaient les grévistes, il était presque impossible de faire beaucoup de progrès, surtout parmi l’élément étranger, dont l’allégeance au corps révolutionnaire était difficile à ébranler. Mais sachant bien que la force de cette organisation atteint son apogée pendant la grève et diminue après sa clôture, les Travailleurs unis du textile ont persévéré, jusqu’à ce que sept syndicats affiliés à eux soient organisés sur une base solide et qu’un conseil du textile soit institué. Après avoir entendu les griefs de plusieurs métiers, leurs principales revendications, qui étaient pour une augmentation de 15 pour cent des salaires, l’abolition du système de primes et pas d’heures supplémentaires (les détails varient selon les usines), ont été formulées, et le 12 février des lettres ont été envoyé, par l’intermédiaire des dirigeants de l’Union centrale du travail, aux agents des diverses usines pour demander des conférences pour en discuter. C’était la voie privilégiée par les trésoriers du moulin et vigoureusement combattue par le comité de grève. Mais ces procédures ont été retardées par l’excitation provoquée par la détention des enfants qui devaient être envoyés à Philadelphie le 24 février. Alors que la grève, dès son début, avait attiré l’attention pour de nombreuses raisons sociales et politiques, rien de fait par les autorités n’a provoqué de excitation que cette action.

Au président de l’American Woolen Co, William M. Wood

De la part du comité de grève des travailleurs du textile de Lawrence

MONSIEUR :

Nous, comité de grévistes, prenons ce moyen de répondre à une déclaration publiée dans les journaux de cette ville et d’ailleurs avec votre nom attaché. Nous avons l’intention d’être aussi brefs que possible dans le traitement de votre lettre ouverte. Jeudi matin, 3 janvier 1912, un comité fit appel aux agents des usines d’Ayer, de Wood et de Washington et s’efforça de tenir une conférence avec ces messieurs, et ainsi s’entendre pacifiquement sur les revendications des ouvriers. Deux des agents ont refusé de traiter avec le comité, tandis que l’autre a conseillé au comité de vous écrire ou de vous consulter à votre bureau de Boston. À la suite de l’avis ci-dessus, le comité a envoyé une lettre à votre adresse contenant les demandes des travailleurs, mais pour une raison ou une autre, la lettre n’a pas reçu de réponse. Avant la grève, les ouvriers italiens ont tenu plusieurs réunions qui ont été largement suivies, et ils ont été très clairs dans leurs revendications. Nous sommes d’avis que vous avez eu amplement le temps d’examiner les demandes des hommes, des femmes et des enfants qui ont fait de l’American Woolen Co. ce qu’elle est aujourd’hui. Compte tenu du fait que les machines ont été améliorées et que, en conséquence, les travailleurs arrêtent de plus en plus de travail, mais ils ne sont pas payés en conséquence, même si le prix de la nourriture, des vêtements et du logement a souvent augmenté de 50 et même de 100 pour cent au cours des dernières années. Nous, le comité, sommes disposés à rencontrer les responsables de l’entreprise à tout moment et à soumettre les doléances des grévistes. S0, si vous croyez en un accord carré, vous ne refuserez pas de nous rencontrer, mais vous vous présenterez immédiatement et tenterez de résoudre le problème. Vous devez garder à l’esprit que ces hommes, femmes et enfants ne se sont pas mis en grève pour des causes légères ou passagères, mais parce qu’ils ne pouvaient plus supporter les fardeaux qui pesaient sur leurs épaules. Il nous semble, ainsi qu’aux grévistes, que l’American Woolen Co. a construit au cours des dernières années plusieurs moulins, qui sont payés selon vos propres chiffres, et l’entreprise a même, dans les pires moments, réussi à verser des dividendes à ses actionnaires. Ainsi en est-il arrivé à ceci : les travailleurs sont d’avis que la seule concurrence qui reste est la lutte entre eux pour un travail misérable à 6 $, 7 $ ou 8 $ par semaine, et ils se sentent chanceux lorsqu’ils parviennent à maintenir un si bas -ensemble d’emplois rémunérés. Vous parlez d’hommes de l’extérieur qui ne connaissent rien à l’industrie textile. Nous, le comité, voudrions savoir si la milice, les policiers spéciaux et les détectives de Pinkerton, récemment amenés dans cette ville, savent quelque chose sur l’industrie textile, sauf à baïonnette et à matraquer les ouvriers honnêtes pour les soumettre ? Votre attention est attirée sur le fait que tous les moulins de cette ville sont plus ou moins touchés. Le comité souhaite donc que la nouvelle soit diffusée qu’il y a une grève générale à Lawrence contre l’esclavage des ouvriers du textile et une opposition unie contre les salaires de famine du passé.

Voici les revendications des grévistes :

1. Augmentation de quinze pour cent des salaires. 2. La suppression de tous les systèmes de bonus ou de primes. 3. Rémunération double pour toutes les heures supplémentaires. 4. Pas de discrimination à l’encontre des grévistes pour activité pendant la grève.

LE COMITE DE GREVE.

Trieurs de laine. — Exiger une avance de 15 pour cent sur la liste des prix, le salaire étant de 16 $.

Les fileuses de mules. — Augmentation de quatre pour cent de la liste de prix, les garçons arrière avancent de 4 pour cent.

Cardeurs et peigneurs — Avancement de 15 pour cent des salaires et suppression du système de primes et des heures supplémentaires.

Filateurs — Quinze pour cent avancent et une fille de ménage leur est rendue. Twisters — Quinze pour cent d’avance, et qu’aucune fille ne sera obligée de courir un côté et demi sans supplément de salaire.

Fixateurs de métiers à tisser. — Augmentation de quinze pour cent des salaires.

Teinturiers et finisseurs — Augmentation de quinze pour cent, temps et un — quart pour les heures supplémentaires après 17 h 30 ; heure et demi pour le samedi après 12 heures ; horaire double les dimanches et jours fériés.

Tisserands. — Premièrement, 15 % d’augmentation des salaires par contrôle ; deuxièmement, le paiement doit être fait au tisserand pour l’arrêt des métiers à tisser sur lesquels le tisserand n’a aucun contrôle, troisièmement, l’abolition du système de double coupe, la longueur de la pièce doit être de 65 yards ; quatrièmement, être payé à la pioche.

Tiroirs de toile et tordeurs de chaîne — Augmentation de quinze pour cent, temps et demi pour les heures supplémentaires pour les tordeurs.

Jack spoolers — Augmentation de 15 pour cent sur la base de 56 heures et abolition du système de primes.

Percheurs. — Augmentation de quinze pour cent, tarif et demi pour les heures supplémentaires.

Aide au salon — Augmentation de 15 pour cent.

Expéditeurs et emballeurs. — Taux et demi pour les heures supplémentaires et majoration de 15 pour cent.

Travailleurs de la salle des cartes en coton. — Augmentation de quinze pour cent.

Commodes et aides Slasher. — Augmentation de quinze pour cent, tarif et demi pour les heures supplémentaires

Cartes et sélecteurs — Augmentation de sept et demi pour cent. Broyeurs. - Pas de demandes.

Pompiers. — Augmentation de quinze pour cent et respect de la loi sur l’emploi des pompiers diplômés.

Commodes Warp, projecteurs et pers. — Augmentation de dix pour cent des salaires, temps et quart pour les heures supplémentaires. Aucune discrimination à faire à l’encontre d’un salarié pour activité durant la grève.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0