English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 16- EDITORIAUX DE LA VOIX DES TRAVAILLEURS > L’esclavage salarié a fait son temps

L’esclavage salarié a fait son temps

mardi 15 décembre 2020, par Robert Paris

« Les ouvriers... doivent inscrire sur leur drapeau le mot d’ordre révolutionnaire : « Abolition du salariat », qui est leur objectif final. »

« Salaire, prix et profit », Karl Marx

Edito

L’esclavage salarié a fait son temps

Si les cas d’intoxication collective par covid les plus cités sont des réunions familiales ou festives (les seules pour lesquels le premier ministre parle d’ « usines à covid » !), les restaurants et bars, les universités, les manifestations et rassemblements, la réalité de la propagation du coronavirus est qu’elle se manifeste en majorité par le travail, via l’entreprise ou les transports en commun au point que chaque salariés risque tous les jours sa vie et celle de ses proches pour continuer à faire fonctionner une machinerie capitaliste qui elle se grippe de plus en plus . Un cluster sur cinq a été détecté dans une entreprise en France et c’est 40% des clusters qui y sont si on inclut les entreprises du secteur de la santé. Et on constate la même chose en Belgique, en Angleterre, aux USA, en Chine, en Inde, au Mexique, partout !!!

La classe ouvrière et les milieux du monde du travail sont pris en étau entre deux menaces de mort : covid et la misère !!! Des usines ou entreprises clusters, il y en a de nombreuses : des usines automobiles comme l’usine Toyota d’Onnaing, l’entreprise Arc international, près de Saint-Omer, l’usine de jambon de Fleury Michon de Pouzauges, l’usine Royal Canin de Cambrai, l’usine Triselec de Lille, l’usine Monique Ranou dans le Finistère, l’usine Getrag de Blanquefort, l’usine Renault de Sandouville et celle de Douai, l’usine PSA de Mulhouse, l’entreprise Enedis de Tourcoing, des chantiers, des entreprises agricoles, des abattoirs, des EPHAD, des hôpitaux, des entreprises de restauration, etc.

Loin de garantir la sécurité des salariés, les mesures des gouvernants ne font que garantir la protection des patrons car il leur suffit d’appliquer ces mesures pour ne pas risquer d’être inquiétés ni de devoir payer quoique ce soit alors que c’est le travail qui a contaminé les salariés !!!

On oblige les ouvriers à continuer ou à reprendre le travail au risque de leur vie dans des secteurs qui n’ont rien d’essentiels à la population mais sont essentiels aux profits capitalistes. Et si on attrape le coronavirus au boulot, ce ne sera pas considéré comme maladie professionnelle !!! Les consignes gouvernementales refusent deux points clef de sécurité : les tests et les appareils de prise de température en entreprise !!! Cela signifient qu’ils sacrifient volontairement les salariés à la maladie et à la mort.

Et, sous prétexte de pandémie, de nombreuses entreprises ont fermé ou envisagent de le faire. Non pas fermé pour confiner mais fermé définitivement.

Travailler pour vivre et vivre en travaillant n’est plus une offre normale du capitalisme qui est passé à l’alternative mourir en masse au travail et perdre tous notre emploi. On ne nous offre pas d’autre choix qu’entre entreprises-clusters et entreprises fermées. La misère grandit dans un monde où, sous prétexte de pandémie ou sans aucun prétexte, aux quatre coins de la planète, les plans de licenciements et fermetures se succèdent à un ryhme accéléré, les précaires sont déjà cuits et les autres sur la sellette. Puisque le grand capital n’est plus capable de nous exploiter en nous salariant, puisqu’il licencie même les salariés en fixe après avoir viré les précaires, puisqu’il n’assure plus un revenu régulier aux exploités, alors a sonné l’heure de le renverser. Puisque le grand capital n’est plus capable de nous exploiter en nous salariant, puisqu’il licencie même les salariés en fixe après avoir viré les précaires, puisqu’il n’assure plus un revenu régulier aux exploités, alors a sonné l’heure de le renverser.

Ce qui meurt aujourd’hui sous nos yeux, ce n’est pas un certain type de fonctionnement capitaliste (mondialisation, financiarisation, surexploitation de la planète, précarisation, fossé grandissant entre riches et pauvres, etc), ce n’est pas un mode de fonctionnement de la société, c’est le salariat lui-même !!! La pandémie n’est qu’une des manifestations de la manière dont le mode de production capitaliste est en train non seulement de faire mourir la classe laborieuse mais aussi de mourir lui-même.

La santé, la sécurité, le bien-être, la paix, la vie de la population travailleuse ne sont plus du tout compatibles avec le capitalisme finissant et il faut donc en finir rapidement avec lui !

Face à l’effondrement généralisé qui frappe violemment toute la société dans tous les pays, dans tous les domaines, à tous les niveaux, on nous bassine partout avec des réponses sur ce que nous devrions souhaiter que fassent les gouvernants, que ce soient en termes économiques ou sociaux ou en termes sanitaires. Chacun y va de ses propositions au pouvoir en place, c’est-à-dire au règne des capitalistes et de leurs servants politiciens. Nous avons déjà de multiples réponses à l’œuvre dans le monde puisque les gouvernants des différents pays se sont gardés de donner exactement les mêmes réponses, que ce soit face à la pandémie ou face à la chute économique et sociale. Cependant, toutes ces réponses restent dans le même cadre : celui du maintien à tout prix du système en place, du capitalisme et de ses conséquences qui aujourd’hui sont la chute inexorable du mode de production comme du mode de vie qui lui était attaché, la chute violente de la santé publique en faisant clairement partie.

L’opération camouflage covid n’empêche pas que l’économie capitaliste s’effondre par pans entiers …

De quelle maladie le capitalisme est-il victime ? Pas d’une pandémie ! Pas du covid ni de ses conséquences confineuses ! Non, le capitalisme se heurte à ses propres limites : celle de sa capacité à cumuler du travail volé sous forme d’accumulation de capital !

Le covid a l’avantage de permettre de propager une peur qui n’accuse pas le capitalisme et, avec cette peur, de tenir les peuples en leur imposant les conséquences catastrophiques de l’effondrement capitaliste.

N’imaginez surtout pas que c’est le capitalisme qui licencie, qui casse les emplois, qui renvoie les intérimaires et les précaires et qui tue les salariés !!! Non, c’est le virus, c’est Covid-19 et les patrons capitalistes n’en sont que les victimes !!!

N’imaginez surtout pas que les organisations qui prétendant agir pour la défense des intérêts des prolétaires (ils ne disent pas cela ainsi bien entendu ces réformistes !) affirmeraient que nous n’accepterons plus de vivre dans une société qui se propose actuellement de supprimer la moitié des emplois de travailleurs du monde et de surexploiter à mort l’autre moitié !!!

Eh bien, selon nous, il ne faut surtout pas imaginer que ce monde où une infime minorité détient toutes les richesses en faisant crever le reste de la population va survivre bien longtemps sans être renversé par la majorité qui prendra le pouvoir en même temps qu’elle se saisira de la totalité des richesses !!!

3 Messages de forum

  • L’esclavage salarié a fait son temps 15 décembre 2020 01:30, par Max

    Ce qui meurt aujourd’hui sous nos yeux, ce n’est pas un certain type de fonctionnement capitaliste (mondialisation, financiarisation, surexploitation de la planète, précarisation, fossé grandissant entre riches et pauvres, etc), ce n’est pas un mode de fonctionnement de la société, c’est le salariat lui-même !!! La pandémie n’est qu’une des manifestations de la manière dont le mode de production capitaliste est en train non seulement de faire mourir la classe laborieuse mais aussi de mourir lui-même.
    Oui , n’oublions jamais que nous sommes l’énorme majorité de la population à être exploitée ou laissé sur le bas côté ...et que nous n’avons jamais choisi notre situation sociale. Nous ne devons pas plus sauver ce système d’exploitation que les Etats qui sont à son chevet. Ce système, nous ne lui devons rien car il nous prend tout depuis notre naissance jusqu’à notre mort et cela depuis des générations. Aujourd hui on nous vole tout , notre vie privé, nos familles, notre travail, nos économies, nos maisons, nos vies.
    Alors que nous reste t il à part le poids de ces chaînes invisibles qui nous tirent vers la tombe du capitalisme ?

    Répondre à ce message

  • L’esclavage salarié a fait son temps 22 décembre 2020 08:58, par Florent

    Une fois encore, les ministres déclarent blanc et le gouvernement décide noir !

    Juste après le ministre de la santé affirmant que le virus version anglaise est sans doute déjà en France et que le gouvernement n’a pas eu tort de retarder la fermeture de la frontière… le gouvernement ferme la frontière avec l’Angleterre, avec « seulement » une quinzaine de jours de retard !!! On se souvient que le ministre de l’Education affirmait que c’était une bêtise totale de confiner les écoles le jour même où le gouvernement décidait ce confinement.

    L’axe essentiel du gouvernement est donc de déboussoler et d’affoler pas de prévenir et de soigner !!!

    Répondre à ce message

  • L’esclavage salarié a fait son temps 26 janvier 05:45, par alain

    La ventilation dans les entreprises est une des princales causes de clusters covid au travail car l’air propage les virus mais le réformer couterait trop cher estiment capitalistes et gouvernants !!!

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0