English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 08- Livre Huit : ACTUALITE DE LA LUTTE DES CLASSES > Coronavirus : pourquoi il est vital de se poser les bonnes questions

Coronavirus : pourquoi il est vital de se poser les bonnes questions

mardi 11 août 2020, par Karob, Louise M.

Coronavirus : pourquoi il est vital de se poser les bonnes questions

Gilets Jaunes Poitiers

Tous les jours toutes les chaines d’infos diffusent la même inquiétude : La 2e vague arrive.

Mais qu’en est-il exactement ?

On a franchi le seuil d’alerte nous rabâchent les médias, puisque le taux d’incidence, le nombre de nouvelles contaminations pour 100.000 habitants, est passé à 50. Pourtant on note que la moyenne nationale est à 5 et demi. Donc si on garde le chiffre de 50 cas pour 100.000 habitants, nous nous rendons vite compte que nous sommes encore très très loin d’un seuil épidémique lors d’une infection à virus respiratoire. Et encore plus, si l’on considère que le seuil épidémique pour chaque épidémie à virus respiratoire (syndromes grippaux) depuis 1985 et jusqu’à 2018 (dernière année pour laquelle le réseau Sentinelles a publié un bilan annuel) a constamment été fixé entre 150 et 200 cas pour 100.000 habitants.

Pourquoi ont-ils diminué le taux des seuils épidémiques pour le covid 19 ?

C’est la première question.

http://www.francesoir.fr/amp/articl...

L’OMS nous avait annoncé une épidémie telle que la grippe espagnole qui ferait des centaines de millions de morts dans le monde, justifiant le confinement, et la mise en place de mesures sanitaires où chacun est devenu une menace mortelle pour son voisin, ses amis, ses parents et grands-parents, où tous dans la rue dans les magasins, nous sommes regardés en chien de faïence, comme un potentiel ennemi. Aujourd’hui, on nous dit que le nombre de cas augmente, puisque les tests sont beaucoup plus nombreux, surtout chez les jeunes qui, et on nous le rabâche à outrance, ne respectent pas les gestes barrières, des jeunes qui pour la plupart sont asymptomatiques donc ne sont pas malades. Pourtant le nombre de patients hospitalisés ou en réanimation est quasi nul, ce qui selon les médecins est la preuve que le virus est affaibli.

Alors dans ce contexte où le seuil épidémique est loin d’être atteint, et où le virus meure,

Et lorsqu’on se penche sur la décision de l’ancien maire de Poitiers, qui avait instauré un couvre-feu dans une ville où le confinement était plus que respecté, dans un département où l’épidémie n’était que peu présente (la Vienne faisant partie des départements les moins touchés de France) pendant que dans d’autres régions où le virus était bien plus actif, les maires n’avaient pas instauré de couvre-feu, on peut se demander quelle va être la décision de la préfète concernant le port du masque obligatoire en plein air ?

En effet, en ce qui concerne le département de la Vienne qui en ce moment récence une personne hospitalisée, et 0 en réanimation, et où le virus a quasi disparu, si tant est qu’il a été présent, le port du masque obligatoire en plein air, serait totalement disproportionné à la situation sanitaire locale et donc inapproprié.

Donc, quel est le bien-fondé de ces décisions qui n’ont rien à voir avec une protection sanitaire de la population ?

C’est la deuxième question.

https://www.bfmtv.com/sante/covid-1...

En outre, il est à noter au niveau national, une baisse des décès en 2020, en comparaison des années 2018 et 2019.

https://www.insee.fr/fr/statistique...

Les questions qui suivent, sont bien évidemment : quand vont-ils décider en France le reconfinement, (à la rentrée ? fin septembre ?) et quelle sera la réaction de la population ?

https://www.msn.com/fr-fr/actualite...

Sans nul doute de descendre dans la rue, et de refuser toutes ces mesures coercitives et répressives inappropriées et démesurées, qui sont non seulement une atteinte à nos libertés mais aussi à nos droits fondamentaux. N’oublions pas que le confinement a déjà fait des centaines de milliers de morts, non pas du coronavirus, mais du fait des hospitalisations et diagnostics retardés, du fait des opérations retardées (près de 90 %), du fait des suicides des personnes en situation fragile, psychologique, et physique, et dans les Ephad ou tout autre établissement social ou de santé, où nos vieux sont morts de solitude due à la rupture de lien social non seulement avec leurs proches mais aussi avec ce qui les maintenait en vie (activités artistiques, coiffeur etc…).

Est-il approprié de mettre la vie de l’ensemble de la population en danger, et la vie des enfants qui ont plus que souffert de l’enfermement ? Des enfants qui n’ont pu échapper à l’angoisse diffusée à souhait chaque jour par le ministère de la santé, devenant un pathétique ministère de la vérité et contre vérité, et du lot de traumatismes dont ils vont devoir se remettre , la vie des enfants livrés à la maltraitance qui a augmenté avec le confinement, la vie des enfants qui dans les situations de précarité dans les quartiers populaires ont été privés du seul repas qu’ils prenaient à l’école ? Est-il approprié de mettre en danger la vie de ceux qui vont perdre leur travail ? Qu’ils soient salariés ou entrepreneurs, et de livrer la majorité des travailleurs à la misère pour épargner un pourcentage infime de la population, des vieux pour la plupart, qui meurent de leurs maladies que le coronavirus comme la grippe ne fait qu’avancer, et non pas d’une maladie mortelle qui devait décimer la moitié de la population. Des morts pour la plupart qui auraient pu être évités, si le système hospitalier avait pu accueillir et soigner comme il se doit, et qui n’ira pas à s’arrangeant avec le Segur de la santé qui prévoit moins de lits et moins de personnel. Partout c’est la casse des systèmes hospitaliers comme aux Etats Unis qui est responsable de la mortalité. Par contre, les morts liées au confinement, on n’en parle pas. Le bilan sera lourd, bien plus lourd que les morts du coronavirus, et il n’est pas fini.

Certains médecins sortent de l’ombre et commencent à prendre la parole à ce sujet.

https://www.levif.be/actualite/inte...

Telles sont les questions qui vont se poser à nous, et incessamment sous peu.

Tant il est évident que le coronavirus n’est que l’instrument qui permet aux classes possédantes d’égarer les travailleurs, de les déboussoler, de les isoler, de les effrayer, de les atomiser, de les diviser et d’empêcher toute prise de conscience des réels enjeux de cette situation, présentant comme un crime le fait de se rassembler, le fait de manifester, le fait de se révolter, le fait de diffuser de vraies informations face aux mensonges officiels, etc..

Tant il est évident que le coronavirus n’est que l’instrument qui permet de cacher la mort définitive et inexorable du système capitaliste. « Si j’avais une heure pour résoudre un problème et que ma vie dépendait de la solution, je passerais les 55 premières minutes à déterminer la bonne question, une fois que je saurais la bonne question, je pourrais résoudre le problème en moins de 5 min ». Albert Einstein

3 Messages de forum

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0