English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 06- Livre Six : POLITIQUE REVOLUTIONNAIRE > 0 - Le programme révolutionnaire > Qu’est-ce qu’un programme de transition ?

Qu’est-ce qu’un programme de transition ?

vendredi 4 juillet 2008, par Robert Paris

SITE Matière et Révolution : www.matierevolution.fr

Pourquoi ce site mêle révolution, sciences, philosophie et politique ?


Pourquoi parler de révolution en sciences ?

La nature en révolution

Léon Trotsky

Programme minimum et programme de transition

La tâche stratégique de la prochaine période - période pré-révolutionnaire d’agitation, de propagande et d’organisation - consiste à surmonter la contradiction entre la maturité des conditions objectives de la révolution et la non-maturité du prolétariat et de son avant-garde (désarroi et découragement de la vieille génération, manque d’expérience de la jeune). Il faut aider les masses, dans le processus de leurs luttes quotidiennes, à trouver le pont entre leurs revendications actuelles et le programme de la révolution socialiste. Ce pont doit consister en un système de REVENDICATIONS TRANSITOIRES, partant des conditions actuelles et de la conscience actuelle de larges couches de la classe ouvrière et conduisant invariablement à une seule et même conclusion : la conquête du pouvoir par le prolétariat.

La social-démocratie classique, qui développa son action à l’époque où le capitalisme était progressiste, divisait son programme en deux parties indépendantes l’une de l’autre : le programme minimum, qui se limitait à des réformes dans le cadre de la société bourgeoise, et le programme maximum, qui promettait pour un avenir indéterminé le remplacement du capitalisme par le socialisme. Entre le programme minimum et le programme maximum, il n’y avait aucun pont. La social-démocratie n’a pas besoin de ce pont, car de socialisme, elle ne parle que les jours de fête.

L’Internationale communiste est entrée dans la voie de la social-démocratie à l’époque du capitalisme pourrissant, alors qu’il ne peut plus être question de réformes sociales systématiques ni de l’élévation du niveau de vie des masses ; alors que la bourgeoisie reprend chaque fois de la main droite le double de ce qu’elle a donné de la main gauche (impôts, droits de douane, inflation, "déflation", vie chère, chômage, réglementation policière des grèves, etc.) ; alors que chaque revendication sérieuse du prolétariat et même chaque revendication progressive de la petite bourgeoisie conduisent inévitablement au-delà des limites de la propriété capitaliste et de l’État bourgeois.

La tâche stratégique de la IV° Internationale ne consiste pas à réformer le capitalisme, mais à le renverser. Son but politique est la conquête du pouvoir par le prolétariat pour réaliser l’expropriation de la bourgeoisie. Cependant, l’accomplissement de cette tâche stratégique est inconcevable sans que soit portée la plus grande attention à toutes les questions de tactique, mêmes petites et partielles.

Toutes les fractions du prolétariat, toutes ses couches, professions et groupes doivent être entraînés dans le mouvement révolutionnaire. Ce qui distingue l’époque actuelle, ce n’est pas qu’elle affranchit le parti révolutionnaire du travail prosaïque de tous les jours, mais qu’elle permet de mener cette lutte en liaison indissoluble avec les tâches de la révolution.

La IV° Internationale ne repousse pas les revendications du vieux programme "minimum", dans la mesure où elles ont conservé quelque force de vie. Elle défend inlassablement les droits démocratiques des ouvriers et leurs conquêtes sociales. Mais elle mène ce travail de tous les jours dans le cadre d’une perspective correcte, réelle, c’est-à-dire révolutionnaire. Dans la mesure où les vieilles revendications partielles "minimum" des masses se heurtent aux tendances destructives et dégradantes du capitalisme décadent - et cela se produit à chaque pas -, la IV° Internationale met en avant un système de REVENDICATIONS TRANSITOIRES dont le sens est de se diriger de plus en plus ouvertement et résolument contre les bases mêmes du régime bourgeois. Le vieux "programme minimum" est constamment dépassé par le PROGRAMME DE TRANSITION dont la tâche consiste en une mobilisation systématique des masses pour la révolution prolétarienne.

3 Messages de forum

  • Qu’est-ce qu’un programme de transition ? 9 octobre 2018 07:01, par alain

    Programme de Transition :
    « La tâche stratégique de la prochaine période — période prérévolutionnaire d’agitation, de propagande et d’organisation — consiste à surmonter la contradiction entre la maturité des conditions objectives de la révolution et la non-maturité du prolétariat et de son avant-garde (désarroi et découragement de la vieille génération, manque d’expérience de la jeune). Il faut aider les masses dans le processus de leurs luttes quotidiennes, à trouver le pont entre leurs revendications actuelles et le programme de la révolution socialiste. Ce pont doit consister en un système de REVENDICATIONS TRANSITOIRES, partant des conditions actuelles et de la conscience actuelle de larges couches de la population et conduisant invariablement à une seule et même conclusion : la conquête du pouvoir par le prolétariat. »

    Mais quelles revendications transitoires adopter aujourd’hui ?

    Répondre à ce message

    • Qu’est-ce qu’un programme de transition ? 9 octobre 2018 15:55, par Max

      "l y a deux dangers dans l’élaboration du programme. Le premier est de s’en tenir à des lignes générales abstraites et de répéter les mots d’ordre généraux sans aucune relation avec les syndicats locaux. Ceci est la direction du sectarisme abstrait. L’autre danger est l’opposé, celui de trop adapter aux conditions spécifiques, de relacher la ligne révolutionnaire générale. Je pense qu’aux Etats-Unis le deuxième danger est le plus immédiat. Je me souviens à ce sujet tout particulièrement du cas de l’armement des piquets de grèves, etc. Quelques camarades avaient peur que ce ne soit pas approprié aux ouvriers, etc... (...)

      Partout je demande : que devrions-nous faire ? Adapter notre programme à la situation objective ou à la mentalité des ouvriers ? Et je pense que cette question doit être posée à tous les camarades qui disent que notre programme n’est pas adapté à la situation en Amérique. Ce programme est un programme scientifique. Il est basé sur une analyse objective de la situation objective. Il ne peut être compris dans son ensemble par les ouvriers. Il serait très bien que l’avant garde le comprenne dans la prochaine période et qu’alors elle s’adres se aux ouvriers : « Vous devez vous défendre du fascisme » Que voulons-nous dire par situation objective ? Ici nous devons analyser les conditions objectives pour une révolution sociale. Ces conditions sont exposées dans les œuvres de Marx-Engels et demeurent inchangées dans leur essence aujourd’hui. D’abord, disait Marx, aucune société ne disparait avant d’avoir épuisé toutes ses possibilités. Qu’est-ce que cela signifie ? Que nous ne pouvons éliminer une société par une volonté subjective, que nous ne pouvons organiser une insurrection comme le firent les Blanquistes. Que signifient les « possibilités » ? Q’une « société ne peut disparaître » ? Tant que la société est capable de développer les forces productives et d’enrichir la nation elle demeure forte et stable. Ce fut la condition de la société basée sur l’esclavage, sur la féodalité, et de la Société capitaliste." citation de LTrotsky Discussion sur le programme de transition (juin 1938 - extraits)

      un pont doit nous servir à enjamber un obstacle ou plusieurs. Hors aujourd hui la situation est effectivement assez différente de 1938 (date du programme de transition) car il n y a eu aucun affrontement sur le terrain de la LDC au point ou la question du pouvoir des travailleurs s’est posée. Il n’y a eu aucun mouvement politique pour représenter cette aspiration embryonnaire mais nécessaire dans des situations de lutte comme en 2011 dans les pays arabes ou les dictatures ont été contestées .Les révolutions sont restées sur un terrain nationaliste car le prolétariat n’avait ni soviet ni parti prolétarien.
      Pourquoi ? parce que la bourgeoisie a retenu les leçons de la LDC et disposer partout des barrages sérieux à ce type d’organisation et que les centrales syndicales comme les partis réformateurs inculquent la culture de la défaite au prolétariat. Pire ils ont réussi à faire croire que nous aurions des intérêts communs avec les exploiteurs .
      Avant même de construire ce fameux pont , nous devons nous débarrasser de cette peur contagieuse qui nous paralyse devant l’obstacle.
      Envoyer les professionnels , les bureaucrates, les experts et autres "je sais tout des luttes" au néant . Couper les ponts déjà moralement avec ces idées qui ne mènent que dans le mur. Combattre ces idées de réformisme au jour le jour même si les travailleurs n’admettent pas, ne sont pas d’accord : quoi de plus logique quand toute la propagande est sur le standard opposé.
      Le risque actuellement le plus grand est un nouvel éffondrement économique menant à l’arrêt économique mondial (qui a été évité 1 fois en 2008 aux USA, 1 fois en 2011 en Europe et 1 fois en chine en 2015) et qui ne pourra plus être relancé par aucune banque centrale.
      Cela voudra dire fermetures massives d’entreprises, de banques, pillage des finances publiques et réquisition des épargnes privés des particuliers. Se préparer à un tel évènement ou ne pas le faire n’est pas un choix anodin. Que faire face à un tsunami ? fermer les yeux ou dire qu’en France jamais cela n’arrivera....
      Cela ne veut pas dire qu’en attendant ce fameux krak, il n y ait rien à faire.... des revendications contre les privatisations des secteurs publiques ou pour la hausse des salaires sont encadrées syndicalement secteur par secteur. Ainsi réclamer leurs élargissements à d’autres secteur et la direction de la lutte par un comité de lutte ou de grève, indépendant des syndicats , paraissent un bon début pour franchir à petite échelle de sérieux obstacles.

      Plus question d’admettre qu’un patron déclare que les caisses de l’entreprise sont vides. Il faut prendre sur ses revenus et biens personnels. Plus question d’admettre qu’un patron nous dise qu’il n’y a plus de travail. Du boulot ou pas, c’est une question de choix du grand capital en fonction de la rentabilité. Ce n’est pas notre problème. Nous exigeons, dans tous les cas, d’être payés. Plus question d’allocations chômage impayées. Plus question d’électricité coupée, de téléphone coupé, de crédits coupés, de compte fermé, d’emplois supprimés. Quand un capitaliste, un banquier, une assurance sont en difficulté, la société trouve des milliards pour le sauver. Imposons qu’il en soit de même quand il s’agit des travailleurs.

      Il faut aussi en finir avec la logique des directions des centrales syndicales qui quémandent des petits accommodements, signent des contre-réformes, divisent les luttes, les lâchent en cours de route et organisent des journées d’action sans lendemain.

      Il faut unir les travailleurs précaires, les chômeurs et ceux qui ont un emploi, les travailleurs du public et du privé, les travailleurs de l’Automobile et ceux de l’Audiovisuel, ceux de la Recherche et ceux de la Construction, ceux de l’Enseignement et ceux des grands magasins. C’est à nous de défendre notre avenir. Personne ne le fera à notre place ! Il ne s’agit pas de défendre chacun notre entreprise mais de défendre collectivement le sort de la classe ouvrière.

      Les travailleurs, s’ils ne veulent pas subir de plein fouet le chômage, la misère, et aussi les dictatures et les guerres, conséquences inévitables de la crise, comme le fascisme et la guerre mondiale ont été des conséquences de la crise de 1929, doivent diriger eux-mêmes leurs luttes aujourd’hui et devront diriger demain la société.

      Répondre à ce message

    • Qu’est-ce qu’un programme de transition ? 10 octobre 2018 09:22, par Robert Paris

      Prenons un exemple : la dernière lutte des cheminots. Nous avons mis en avant une défense du rail public qui n’est pas liée à la conception réformiste. Tout d’abord cela a consisté à remettre en question la revendication des réformistes et opportunistes : reprise par l’Etat de la dette de la SNCF. Nous avons rappelé que cette dette s’est creusé en enrichissant le grand capital et ainsi démontré que c’est lui qui devait payer. Ensuite nous avons démontré que la privatisation qui frappe la SNCF ne la concerne pas elle seule mais l’ensemble du service public et que les cheminots ne pouvaient vaincre seuls pour une attaque qui concerne en fait toute la classe ouvrière. Nous en avons déduit que les cheminots ne pouvaient suivre les faux bergers qui les menaient à l’abattoir et devaient s’organiser eux-mêmes, point crucial de toute revendication transitoire. Et je passe sur la suite du raisonnement. Est transitoire un programme revendicatif qui mène à l’idée que la classe ouvrière devra gouverner et virer la bourgeoisie du pouvoir, ce qui a été notre raisonnement.

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0