English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 04 - Livre Quatre : HISTOIRE CONTEMPORAINE > 25- Guerres impérialistes > Barkhane assez de crimes !! Armée coloniale française hors d’Afrique (...)

Barkhane assez de crimes !! Armée coloniale française hors d’Afrique !!!

mercredi 15 janvier 2020, par Robert Paris

Barkhane assez de crimes !! Armée coloniale française hors d’Afrique !!!

Macron a imposé aux chefs d’Etat africains un sommet pour faire entériner par eux l’occupation militaire française sous la menace non voilée de les livrer aux troupes terroristes s’ils ne le reconnaissent pas comme chef de la nouvelle françafrique !!!

Ces chefs d’Etat se seraient bien passé d’une telle séance de reconnaissance de leur esclavage colonial français alors que les peuples d’Afrique ne veulent plus de l’occupation militaire coloniale française de Barkhane qui ne résout en rien la question du terrorisme et manifestent de plus en plus publiquement leur hostilité à la prétendue protection française.

Lancée le 1er août 2014, l’opération militaire française Barkhane prend la suite des opérations Serval (lancée en janvier 2013) et Épervier (lancée en février 1986) dans les pays suivants : Mali, Niger, Burkina Faso, Tchad, Libye, Côte d’Ivoire (base arrière de l’opération), Cameroun, Nigeria…

Elle prétend combattre des terroristes qui ont tiré leurs armes de la Libye suite au renversement de Kadhafi par la France et les USA. Ces armes n’ont pas été directement données par ces deux pays aux terroristes mais sciemment laissées sur place sans surveillance militaire à disposition de groupes terroristes financés par ces deux pays dans le but de renverser le dictateur libyen, qui était officiellement leur allié jusque là… Depuis que France et USA ont prétendûment « libéré » la Libye, elle est au mains de multiples bandes armées terroristes !!! Et c’est de là que partent les bandes qui ratissent le Sahel lourdement armées et équipées…

Les peuples africains ont de bonnes raisons de ne pas avoir en sympathie l’ « ami français » de leurs dictateurs qui prétend intervenir par pure bontée d’âme et sans avoir aucun intérêts économiques ou stratégiques qui motiveraient de leur part cette lourde dépense en argent et en armes… Depuis tant d’années, l’armée française intervient dans cette région sans avoir jamais réglé la question du terrorisme et même on peut remarquer des recrudescences étonnantes du terrorisme dans ces pays à chaque fois que l’occupation militaire française est contestée…

Bien entendu, cette région est celle du pétrole, du gaz, de l’uranium sans lesquels les trusts français seraient bien plus pauvres…

D’autre part, les civils de la région sont bien souvent les victimes non seulement des terroristes mais des troupes françaises de Barkhane ou des troupes africaines qui lui sont alliées.

Il y a beaucoup plus de militaires français sur le sol ouest-africain en 2020 qu’au lendemain de la vague d’indépendance en 1960… C’est dire le choc des peuples qui constatent que les terroristes et Barkhane servent mutuellement de justification politique et militaire !!

Il est clair pour les peuples d’Afrique que la France instrumentalise le terrorisme. Ainsi, elle s’en est servi pour renvrser une révolte sociale et politique qui menaçait sa domination à Bamako… Elle s’en sert aussi pour s’imposer aux dictateurs du Niger et assurer ainsi ses livraisons en uranium malgré la révolte des populations qui sont victimes des pollutions et maladies liées aux extractions de minerai.

Ces peuples accusent ouvertement la France de recoloniser l’Afrique et elles ont de multiples bonnes raisons de ne pas croire aux bonnes intentions des gouvernants français, que ce soit Sarkozy, Hollande ou Macron ou d’autres…

Ls bavures de l’armée française au Sahel sont multiples, reconnues officiellement ou pas…

Quelques exemples…

Le 30 novembre 2016, dans les environs de Tigabatene, une localité située à une soixantaine de kilomètres de Tessalit, localité proche de la frontière algérienne dans le nord du Mali, Issouf Ag Mohamed avait été chargé par ses parents de rassembler les ânes pour aller chercher de l’eau. Ces parents retrouveront son corps sans vie marqué de nombreux impacts de balles le lendemain dans la zone où il a disparu. La veille, des habitants avaient vu deux hélicoptères de l’armée française survoler la zone puis tirer sur une cible. L’armée française n’a jamais reconnu publiquement avoir tué l’enfant par erreur. Mais le magazine Jeune Afrique a eu accès au PV d’une réunion tenue à huis clos entre l’état-major français et des enquêteurs de l’ONU, qui révèle qu’un officier français a bien reconnu avoir abattu par erreur le jeune malien, avant de l’enterrer en catimini.

L’armée française a annoncé ce mercredi 12 juin avoir tué samedi dernier de façon « non-intentionnelle » trois civils dans la région de Tombouctou, au Mali. Ces morts s’ajoutent au lourd bilan de victimes civiles : depuis le début de la guerre en 2012, plus de 2000 civils ont été tués.

Ainsi, depuis le début de l’intervention française au Mali en janvier 2013, le nombre de victimes civiles n’a que peu baissé dans un premier temps avant d’augmenter de façon effrayante ces derniers mois. Selon un rapport de l’université du Sussex, la guerre au Mali a fait plus du double de victimes civiles entre 2018 et aujourd’hui qu’entre 2013 et 2018 : un peu plus de 700 pour les 5 premières années de conflit contre plus de 1300 pour ces 18 derniers mois.

La France essaie souvent de camoufler des bavures soit en disant que ces civils étaient des terroristes cachés soit en accusant du crime les troupes terroristes mais la vérité finit souvent par percer…

La guerre de la France au Sahel fait deux morts par jour, en moyenne, dont un seul terroriste, et un civil innocent !

L’opération Barkhane

Guerre de la France au Mali

Guerre de la France au Niger

Guerre de la France au Tchad

Le saviez-vous ? L’armée française a libéré la Libye !!!

Troupes françaises hors d’Afrique

1 Message

  • Trois jours avant la réunion, le 13 janvier, des chefs d’États africains membres du G5 Sahel (Maurita-nie, Mali, Niger, Burkina Faso, Tchad) convoqués par Emmanuel Macron à Pau (en France), la capitale malienne a été le théâtre d’une nouvelle manifestation anti-Barkhane.

    Des manifestants, moins nombreux que les précédentes fois car de nombreux dignitaires religieux n’y ont pas fait appel à manifester, ont scandé des slogans hostiles à la présence des troupes françaises au Mali. Le président malien a beau dire que les troupes de Barkhane sont au Mali « à la demande de l’État malien » et que ceux qui manifestent leur hostilité contre la France seraient des ennemis de l’armée malienne, il ne parvient même pas à convaincre ses propres partisans. Des élus du RPM (le parti au pouvoir) ont participé à la manifestation aux côtés des personnalités actuellement déclarées comme opposants.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0