English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 04 - Livre Quatre : HISTOIRE CONTEMPORAINE > 37 - Echos des Emirats > Echos des Emirats

Echos des Emirats

mercredi 1er juillet 2020, par Alex

La presse aux ordres des Emirats Arabes Unis, avare en information sur les conflits sociaux a Abu Dhabi et Dubai, est parfois généreuse quand il s’agit de critiquer les roitelets du Qatar ou d’Oman.

Gulf News est un quotidien anglophone publié à Dubaï (Émirats arabes unis) et créé en 1978. Voici la traduction d’un récent article de ce journal sur une grève annoncée des travailleurs omanais.

Les syndicats sont en passe de défier la loi qui interdit les grèves dans un secteur qui est vital pour l’économie

Muscat : les syndicats du le secteur du pétrole et du gaz d’Oman menacent de se mettre en grève pour protester contre des licenciements massifs dans le secteur en pleine crise des prix du pétrole, défiant les lois qui interdisent les grèves.

La grève débutera le 18 Novembre, la Journée nationale d’Oman, et se poursuivra sera reconduite jusqu’à ce que les autorités répondent aux demandes des travailleurs omanais en mettant un terme aux licenciements, a déclaré à Gulf-News Saud Al Salmi, président du syndicat du pétrole et du gaz.

« Nous nous mettrons en grève pour persuader les autorités omanaises de trouver une solution face à ces licenciements effrayants de plus de 1.300 ressortissants omanais travaillant dans le secteur du pétrole et du gaz", a déclaré Al Salmi.

Al Salmi a souligné que le nombre de ceux qui se mettront en grève n’est pas encore connu et il dépend des travailleurs eux-mêmes de se mettre en grève.

Al Salmi a affirmé que le syndicat ne fonctionne pas contre le gouvernement, mais a souligné que les autorités doivent trouver des solutions très urgentes.

Il ya plus de 20.000 Omanais travaillant dans le secteur du pétrole et du gaz dans le pays, selon Al Salmi, et il ya 25 syndicats dans le secteur du pétrole et du gaz.

Plus de 2.000 familles ont été touchées après le licenciement de leur seul soutiens de famille, ce qui est très tragique et préoccupant, a déclaré Al Salmi.

Le communiqué publié mardi par le syndicat a déclaré que les syndicats vont défier le décret ministériel n ° 575/2013, qui prévoit l’interdiction des grèves dans le secteur du pétrole et du gaz.

Le syndicat a demandé que les autorités omanaises interviennent pour arrêter le nombre croissant de licenciements de travailleurs omanais dans les secteurs du pétrole et du gaz au milieu d’une crise du pétrole qui a eu un effet néfaste sur l’économie. Le pétrole pas cher a réduit les revenus du gouvernement, poussant profondément dans le rouge ; Oman a enregistré un déficit budgétaire de 2,68 milliards de riyals (environ 6 millliards d’euros) dans les huit premiers mois de cette année, basculant d’un excédent de 205,7 millions riyal un an plus tôt.

Le syndicat a également appelé à l’abolition de l’arrêté ministériel qui interdit les grèves dans le secteur.

Les syndicats ont également exigé une nouvelle législation du travail ainsi que la création de tribunaux du travail pour protéger les travailleurs face à des employeurs qu’ils disent avides avides et mauvais payeurs.

Al Salmi a déclaré que la commission compétente qui est présidée par les deux secrétaires du ministère du Pétrole et du Gaz et de l’Emploi Ministère n’a pas réussi à résoudre les cas récents de ces travailleurs mis à pied.

Le comité a été formé pour résoudre les problèmes de travail et les conflits en 2013, lorsque fut publiée la décision ministérielle visant à pour interdire la grève dans les secteur pétrolier et gazier.

Ces Omanais qui ont été licenciés par ces entreprises souffrent car ils ont des prêts à rembourser, des familles à nourrir et maisons à construire, at-il dit.

"Certains de ces travailleurs du mal à payer le loyer de leur maison parce que tout simplement ils n’ont plus aucun revenu".

Al Salmi a cité le cas d’un vieil homme dans la soixantaine qui a été mis à pied récemment tout juste un an avant de prendre sa retraite.

Le nombre de travailleurs omanais qui ont été licenciés par les entreprises contractantes monte à plus de 1300 à ce jour, selon la Fédération générale des syndicats d’Oman.

Les dirigeants de l’entreprise contractante ont justifié leur geste en disant que les compagnies pétrolières avaient annulé les contrats et que cela avait forcé la compagnie à supprimer des emplois.

Une réunion d’urgence de tous les groupes syndicaux opérant dans le secteur du pétrole et du gaz pour envisager des pistes d’action et des mesures préventives au milieu de la menace croissante à l’emploi des ressortissants a eu lieu mardi dernier.

Les syndicats et les grèves ont été légalisés en Oman en 2006, pour respecter les exigences de l’accord de libre-échange Etats-Unis-Oman. Oman est le seul Etat du Golfe avec Bahreïn à avoir en outre une fédération générale des syndicats.

******

Concernant les droits syndicaux à Oman, voir par exemple la page Liberté syndicale / Droit d’organisation à Oman

Echos des Emirats : A bas les attaques d’Etihad conre les personnels navigants !

Les dernières notifications d’Etihad (la compagnie aérienne d’Abu Dhabi) adressées aux personnels navigants sont des attaques à peine voilées dégradant les conditions de travail et annonçant une ponction sur les salaires.

La récupération entre l’aller à Dhaka (Bengladesh) et le retour est supprimée ! Deux vols de près de 6 heures l’un à la suite de l’autre, au nom de la prévention contre les risques ’terroristes’.

Il arrive que les hôtels sous contrat avec Etihad pour loger les personnels en escale ne soient pas aux normes requises. Les personnels ont raison de dénoncer ces mauvaises conditions sur les sites internet publiant les ’avis des clients’. Etihad vient d’envoyer aux personnels une note leur interdisant de s’exprimer à ce sujet, quel que soit le pays où ils se trouvent !

A partir du mois prochain une consommation d’électricité ou d’eau supérieure à un certain seuil donnera lieu à une retenue sur salaire. Au nom de la ’protection de l’environnement’. Le logement charges comprises au frais de l’employeur est inclus dans le contrat signé par les employés d’Etihad. Cette ponction est donc une entorse à ce contrat. De plus certains logement d’Etihad sont situés dans des ensembles encore en chantier, ou l’éclairage extérieur ne fonctionne toujours pas. Les personnels qui y sont logés font depuis des mois des économies d’électricité forcées. Abu Dhabi est une ville anti-écologique, une ville, où marcher ou faire du vélo est risquer sa vie ; une des seules capitales au monde qui n’a pas de métro, de réseau de transport en commun digne de ce nom ! C’est en stoppant le bétonnage spéculatif des îles de Saadyat et de Al Reem au nom de la culture et de l’écologie (Le Louvre, l’Université de New York, la Sorbonne etc) que le gouvernement des Ben Zayed, hommes de paille des trusts américains, français, britanniques, pourrait protéger la nature, pas en baissant les salaires des hôtesses de l’air !

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0