English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 03 - Livre Trois : HISTOIRE > 2eme chapitre : Révolutions de l’Antiquité > Comment a disparu la civilisation Chavín en 200 avant notre ère (...)

Comment a disparu la civilisation Chavín en 200 avant notre ère ?

mercredi 27 mars 2019, par Robert Paris

Lire sur les Amérindiens

Comment a disparu la civilisation Chavín en 200 avant notre ère ?

C’est, après la civilisation de Caral, l’une des premières grandes civilisations andines issues de l’agriculture et rompant avec le mode d’existence des chasseurs-cueilleurs. La société des chasseurs-cueilleurs a décliné et cédé la place pour des raisons climatiques et environnementales, mais aussi sociales, les anciennes sociétés étant combattues violemment par les nouvelles.

A la fin de la période glaciaire, la Côte de l’Amérique du sud entre dans un processus de désertification. Les groupes humains se fixent alors à l’embouchure des rivières qui descendent des Andes. Les changements de climat ayant entraîné la disparition de la plus grande partie du gibier ces populations commencent à exploiter les ressources de l’Océan Pacifique, principalement les coquillages. Cette époque est aussi témoin des premiers essais agricoles.

Le développement de l’agriculture permet la sédentarisation et la concentration de populations, qui 2000 avant JC dominent la céramique et construisent leurs premiers monuments (Kotosh, La Florida, Rio Seco). L’amélioration de l’alimentation favorise les regroupements humains et l’éclosion de centres de civilisations beaucoup plus élaborés.

La culture de Chavín est une civilisation précolombienne qui a influencé l’ensemble des civilisations andines. Elle a émergé vers 1300 av. J.-C. et a vu son apogée vers 800-200 av. J.-C. Elle a disparu brutalement vers 200 av. J.-C. Elle était essentiellement localisée le long du littoral de l’océan Pacifique.

La civilisation de Chavín a introduit le travail du bronze et de l’or en Amérique du Sud. La méthode de travail des métaux était très avancée pour l’époque. Elle pratiquait également d’autres formes d’artisanat, comme la poterie et le tissage. Des stèles qui représentent des félins stylisés en creux, sont attribuées à cette culture. Elle a appris aussi à apprivoiser le lama.

Chavín a eu une importante influence sur deux grandes cultures : Paracas à Ica et Pucará dans l’Altiplano.

A partir de 1300 av. J-C, se développe au coeur des Andes, un centre religieux autour du Dieu Puma : homme-félin aux canines impressionnantes. Il s’agit de Chavin de Huantar. On y pratique le culte du félin, du rapace et du reptile de même qu’aux Dieux-aux-bâtons. Les édifices religieux se construisent. Le temple prend la forme d’un U et est imposant. La position de ce centre religieux a son importance : il contrôlait les routes commerciales vers l’ouest jusqu’au Pacifique à travers deux cols dans la Cordillera Blanca vers l’est jusqu’à l’Amazonie, en descendant le fleuve Mosna. Cette position stratégique contribuait à sa prospérité et lui permettait développer des communications avec des endroits éloignés pendant que se développait le style culturel spécifique par lequel nous pouvons maintenant identifier l’étendue de son influence.

De 800 à 500 av. J-C, son influence s’étend à ses voisins et se marquera dans les productions artistiques. L’expansion de la culture chavin entraînera aussi des progrès techniques dans les domaines du textile et de la métallurgie.

La technique du tissage est bien acquise. L’étoffe est fine et raffinée. Un artisanat du bronze se crée. On invente la soudure, la technique du repoussé et l’alliage or-argent. Il commerce l’obsidienne, la laine des camélidés, les plumes d’oiseaux tropicaux, etc. Leur poterie est l’une des plus belles du Pérou précolombien.

Il est à noter que l’art Chavin ressemble beaucoup à celui des Olmèques (amérique centrale).

Le temple Chavín de Huantar, centre de cette civilisation, est déjà étonnant par sa localisation, à plus de 3000 mètres d’altitude et 3 heures de route depuis la ville d’Huaraz. Inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, ce temple était le centre névralgique de la civilisation Chavín, dont l’existence s’étendrait de 1000 à 200 avant J.-C. Sa position était alors centrale car il est situé au croisement des routes commerciales de l’époque. Le site était alors un important lieu de pélerinage et son aire d’influence devait s’étendre de la côté Pacifique à l’Amazonie. L’extérieur du temple est orné de bas-reliefs et de sculptures de têtes zoomorphiques alignées et incrustées dans le temple. À l’intérieur, on trouve un dédale de tunnels, de plateformes et de terrasses en granit. Sous le temple, un système de galeries à l’acoustique très particulière produit des effets sonores étranges dans le site. Une hypothèse est que les autorités religieuses de l’époque aient utilisé cet ingénieux système, et probablement aussi des substances hallucinogènes, pour convaincre les visiteurs de la puissance des divinités Chavín.

La civilisation Chavín, mère des civilisations andines :

« Considérée comme la mère de toutes les civilisations andines, la culture Chavín reste une des plus mystérieuses malgré les nombreuses fouilles effectuées à ce jour… Contemporain des grands bâtisseurs égyptiens, la civilisation Chavín est au Pérou ce que la civilisation égyptienne est à l’Afrique : un des joyaux de l’antiquité.

Le site de Chavín se caractérise par de nombreux bâtiments en pierre taillées, de terrasses autour de places. Il possède un dédale de galeries ayant tout un réseau complexe de canalisations et de conduits de ventilation, très avancé pour l’époque.

Les bâtiments en forme de pyramide de pierres sont percés de nombreuses chambres et de passages intérieurs, ornés de bas relief, représentant des figures stylisées d’apparence humaines et animales.

La disparition de la civilisation Chavín et l’abandon de la cité aux alentours de 200 av J-C, reste lui aussi un grand mystère, il n’en reste pas moins le témoignage de ce qui donnera naissance à d’autres civilisations andines toutes aussi extraordinaires. »

source

La culture Chavín au Pérou :

« La culture de Chavín, une civilisation d’Amérique du Sud ne disposant pas de l’écriture, mit en place un réseau d’échanges et d’agriculture développé vers 900 avant notre ère, selon certaines estimations et découvertes archéologiques. Des artefacts ont été découverts sur un site appelé Chavín au Pérou moderne à une altitude de 3 177 mètres. La civilisation de Chavín a duré de 900 à 200 avant notre ère.

Chavín est la période finale du long processus de domestication des plantes et des animaux (néolithique). À cette époque, les arts de l’élevage, tels que l’agriculture et la construction, ainsi que la fabrication - y compris la métallurgie - étaient déjà intégrés aux domaines de la pratique sociale. Ce n’est donc pas une étape "initiale" dans ce sens ; c’est en revanche dans l’intensification des fonctions des centres cérémoniels, qui sont devenus les axes du développement économique.

La culture Chavín est une civilisation qui s’est développée dans les Andes du nord du Pérou entre 900 ans av. jusqu’à 200 av. Le découvreur de la culture Chavín est l’archéologue Julio Tello, qui l’a désignée comme la culture mère des civilisations andines du Pérou, mais les découvertes archéologiques montrent que la culture Caral est la plus ancienne des civilisations andines et serait une source d’irradiation. culturel. La culture de Chavín a été développée dans la phase de formation de l’histoire du Pérou et appartient aux cultures du premier horizon culturel.

La culture de Chavín tire son origine du temple appelé Chavín de Huántar, dans le département d’Ancash, à 300 kilomètres au nord de la ville de Lima. Les habitants de Chavín étaient probablement originaires des régions de la jungle, car ils utilisaient beaucoup d’iconographie de la jungle comme figure du jaguar, du caïman et de l’anaconda.

Le site archéologique de Chavín de Huántar a été construit autour de 900 avant JC. et c’était le centre religieux du peuple Chavín …

Organisation socio-politique

L’État de Chavín était théocratique, contrôlé par les "prêtres" (spécialistes) qui gouvernaient au nom des dieux de Chavín.

La société Chavín était classiste, les prêtres et les guerriers accaparaient les ressources, tandis que le peuple était exploité pour en produire plus.

Les plus qualifiés se sont distingués dans la communauté et ont fini par devenir des chefs, des chefs et des officiers. Ces dirigeants ont obligé la communauté à produire davantage et ont fini par s’imposer aux autres, grâce à la connaissance de la nature des "prêtres". Les dirigeants de Chavín auraient construit avec succès les grands bâtiments en l’honneur des dieux. La principale raison du progrès de Chavín de Huántar était son agriculture moderne, productive et innovante à son époque.

La société Chavín adorait le dieu Jaguar ou Puma, dirigée par un prêtre-roi représentant la caste dirigeante (prêtres et guerriers).

Les prêtres

La caste des prêtres était composée de spécialistes, de scientifiques qui dominaient la science de l’astronomie, ce qui leur donnait une grande influence et un puissant pouvoir. Ils étaient également de grands techniciens agricoles et de "ingénieurs en hydraulique".

La noblesse de la guerre

Elle était responsable de contenir les ravages des invasions ou des révoltes dans les régions de la culture de Chavín. Cette société a maintenu l’hégémonie, soit pour protéger son modus vivendi, soit une armée capable de garantir les conditions nécessaires à son développement et à sa zone d’expansion.

La ville

C’était la masse populaire qui devait rendre des hommages aux dieux et aux dirigeants de Chavín.

Activités économiques

Au début de la civilisation de Chavín, ses activités économiques principales étaient la cueillette de plantes sauvages et la chasse aux animaux.

Agriculture

Les habitants de Chavín avaient une agriculture assez développée - le maïs - leur principale source de nourriture - citrouille, haricots, courge, coton, pommes de terre, quinoa et arachides. Les habitants du secteur de la côte ont été principalement empêchés de pêcher.

La principale raison du progrès de Chavín de Huántar est qu’elle est devenue l’agriculture la plus moderne, la plus productive et la plus innovante de son époque et que, dans cette agriculture, le maïs - connu en langue quechua sous le nom de SARA OR ARA - et le maïs - ou maïs sucré, connu sous le nom de HUANSA - occupe le site principal avec ses dérivés, dont la chicha de jora, qui est devenue sa source de richesse et de domination. Il semble que le troc était la méthode de paiement du maïs. Ce troc se généralisa et fut la modalité dominante dans leurs transactions, de Chavín de Huántar à l’empire Inca.

Bétail

Ils élevaient des cobayes, ils domestiquaient des auquénidos comme des lamas.

Activités principales : récolte, chasse et pêche.

Nouvelles activités (spécialisées) : agriculture, élevage, textile, orfèvrerie, architecture, sculpture, peinture et autres arts.

Les Ayllu sont devenus plus importants pour augmenter la production du peuple Chavín.

Ils ont construit leurs maisons en pisé ou en pierre, avec le toit de chaume, et les ont installés près des rivières, pour faciliter l’irrigation de leurs cultures. Les morts ont été enterrés dans le désert, au fond de profondes fosses. Ils étaient accompagnés de différentes offrandes funéraires, telles que des récipients en céramique, des outils de travail et certains aliments, tels que des haricots et des épis de maïs.

L’orfèvre

Ils ont utilisé de l’or avec lequel ils ont réalisé de grandes œuvres, telles que le collier Kunturwasi et le trésor de Chongoyape (boucles d’oreilles, bagues, bagues de nez).

Tissus peints

Ils ont été fabriqués dans le but de faire connaître leurs dieux ailleurs, comme à Ica, Ayacucho, pour leur transport facile, car il était impossible de porter les pierres sculptées par leur poids excessif. »

Wikipedia :

« Cette civilisation a émergé vers 1000 av. J.-C. et a vu son apogée vers 800-200 av. J.-C. La civilisation de Chavín a introduit le travail du bronze et de l’or en Amérique du Sud. La méthode de travail des métaux était très avancée pour l’époque. Elle pratiquait également d’autres formes d’artisanat, comme la poterie et le tissage. Des stèles qui représentent des félins stylisés en creux, sont attribuées à cette culture. Ils apprirent aussi à apprivoiser le lama.

Chavín, ou la culture Chavín, est une culture archéologique de l’ancien Pérou qui a développé au cours de la petite Horizon (1200 av. J.-C-200 J.-C.) a été centrée sur le développement dans la ville de Chavín, qui se trouve à 2 km de la confluence des rivières et Mosna Huachecsa dans le bassin supérieur de la rivière Maranon (dans l’actuel département de Ancash).

Traditionnellement, le développement historique de Chavín est considéré comme un "horizon culturel" en raison de ses influences artistiques et religieuses présentes dans d’autres cultures contemporaines. Une grande partie de ce développement historique est pour formatif spécifiquement au Moyen-formatives et formative dont les caractéristiques, intensification du culte religieux, l’apparition de étroitement liés aux centres cérémoniels en céramique, intensification de maïs et de pommes de terre, l’amélioration des techniques agricoles et le développement de la métallurgie et des textiles.

C’est l’archéologue Julio C. Tello qui a découvert et considéré comme la « culture mère » ou « mère des civilisations des Andes, et l’origine amazonien ont cependant été découvertes récentes suggèrent que la civilisation de Caral -De période Precerámico Tardío- il est plus vieux que Chavín.

Tello a déclaré que la culture de Chavín était d’origine amazonienne en raison des multiples représentations de l’iconographie de la jungle dans ses manifestations artistiques, notamment en céramique. À son apogée Chavín, principal centre Chavín, aujourd’hui patrimoine culturel, était un important centre cérémoniel et le centre de rayonnement culturel dont l’influence étendue à travers une grande partie de la côte et hauts plateaux des Andes péruviennes. Selon certaines théories, dans l’état théocratique chavín, le plus habile de par ses connaissances astronomiques, le climat environnemental et le climat se distinguaient dans sa communauté et finissaient par devenir des prêtres et des chefs. Il y a trois classes distinctes :

Les prêtres : La caste des prêtres, la classe dirigeante, avait une connaissance de l’astronomie, du temps et du climat qui leur conférait une grande influence et une grande puissance. Ils étaient également de grands techniciens agricoles, des ingénieurs et des spécialistes des arts.

Le peuple : La classe dominée, composée de la masse populaire, c’est-à-dire des agriculteurs et des éleveurs, au service de la caste des prêtres.

La noblesse guerrière : elle était chargée de contenir les perturbations dans les régions de la culture Chavín.

L’architecture s’étend sur tout le territoire, caractérisée par des structures en forme de U, des plates-formes, des pyramides tronquées, des carrés creux ou rectangulaires et des puits circulaires. Leurs constructions sont principalement lithiques (en pierre), bien qu’à certains endroits, notamment Sur la côte, ils utilisaient aussi de la boue et du pisé.

L’exemple principal de l’architecture de Chavín est le sanctuaire de Chavín de Huántar, dont la construction peut être divisée en deux phases : la première phase correspond à la construction du Vieux Temple (1200-500 av. J.-C.) et la seconde, correspondant à la construction du nouveau temple (500-200 av. JC). »

Histoire du Pérou :

« La culture Chavín était une société de classes, de prêtres et de guerriers accumulant des ressources, tandis que les gens étaient exploités pour en produire plus. La majorité des entreprises qui se démarquaient dans la communauté ont fini par devenir des chefs, des chefs et des officiers. Ces dirigeants ont forcé la communauté à produire davantage et ont fini par imposer aux autres par la connaissance de la "Prêtre" de la nature. Les dirigeants de Chavín ont réussi à construire de grands bâtiments en l’honneur des dieux. La principale raison du progrès de Chavín de Huantar était une agriculture moderne, productive et innovante. Les prêtres : la caste des prêtres étaient les spécialistes, les scientifiques qui dominaient la science de l’astronomie, ce qui leur donnait une grande influence et un grand pouvoir ; les techniciens agricoles étaient également de grands "ingénieurs en hydraulique". Noblesse guerrier : Il était chargé de contenir l’assaut des invasions et des troubles dans les régions de la culture Chavín. La compagnie a maintenu l’hégémonie, soit pour protéger son modus vivendi, soit dotée d’une armée capable de garantir les conditions nécessaires à son développement.

Le peuple : Ce sont les masses populaires qui ont dû rendre hommage aux dieux et aux dirigeants. »

Organisation sociale de Chavín :

« L’État de Chavín était théocratique, contrôlé par les "prêtres" (spécialistes) qui gouvernaient au nom des dieux de Chavín.

La société de Chavín était classiste, les prêtres et les guerriers monopolisaient les ressources, tandis que le peuple était exploité pour en produire plus.

Les plus qualifiés se sont distingués dans la communauté et ont fini par devenir des chefs, des chefs et des officiers. Ces dirigeants ont forcé la communauté à produire plus et ont fini par s’imposer aux autres, grâce à la connaissance de la nature "Prêtres".

Les dirigeants de Chavín auraient construit avec succès les grands bâtiments en l’honneur des dieux. La principale raison du progrès de Chavín de Huántar était son agriculture moderne, productive et innovante à son époque.

La société Chavín était théocratique, adorait le dieu Jaguar ou Puma, et était dirigée par un prêtre-roi représentant la caste dirigeante (prêtres et guerriers).

Les prêtres : la caste des prêtres étaient les spécialistes, les scientifiques qui dominaient la science de l’astronomie, qui leur donnait une grande influence et puissance, étaient également de grands techniciens agricoles "ingénieurs en hydraulique".

La Noblesse Guerrière : Il était responsable de contenir les ravages des invasions ou des révoltes dans les régions de la culture Chavín. Cette société a maintenu l’hégémonie, soit pour protéger son modus vivendi, soit une armée capable de garantir les conditions nécessaires à son développement et à sa zone d’expansion.

El Pueblo : C’était la masse populaire qui devait rendre des hommages aux dieux et aux dirigeants de Chavín. »

Organisation sociale et politique :

« L’organisation sociale et politique de la culture Chavín était basée sur la théocratie, c’est-à-dire que c’est la forme de gouvernement où la religion et le gouvernement sont fortement impliqués, où les politiques du gouvernement sont fortement influencées par les chefs religieux.

Dans le cas de la culture de Chavín, la religion était régie par la connaissance du climat, de l’environnement et de l’astronomie. En étant ceux-ci les grands influenceurs pour l’organisation sociale et politique du peuple.

À l’époque archaïque, il n’y avait pas de divisions culturelles ou sociales dans les villages. Cependant, avec l’apparition de temples, de croyances et de religions, une classe de prêtres jouissant d’un pouvoir plus grand, contrairement aux autres colons, apparaissait comme une inégalité.

Trouver 3 classes sociales comme :

Les prêtres dans l’organisation de Chavín

La classe sociale de la plus grande hiérarchie, ceci en raison de la grande connaissance des 3 domaines que nous avons mentionnés précédemment comme le climat, l’environnement et l’astronomie. Contrairement aux autres classes sociales, cette connaissance leur donnait un pouvoir sur les autres.

Le peuple dans l’organisation de Chavín

C’est la classe sociale dominée par la précédente, d’un profil plus ouvrier qui a travaillé dans le travail de l’agriculture et de l’élevage.

La noblesse dans l’organisation de Chavín

C’était la classe sociale des guerriers chargée de maintenir l’ordre dans la ville. »

La disparition de la civilisation de Chavín a eu lieu vant même la montée du pouvoir incas, ce qui se marque par le fait que les Incas ne prirent même pas la peine de faire desservir Chavín par le chemin de l’Incas…

Certains auteurs affirment que la société Chavín s’est tout simplement effacée devant la montée d’autres sociétés mais c’est une rêverie : une classe sociale dominante ne disparait et ne s’autodissous pas ainsi !!! Voir ici un exemple de ce type de raisonnement

Une interprétation socio-économique affirme que :

« Lorsque les populations se sont organisées en villages et en Etats, les petites agglomérations commencent à s’étendre. Cela coïncide avec la disparition de la culture Chavín. Durant cette période, chaque région s’isole et créé ses propres entités politiques. Chacune possède son développement culturel. »

source

On peut lire également cette interprétation :

« Environ 1000 ans avant J.C., voire un peu plus, apparaît une nouvelle aire culturelle qui s’étend à partir des Andes centrales jusqu’aux régions proches de la forêt amazonienne et à la Côte Pacifique. Il ne s’agit pas encore d’un état, mais d’un ensemble de chefferies à caractère théocratique. De nombreux lieux de culte sont bâtis. Le principal est CHAVIN DE HUANTAR sur le versant oriental de la cordillère. Ce temple en pierre comporte de nombreuses sculptures, en particulier les fameuses têtes clouées dans les murs de l’édifice, la stèle Raymondi, l’Obélisque Tello le "lanzon" la représentation la plus ancienne cet ensemble, retrouvé dans la partie souterraine du temple. La culture Chavin intègre des éléments venus des Andes et de l’Amazonie. Trois éléments jouent un rôle fondamental : le jaguar, le rapace (aigle ou condor), le serpent qui peut devenir éclair. Ces trois éléments mythiques et symboliques vont se retrouver dans toutes les civilisations qui succéderont à Chavin. Ils constituent les motifs principaux de la céramique très élaborée de cette époque, une céramique qui, par son réalisme, nous apporte de précieuses informations sur la vie et l’environnement des populations. A la fin de cette période l’homme andin maîtrise suffisamment son milieu pour passer à de nouvelles formes de sociétés. De grands caciquats se développent, en même temps qu’apparaît la spécialisation des fonctions au sein de l’élite. »

source

On peut lire également l’inteprétation de l’absence d’un Etat :

« L’influence religieuse et culturelle de Chavín avait unifié le Pérou par des moyens pacifiques mais il a entraîné le développement de classes privilégiées et des inégalités de richesse qui ne pouvaient pas être maintenues seulement par l’idéologie. En l’absence d’une compétence militaire centrale, l’hégémonie culturelle de Chavín s’est désintégrée en d’innombrables groupes locaux. Des forteresses ont été construites aux sommets des collines un peu partout, chaque petit groupe luttant pour maintenir et augmenter sa part de l’héritage de Chavín. Finalement, des entités régionales se sont développées, chacune avec ses propres caractéristiques distinctives. »

source

Nos conclusions provisoires :

L’argument de l’absence d’Etat alors que des classes sociales s’affrontent nous semble pertinent d’autant que bien des civilisations suivantes vont développer des appareils d’Etat. En ce qui concerne Chavin, il ne s’agit pas encore d’un état, mais d’un ensemble de chefferies à caractère théocratique.

La question devient donc : Chavin disposait-il d’un Etat ou pas ? Et on peut dire que les textes qui précèdent dénotent des divergences fondamentales sur cette question…

Il y a souvent une confusion entre société de classes sociales et apparition d’un Etat au service de la classe possédante. Partout dans le monde, il y a eu de nombreuses sociétés où s’étaient développée une société de classe, avec des démarcations claires, sans que l’Etat ait été fondé. Il y a eu des chefs, des rois ou des dirigeants religieux mais l’appareil d’Etat n’avait pas encore été construit et, quand la révolution sociale a éclaté, le régime politique et social a été violemment balayé sans être capable de riposter.

On réalise rarement que, par exemple, la Grèce antique, avant l’Etat athénien, n’avait pas d’appareil d’Etat et que le pouvoir des villes y chutait aisément sous les coups des révolutions sociales et politiques…

La culture de Chavin n’avait pas d’Etat. Le centre d’un Etat aurait été dans une grande ville, en plaine, pas seulement dans un sanctuaire de haute montagne fût-il au carrefour des routes reliant les régions agraires…

Lire encore :

Emergence de la culture Chavin (en espagnol)

L’énigme de Chavin

La civilisation souterraine

LIRE AUSSI :

Pourquoi et comment l’empire Olmèque a-t-il disparu ?

La révolution sociale qui a renversé la civilisation de Teotihuacán

La chute de la civilisation maya sous les coups de la révolution sociale

La disparition soudaine de la civilisation des Anasazis

La chute de Tula et des Toltèques

La chute de la société Huarpa

La chute de la ville d’El Tajin, capitale des Totonaques, en 1200 et son abandon en 1230

La révolte des Indiens d’Amérique

Révolutions en Méso-Amérique antique

Liste des peuples indigènes des Amériques

La gens iroquoise

La grande fédération iroquoise

Démocratie indienne

La Fédération des Sept Feux

Quand la France colonisait les Indiens des Amériques

L’élimination des Indiens de la forêt amazonienne

Le massacre des peuples indiens du Guatemala

Pourquoi l’empire aztèque a-t-il été aussi facile à abattre pour une poignée de conquérants espagnols ?

L’empire incas, naissance et mort

Quand la France colonisait les Indiens des Amériques

L’élimination des Indiens de la forêt amazonienne

L’élimination des Inuits

Le génocide colonial français des peuples amérindiens caraïbes des Petites Antilles de 1625-1660

Le massacre des Indiens d’Amérique entre 1800 et 1830

"Tuez-nous et enterrez-nous ici" : un appel désespéré d’Indiens menacés d’expulsion

Le massacre des Indiens du Guatemala par le pouvoir militaire

Administration indienne et démocratie directe

L’histoire de la conquête du Brésil par les Occidentaux

L’effondrement de la civilisation Mochica (dite aussi Moche)

L’étonnante civilisation de Nazca et sa chute brutale suivie d’une complète disparition

Les trois chutes (et la disparition finale), en 750, en 1100, en 1300 de notre ère, de la civilisation péruvienne Lambayèque (ou Sicàn)

La civilisation des Indiens du Mississippi, disparue à l’issue d’une guerre civile, avant le début de la colonisation européenne

La caída de las antiguas civilizaciones de los Indios de las Americas y su relación con la revolución social

Quelques idées fausses sur les Indiens des Amériques

Pourquoi la civilisation de Caral (Pérou) a brutalement et totalement disparu en 1500 avant notre ère ?

Luttes de classes dans les sociétés amérindiennes précolombiennes

La disparition des civilisations précolombiennes est-elle un mystère ?

Bibliographie Amérique précolombienne

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0