English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 06- Livre Six : POLITIQUE REVOLUTIONNAIRE > 1-2 Réformisme et fascisme contre la révolution sociale > Guatemala : quand les classes possédantes, se sentant menacées par une montée (...)

Guatemala : quand les classes possédantes, se sentant menacées par une montée de la révolte, deviennent des assassins de masse

lundi 28 janvier 2019, par Robert Paris

Guatemala : quand les classes possédantes, se sentant menacées par une montée de la révolte, deviennent des assassins de masse

Lire aussi :

Guatemala : le génocide "oublié". Quelle raison pour le massacre de 200.000 à 300.000 personnes par les classes dirigeantes guatémaltèque et américaine ?

Les dictatures militaires du Guatemala successives, émanation des classes possédantes, ont organisé de véritables génocides estimés à 300.000 morts !

Les principales victimes ont été les paysans indiens maya (pour lequel on peut vraiment parler de génocide), mais il y en a eu bien d’autres : des ouvriers, des syndicalistes, des journalistes, des étudiants, des lycéens, des opposants politiques…

En 1821, quand le Guatemala accède à l’indépendance, le pays, qui est un territoire indien exploité par des colons blancs qui ont transformé les Indiens en serfs, va le rester. Ce sont les possesseurs des productions de café qui détiennent le pouvoir et, pour les paysans indiens, c’est désormais le travail obligatoire qui est la règle, en particulier dans les fincas de la Côte Pacifique. La production essentielle de ces grandes propriétés est la culture du café pour l’exportation, production qui s’appuie sur le contrôle coercitif de la main d’œuvre indienne, contrôle qui va s’accroitre avec la pénétration des trusts nord-américains au Guatemala, et leur contrôle sur le pouvoir d’Etat, tout particulièrement sur la haute hiérarchie de l’armée. L’un de ces trusts américains omniprésents et omnipotents au Guatemala était bien entendu le trop fameux UFCO, c’est-à-dire l’United Fruit Company, l’empire bananier.

A part le court intermède des gouvernements civils libéraux (1945-1954) pendant lequel ils ont prétendu effectuer une petite réforme agraire et racheter 160.000 hectares de terres à l’UFCO (pour laquelle cette dernière réclamait 16 millions de dollars alors que ces terres n’étaient déclarées aux impôts que pour 160.000 dollars), jamais les grands propriétaires , en particulier américains, n’ont jamais été inquiétés. Cependant, les grands propriétaires, l’armée du Guatemala et les USA en prenaient prétexte pour renverser le gouvernement civil légal de Jacobo Arbenz, traité tout à fait injustement de communiste ! Allaient suivre des dizaines d’années de dictature militaire, dont le bilan est clair :

- Julio César Méndez Montenegro (1966-1970) : sous son régime, le chef d’Etat major Araña Osorio conduit, avec le soutien d’instructeurs militaires venus des États-Unis une brutale campagne de répression contre les organisations de gauche. Autour de 8 000 assassinats politiques sont dénombrés entre 1966 et 19681.

- Araña Osorio (1970-1974), dit « le chacal » : il se déclare déterminé à « transformer, s’il le faut, le pays en cimetière, pour restaurer la paix civile ». Entre 1970 et 1978, 20 000 personnes sont tuées par le régime militaire.

Le recours systématique au terrorisme d’État qui est apparu en 1966 sous le président Julio César Méndez a persisté sous Araña ; Les "escadrons de la mort" parrainés par le gouvernement sont restés actifs et les forces de sécurité régulièrement arrêtées, disparues, torturées et exécutées de manière extrajudiciaire, des leaders étudiants, des sympathisants présumés de la guérilla et des syndicalistes. On estime que plus de 20 000 Guatémaltèques ont été tués ou "ont disparu" sous l’administration Araña.

L’État de siège s’accompagnait d’une répression accrue du gouvernement sous forme d’enlèvements, de tortures, de disparitions forcées et d’exécutions extrajudiciaires. Un bulletin secret de la US Defense Intelligence Agency publié en janvier 1971 expliquait comment les forces de sécurité guatémaltèques "éliminaient discrètement" des centaines de "terroristes et bandits" présumés dans la campagne guatémaltèque [19]. Bien que la répression se poursuive à la campagne, la "Terreur blanche" de la période Araña était principalement urbaine et dirigée contre les vestiges de l’insurrection qui existait principalement dans la ville. Des journalistes étrangers ont déclaré à la haute direction que des forces gouvernementales ou des escadrons de la mort paramilitaires avaient été exécutés au cours des deux premiers mois de "l’Etat de siège". Selon Amnesty International et des organisations nationales de défense des droits humains telles que le « Comité des familles de personnes disparues », plus de 7 000 opposants civils aux forces de sécurité ont « disparu » ou ont été retrouvés morts en 1970 et 1971, suivis de 8 000 autres en 1972 et 1973.

En octobre 1971, plus de 12 000 étudiants de l’Université de San Carlos, au Guatemala, se sont mis en grève générale pour protester contre le meurtre d’étudiants par les forces de sécurité. Ils ont appelé à la fin de "l’état de siège". Le 27 novembre 1971, l’armée guatémaltèque a réagi au soulèvement en effectuant une vaste opération sur le campus principal de l’université, à la recherche d’armes dissimulées. Il a mobilisé 800 membres de l’armée, ainsi que des chars, des hélicoptères et des véhicules blindés, pour le raid. Ils ont fouillé pièce par pièce tout le campus, mais ils n’ont trouvé aucune preuve ni aucun matériel.

L ’"état de siège" est resté en vigueur jusqu’à la fin de 1972, lorsque le régime d’Osorio a annoncé la défaite militaire de l’insurrection. La fin de "l’état de siège" a coïncidé avec la disparition forcée d’une grande partie du comité central du TCP. Entre janvier et septembre 1973, la Commission guatémaltèque des droits de l’homme a documenté les morts et les disparitions forcées de 1 314 personnes par les escadrons de la mort du gouvernement. La répression a conduit le gouvernement guatémaltèque à être qualifié par les organisations internationales de défense des droits de l’homme de régime parmi les plus répressifs au monde. Amnesty International a mentionné le Guatemala comme l’un des pays frappés par l’état d’urgence, tout en citant "le nombre élevé de disparitions de citoyens guatémaltèques" comme un problème majeur et persistant dans son rapport annuel de 1972-1973. La Commission guatémaltèque des droits de l’homme a estimé à 20 000 le nombre de personnes tuées ou "disparues" entre 1970 et 1974 sous le gouvernement Araña.

Sous Araña, les escadrons de la mort étaient utilisés non seulement comme tactique de contre-insurrection, mais également comme tactique de lutte contre le crime. Lors d’un incident survenu le 13 octobre 1972, dix personnes ont été assassinées au nom d’un escadron de la mort connu sous le nom de "vautour vengeur". Des sources gouvernementales guatémaltèques ont déclaré au Département d’État américain que le "Vautour vengeur" et d’autres escadrons de la mort similaires opérant à l’époque étaient un "écran de fumée" contre les tactiques extra-légales employées par la Police nationale contre les délinquants à caractère politique. Au total, pas moins de 42 000 civils guatémaltèques ont été tués ou "ont disparu" sous les régimes Mendez et Araña.

- Kjell Eugenio Laugerud García (1974-1978) : cadre militaire formé par les USA, il y a appris la violence armée comme mode de gouvernement qu’il a tellement utilisé que les USA l’ont dénoncé finalement sous la présidence US de Carter. Il a lors annoncé que le Guatemala ne voulait plus de l’encadrement militaire américain ! Ils l’ont alors fait chuter, et même démis de l’armée du Guatemala, en compagnie de trois anciens présidents-dictateurs-massacreurs !

- Roméo Lucas Garcia (1978-1982) : il a pratiqué un véritable génocide des indiens. La phrase la plus connue de son gouvernement est : « La guérilla est comme un poisson dans l’eau dans le village indien. Pour tuer le poisson, il faut vider l’étang, c’est-à-dire massacrer la population. »

Cela a commencé dès le premier jour de son règne…Le 7 mars 1978, Lucas Garcia a été élu président. Peu de temps après, le 29 mai 1978 - à la fin du gouvernement du général Laugerud García - sur la place centrale de Panzós, en Alta Verapaz, des membres de la zone militaire de Zacapa ont attaqué une manifestation paysanne pacifique, faisant de nombreuses victimes. Les défunts, des paysans autochtones qui avaient été convoqués sur place, se battaient pour la légalisation des terres publiques qu’ils occupaient depuis des années. Leur lutte les a confrontés directement avec des investisseurs qui souhaitaient exploiter les richesses minérales de la région, en particulier les réserves de pétrole - de Basic Resources International et Shenandoah Oil - et de nickel – EXMIBAL.

Le régime de Lucas Garcia a ramené la répression à un niveau pratiquement identique à celui observé pendant la période "d’état de siège" sous l’ancien président Araña Osorio (1970-1974).

L’État de siège s’accompagnait d’une répression accrue du gouvernement sous forme d’enlèvements, de tortures, de disparitions forcées et d’exécutions extrajudiciaires. Un bulletin secret de la US Defense Intelligence Agency publié en janvier 1971 expliquait comment les forces de sécurité guatémaltèques "éliminaient discrètement" des centaines de "terroristes et bandits" présumés dans la campagne guatémaltèque [19]. Bien que la répression se poursuive à la campagne, la "Terreur blanche" de la période Arana était principalement urbaine et dirigée contre les vestiges de l’insurrection qui existait principalement dans la ville. Des journalistes étrangers ont déclaré à la haute direction que des forces gouvernementales ou des escadrons de la mort paramilitaires avaient été exécutés au cours des deux premiers mois de "l’Etat de siège". Selon Amnesty International et des organisations nationales de défense des droits humains telles que le « Comité des familles de personnes disparues », plus de 7 000 opposants civils aux forces de sécurité ont « disparu » ou ont été retrouvés morts en 1970 et 1971, suivis de 8 000 autres en 1972 et 1973.

En octobre 1971, plus de 12 000 étudiants de l’Université de San Carlos, au Guatemala, se sont mis en grève générale pour protester contre le meurtre d’étudiants par les forces de sécurité. ils ont appelé à la fin de "l’état de siège". Le 27 novembre 1971, l’armée guatémaltèque a réagi au soulèvement en effectuant une vaste opération sur le campus principal de l’université, à la recherche d’armes dissimulées. Il a mobilisé 800 membres de l’armée, ainsi que des chars, des hélicoptères et des véhicules blindés, pour le raid. Ils ont fouillé pièce par pièce tout le campus, mais ils n’ont trouvé aucune preuve ni aucun matériel.

L ’"état de siège" est resté en vigueur jusqu’à la fin de 1972, lorsque le régime d’Osorio a annoncé la défaite militaire de l’insurrection. La fin de "l’état de siège" a coïncidé avec la disparition forcée d’une grande partie du comité central du TCP. Entre janvier et septembre 1973, la Commission guatémaltèque des droits de l’homme a documenté les morts et les disparitions forcées de 1 314 personnes par les escadrons de la mort du gouvernement. La répression a conduit le gouvernement guatémaltèque à être qualifié par les organisations internationales de défense des droits de l’homme de régime parmi les plus répressifs au monde. Amnesty International a mentionné le Guatemala comme l’un des pays frappés par l’état d’urgence, tout en citant "le nombre élevé de disparitions de citoyens guatémaltèques" comme un problème majeur et persistant dans son rapport annuel de 1972-1973. La Commission guatémaltèque des droits de l’homme a estimé à 20 000 le nombre de personnes tuées ou "disparues" entre 1970 et 1974 sous le gouvernement Arana.

Le 31 janvier 1980, le Guatemala a attiré l’attention du monde entier lors de l’incendie de l’ambassade d’Espagne à Guatemala, faisant 37 morts, parmi lesquels des membres du personnel de l’ambassade et d’anciens hauts fonctionnaires guatémaltèques de haut rang [30]. Un groupe d’autochtones d’El Quiché a occupé l’ambassade dans une tentative désespérée d’attirer l’attention sur les problèmes qu’ils rencontraient avec l’armée dans cette région du pays riche en pétrole et récemment peuplée dans le cadre de la "Franja Programme agricole "Transversal del Norte". En fin de compte, trente-sept personnes sont mortes après l’incendie de l’ambassade après que la police eut tenté d’occuper le bâtiment. après cela, l’Espagne a rompu ses relations diplomatiques avec le Guatemala.

Dans les mois qui ont suivi l’incendie de l’ambassade d’Espagne, la situation des droits de l’homme a continué de se détériorer. Le nombre quotidien de meurtres commis par les forces de sécurité officielles et non officielles est passé d’une moyenne de 20 à 30 en 1979 à une estimation prudente de 30 à 40 par jour en 1980. Selon des sources des droits de l’homme, 5 000 Guatémaltèques ont été tués par le gouvernement pour "des raisons politiques" en En 1980, Amnesty International déclarait qu’Amnesty International était le pire auteur de violations des droits de l’homme dans l’hémisphère après El Salvador. Dans un rapport intitulé Guatemala : Un programme gouvernemental de meurtres politiques, environ 3 000 des personnes décrites par les représentants du gouvernement comme des "subversifs" et des "criminels" ont été tuées sur place lors d’assassinats politiques ou ont été saisies et assassinées plus tard ; au moins 364 autres personnes saisies au cours de cette période n’ont pas encore été retrouvées. "

La répression et le recours excessif à la force exercés par le gouvernement contre l’opposition ont été tels qu’ils sont devenus une source de discorde au sein même de l’administration de Lucas Garcia. Le 1 er septembre 1980, Francisco Villagrán Kramer, vice-président de Lucas Garcia, démissionna de ses fonctions au sein du gouvernement. Dans sa démission, Kramer citait sa désapprobation du bilan du gouvernement en matière de droits de l’homme comme l’une des principales raisons de sa démission. Il s’est ensuite exilé volontairement aux États-Unis, où il a exercé des fonctions au sein du département juridique de la Banque interaméricaine de développement.

- Efraín Ríos Montt (1982-1983) : il a un bilan meurtrier de dizaines de milliers de morts avec la militarisation de la population paysanne (participation obligatoire des paysans aux « patrouilles ») et autant de disparus, autant encore de réfugiés, plus encore de veuves et d’orphelins, sans parler des populations déplacées.

Le 7 mars 1982, le général Ángel Aníbal Guevara, candidat officiel du parti, remporte l’élection présidentielle, universellement dénoncée comme frauduleuse par les partis d’opposition. Le 23 mars, avec l’appui de soldats, le général Horacio Egberto Maldonado Schaad et le colonel Francisco Luis Gordillo Martínez, Ríos Montt a destitué le général Romeo Lucas García d’un coup d’État et s’est emparé du pouvoir, ce que les États-Unis n’avaient pas prévu. Le trio a mis en place une junte militaire avec à sa tête Ríos Montt. La junte a aussitôt proclamé la loi martiale et suspendu la constitution, mis fin à la législature, mis en place des tribunaux secrets et lancé une campagne contre les dissidents politiques, notamment les enlèvements, la torture et les assassinats extrajudiciaires. Le coup d’Etat aurait été composé d’Oficiales jóvenes ("jeunes officiers"). Il a empêché l’installation prévue de Guevara en tant que président le 1er juillet 1982.

Le 9 juin, les deux autres membres de la junte ont été forcés de démissionner, laissant Ríos Montt aux fonctions de dirigeant, de chef des forces armées et de ministre de la Défense. La violence s’est intensifiée à la campagne dans le cadre du Plan Victoria 82 de l’armée guatémaltèque, qui comprenait une stratégie de « pacification rurale » connue sous le nom de « frijoles y fusiles » (haricots et armes à feu).

Il s’agissait d’une tentative de Ríos Montt de convaincre les grands groupes d’insurgés d’adopter sa version de la loi, déclenchant une campagne de la terre brûlée contre la population maya du pays, en particulier dans les départements de Quiché et de Huehuetenango, qui, selon le rapport de 1999 La Commission vérité des Nations Unies a entraîné l’annihilation de près de 600 villages. Un exemple en est le massacre de Plan de Sánchez à Rabinal, Baja Verapaz, en juillet 1982, qui a coûté la vie à plus de 250 personnes. L’administration a mis en place des tribunaux militaires spéciaux habilités à imposer la peine de mort à des criminels et à des guérilleros présumés. Des dizaines de milliers de paysans ont fui la frontière pour se rendre dans le sud du Mexique. Pendant ce temps, les zones urbaines ont connu une période de calme relatif. L’amnistie pour les prisonniers politiques de juin 1982 a été remplacée par un état de siège le mois suivant, limitant les activités des partis politiques et des syndicats sous la menace de la mort d’un peloton d’exécution.

En 1982, un rapport d’Amnesty International estimait que plus de 10 000 Guatémaltèques et paysans avaient été tués de mars à juillet de cette année et que 100 000 villageois des zones rurales avaient été forcés de fuir leur domicile. Selon des estimations plus récentes, des dizaines de milliers de non-combattants ont été tués par les escadrons de la mort du régime au cours des dix-huit mois qui ont suivi. Au plus fort de l’effusion de sang sous Ríos Montt, les rapports font état de plus de 3 000 disparitions et meurtres par mois.

Les meurtres se sont poursuivis même après la destitution de Ríos Montt en 1983. Il a été prouvé qu’un million et demi de paysans mayas avaient été déracinés et qu’un grand nombre d’entre eux avaient été forcés de vivre dans des camps de concentration pour la rééducation et de travailler dans les champs des barons fonciers guatémaltèques. La population indienne et paysanne maya a beaucoup souffert sous le gouvernement de Ríos Montt. Ríos Montt et plusieurs autres hommes qui ont occupé des postes de responsabilité dans les gouvernements militaires du début des années 1980 ont été mis en cause dans plusieurs actions en justice pour génocide et crimes contre l’humanité ; l’une de ces affaires a été déposée en 1999 par la militante des K’iche’-Maya, prix Nobel de la paix, Rigoberta Menchú . Au début de 2008, le juge présidant, Santiago Pedraz, a recueilli le témoignage d’un certain nombre de survivants autochtones. Les affaires de génocide ont peu progressé en raison du climat d’impunité persistante et enracinée au Guatemala.

- Oscar Mejía Víctores (1983-1996) : c’est ce général qui a été chargé de revenir à une espèce d’ordre constitutionnel après des années de terreur militaire.

Membre de l’armée, il était président au sommet de la répression et de l’activité des escadrons de la mort en Amérique centrale. Lorsqu’il était ministre de la Défense, il a soutenu le coup d’État contre José Efraín Ríos Montt, alors président du Guatemala, qu’il a justifié en déclarant que le gouvernement était maltraité par des fanatiques religieux.

Au moment où Mejía Víctores a pris le pouvoir, la contre-insurrection de Lucas García et Ríos Montt avait en grande partie atteint son objectif de détacher l’insurrection de sa base de soutien civile. De plus, les services de renseignements militaires guatémaltèques (G-2) ont réussi à s’infiltrer dans la plupart des institutions politiques. Il a éliminé les opposants au gouvernement par la terreur et des assassinats sélectifs. Le programme de contre-insurrection avait militarisé la société guatémaltèque, créant une atmosphère de terreur effrayante qui réprimait la plupart des mouvements d’agitation et d’insurrection. L’armée avait consolidé son pouvoir dans pratiquement tous les secteurs de la société.

En 1983, la militante autochtone Rigoberta Menchú a publié un mémoire de sa vie durant cette période, I, Rigoberta Menchú, une femme indienne du Guatemala, qui a attiré l’attention du monde entier. Elle est la fille d’un des dirigeants paysans qui est décédée lors du massacre de l’ambassade d’Espagne le 31 janvier 1980. Elle a ensuite été lourdement entraînée par les intellectuels de la guérilla de gauche. Elle a ensuite reçu le prix Nobel de la paix en 1992, année de la célébration du cinquième centenaire de America Discovery, pour son travail en faveur d’une justice sociale plus large. Ses mémoires ont attiré l’attention internationale sur le Guatemala et la nature de son terrorisme institutionnel. .

Après le coup d’État d’août 1983, les services de renseignement américains et les observateurs des droits de l’homme ont noté que, tandis que les cas de violation des droits de l’homme dans le Guatemala rural diminuaient, l’activité des escadrons de la mort s’intensifiait. En outre, à mesure que le nombre d’homicides extrajudiciaires et de massacres commis en masse diminuait, les taux d’enlèvements et de disparitions forcées augmentaient. La situation à Guatemala a vite commencé à ressembler à celle de Lucas Garcia. Lors du premier mois complet de pouvoir de Mejia Víctores, le nombre d’enlèvements mensuels documentés est passé de 12 en août à 56 en septembre. Parmi les victimes figuraient un certain nombre d’employés de l’Agence américaine pour le développement international, de responsables de partis politiques modérés et de gauche et de prêtres catholiques. Dans un rapport aux Nations Unies, la Commission guatémaltèque des droits de l’homme a fait état de 713 exécutions extrajudiciaires et de 506 disparitions de Guatémaltèques entre janvier et septembre 1984. Un rapport secret du Département de la défense des États-Unis de mars 1986 indiquait que du 8 août 1983 au 31 décembre En 1985, 2 883 enlèvements ont été enregistrés (3,29 par jour) ; et les enlèvements en moyenne en moyenne 137 par mois jusqu’en 1984 (environ 1 644 cas au total). Le rapport reliait ces violations à un programme systématique d’enlèvements et d’assassinats par les forces de sécurité sous Mejía Víctores, notant que "bien que les activités criminelles représentent un faible pourcentage des cas, et que des individus" disparaissent "pour aller ailleurs, La plupart des enlèvements sont imputables aux forces de sécurité et aux groupes paramilitaires. À l’heure actuelle, les groupes d’insurgés n’utilisent plus normalement les enlèvements comme tactique politique. "

Comme sous Lucas García, une partie du modus operandi de la répression gouvernementale sous le gouvernement Mejía consistait à interroger des victimes dans des bases militaires, des postes de police ou des lieux sûrs du gouvernement. Les informations sur des liens présumés avec des insurgés ont été "extraites par la torture". Les forces de sécurité se sont servies de ces informations pour organiser des raids militaires communs entre la police et des lieux sûrs de guérilla dans toute la ville de Guatemala. Au cours de ce processus, le gouvernement a secrètement capturé des centaines de personnes que l’on n’a plus jamais vues ou dont les corps ont ensuite été retrouvés, montrant des signes de torture et de mutilation. Ces activités étaient souvent menées par des unités spécialisées de la police nationale. Entre 1984 et 1986, la police secrète (G-2) a maintenu un centre d’opérations pour les programmes de contre-insurrection dans le sud-ouest du Guatemala, à la base aérienne sud de Retalhuleu. Là-bas, le G-2 gérait un centre d’interrogatoire clandestin pour suspects d’insurgés et de collaborateurs. Les suspects capturés auraient été détenus dans des fosses remplies d’eau le long du périmètre de la base, qui était recouverte de cages. Pour éviter la noyade, les prisonniers ont été contraints de tenir les cages au-dessus des fosses. Les corps des prisonniers torturés à mort et des prisonniers vivants destinés à disparaître ont été jetés hors des avions IAI-201 Aravas par l’armée de l’air guatémaltèque au-dessus de l’océan Pacifique ("vols à mort").

- Vinicio Cerezo (1986-1991) :

Certaines de ses premières actions en tant que président ont été de forcer le chef d’état-major de l’armée, Rodolfo Lobos Zamora, suspecté de violer les droits humains, à se retirer de sa carrière militaire, et de nommer Jaime Hernández Méndez au poste de ministre de la Défense, dans le cadre de "testament testamentaire". "avec l’armée. [1]

La réponse a été une nouvelle vague de terreur, avec beaucoup de meurtres extrajudiciaires présumés. Cette bataille contre les forces terroristes indéniables opérant dans le pays devait être le thème dominant de son règne. Selon l’ONG Americas Watch en 1986, 100 personnes par mois mourraient dans le conflit à cette époque. Il a déclaré le Guatemala neutre dans les guerres civiles qui ont eu lieu dans les pays voisins, El Salvador et le Nicaragua. Il était un fervent partisan de l’idée d’un Parlement d’Amérique centrale. Deux conférences importantes sur l’intégration en Amérique centrale ont été organisées à Esquipulas. La deuxième, en août 1987, a établi la procédure pour une paix durable et durable, la plus importante étape dans le rétablissement de la paix dans la région.

Le 11 septembre 1987, il créa la Commission nationale pour la réconciliation (CNR) et le 7 octobre, les négociations entre l’URNG et le gouvernement commencèrent. Deux jours plus tard, alors qu’ils échouaient et que le gouvernement refusait d’accepter les conditions de l’URNG, Cerezo demanda aux États-Unis d’Amérique une aide militaire supplémentaire pour renforcer les efforts des forces armées en matière de lutte contre l’insurrection. Le 28 octobre, le Congrès a adopté une amnistie politique générale. Au milieu des rumeurs de complots et d’éventuelles tentatives d’assassinat contre Cerezo, beaucoup ont également commencé à le considérer comme impuissant et inefficace. Après une tentative de prise de pouvoir de la part de deux colonels le 11 mai 1988, une unité de l’armée de l’air a adressé une série de demandes au gouvernement, notamment la rupture des liens avec les pays pro-URSS et la cessation de tout contact avec l’URNG, ainsi que plus d’argent pour un meilleur équipement et le départ de nombreux politiciens locaux. Cerezo a admis qu’il avait dû se soumettre à certaines demandes de l’armée afin d’éviter un coup d’État. En août, une grève générale de trois semaines s’est déroulée pour protester contre la libéralisation de l’essence et d’autres sources de carburant.

En 1989, la situation politique s’est détériorée avec 1 600 assassinats et 800 enlèvements ou disparitions au cours du premier semestre. Celles-ci ont été attribuées à la violence politique et à la guerre secrète entre des forces extrajudiciaires de droite présumées et l’URNG. Le 9 mai, une autre tentative de coup d’État a échoué et, bien que les auteurs aient été condamnés à une longue peine de prison en novembre, ils ont été libérés en appel en janvier suivant. Le 1er août, le secrétaire général du DCG, Danilo Barillas, fut assassiné, mais le 25 août, Cerezo revint avec une nouvelle promesse de rénover l’administration publique en consolidant la démocratie dans un délai de 500 jours (le temps qu’il avait laissé au pouvoir) ; ce qu’il a réussi à réaliser alors que nous constatons que la démocratie existe toujours à ce jour sur le Guatemala.

1996 : signature de la paix avec la guérilla… Mais les classes dirigeantes n’ont pas pour autant mis fin au massacre des syndicalistes ouvriers, paysans et indiens !!!

Rigoberta Menchu, militante indienne contre la dictature

Le témoignage de Rigoberta Menchu

Les Indiens ont particulièrement été pourchassés par le régime militaire. Officiellement, la population indienne était estimée à 55% de la population totale alors qu’en réalité, elle avoisinait les 87% ! La majorité des Indiens n’a pas été longtemps trompée par le discours de l’Eglise et des colons blancs. D’ailleurs, la majorité des Indiens est restée idéologiquement maya, même quand ils devenaient catholiques. Certains villages indiens ont carrément été détruits intégralement par le pouvoir militaire, y compris incendiés au napalm !!!

Vingt ans après les accords de paix, la guerre de classes continue… Les mêmes classes possédantes gouvernent. Par les massacres, elles ont momentanément retardé la lutte des classes, mais celle-ci continue. D’ailleurs, les génocides n’étaient rien d’autre qu’un des modes de la lutte des classes.

Après la signature des accords de paix fin 1996, le pays a accéléré les réformes néolibérales, sous l’impulsion d’une oligarchie sortie renforcée et qui put même placer deux des siens à la présidence : Álvaro Arzú Irigoyen (1996-2000) et Óscar Berger Perdomo (2004-2008). Ravagé par la guerre civile, le pays a vu se renforcer les inégalités économiques, la corruption et la délinquance, aggravées par une situation d’anomie et d’impunité. En 2014, Transparency International plaçait le Guatemala à la 115ème place de son classement annuel de la corruption. Au sommet de la société, une oligarchie puissante et organisée politiquement autour du Cacif, qui compte de nombreux multimillionnaires et a su diversifier ses activités et s’adapter à l’économie mondialisée. Ou encore, autre indice, l’entrée du premier milliardaire guatémaltèque au classement Forbes, début 2015.

Au Guatemala, les « chanceux » qui touchent le salaire minimum, gagnent 250 € par mois (que l’oligarchie voudrait abaisser encore) ; tandis que, parmi les Indigènes en situation d’extrême pauvreté, les plus misérables doivent survivre avec 500€ l’an. Le travail non déclaré et le chômage concernent environ 60 à 70 % de la population active. Le pays affiche, en outre, le cinquième taux de sous-nutrition infantile le plus élevé au monde. Christian Skoog, représentant du Guatemala à l’Unicef, soulignait d’ailleurs en 2014 que les statistiques n’ont pas présenté de changements significatifs en vingt ans. Développé dans un pays aux structures sociales décomposées par la misère et le terrorisme d’État, le néolibéralisme n’a fait qu’aggraver, en dérégulant l’économie, les maux déjà profonds qui l’affectent et où la violence existe à tous les niveaux : violences économique, domestique, policière, mais aussi narcotrafic et délinquance, violence routière (dont les chiffres dépasseraient ceux des homicides, pourtant parmi les plus hauts du monde). À tel point que le pays doit sa réputation autant au tourisme (le site maya de Tikal, la ville coloniale Antigua Guatemala) qu’aux bandes de jeunes voyous ultraviolents et armés qui sévissent principalement à la capitale (maras).

La puissance politique de l’oligarchie réside dans son important pouvoir d’influence sur l’État, où les siens occupent régulièrement des postes clés ou influencent la vie parlementaire, produisent des intellectuels organiques, notamment à l’université libérale-libertarienne Francisco Marroquín. Et leur puissance est d’autant plus efficace que leurs visages et leurs noms sont méconnus de la majorité. Si bien que le processus néolibéral a favorisé l’abaissement des taxes douanières à l’importation et à l’exportation, multiplié les concessions minières sans consultation populaire, vu aussi, en particulier sous l’administration Otto Pérez Molina, une répression brutale de mouvements démocratiques et pacifiques, souvent dans les zones rurales à majorité indigène – à qui la population urbaine et métisse est historiquement indifférente.

Cela est facilité par l’impunité : d’après une déclaration de la procureure de la République en octobre 2014, plus de 1,1 million de dossiers juridiques demeurent non-traités21, facilitant donc le sentiment d’impunité à tous les niveaux de la société.

Au total, loin du lieu commun qui consiste à qualifier le pays d’Estado fallido (État en déliquescence), l’État guatémaltèque est, à la vérité, d’une redoutable efficacité pour ceux qui le servent et s’en servent. Si la guerre civile en a constitué une version antérieure, ouverte et brutale comme l’étaient les conflits au temps de la guerre froide, la lutte de classes qui en constituait la clé… se poursuit encore. Vingt ans après la signature des accords de paix, la violence policière et militaire est volontiers la réponse de l’État aux manifestations contre les projets miniers… et la moyenne annuelle de morts violentes est supérieure, en temps de paix, à celle qu’a connu le pays durant la guerre civile.

Les grands massacres du Guatemala

Témoignage

Le génocide des Indiens maya du Guatemala

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0