English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 08- Livre Huit : ACTUALITE DE LA LUTTE DES CLASSES > Quand les classes dirigeantes font mine de lutter contre la (...)

Quand les classes dirigeantes font mine de lutter contre la drogue...

samedi 3 novembre 2018, par Robert Paris

La drogue, ce n’est pas des petits trafiquants, c’est de la grande production et du grand commerce mondial et c’est indispensable au capitalisme

Ce n’est pas la bourgeoisie capitaliste ni ses Etats qui vont combattre réellement les trafics de drogue : ils en vivent !

Le combat contre la drogue, les classes dirigeantes le mènent en paroles mais pas en actes. Et cela pour une bonne raison : ils profitent de ce trafic, et autrement plus que les petits dealers des banlieues populaires qu’ils combattent de temps en temps, et surtout quand ceux-ci refusent de payer leur quote-part !

Depuis la crise systémique, l’Etat et la classe possédante ne risquent pas de lutter contre le trafic de drogue : ils sont les premiers à en croquer !!! Ils se shootent à la corruption généralisée, au banditisme, à la prostitution, à la drogue et à la spéculation. Ils s’en servent pour gonfler les profits et livrer son tribut au grand capital.

Bien sûr, de temps en temps, les forces de répression (police, douane ou autres) prétendent avoir frappé un grand coup dans la fourmilière en mettant la main sur un gros paquet de drogue, saisie qui cache les quantités massives que les mêmes ont parfois laissé passer sciemment.

De temps en temps aussi, ils arrêtent des tout petits dealers et très rarement quelque caïd ou ancien caïd en retraite…

Mais il n’y a pas besoin de détenir des informations secrètes pour comprendre que les gros acheteurs de quantités importantes de drogue sont nécessairement des riches très très riches, qu’ils déposent leur argent dans des banques très très grosses, en somme que toute la classe possédante en croque de la drogue et que personne ne leur cherche en réalité des noises.

L’Etat se donne l’allure de « combattre le blanchiment de l’argent sale », comme il dit. Mais au sein de classe capitaliste, il n’existe aucun argent qui soit sale. Tout est super clean, du moment que c’est des grosses sommes !!!

Les banques savent seulement ennuyer les petits clients que nous sommes, en leur envoyant sans cesse des questionnaires, en se donnant l’allure de se renseigner au nom de la lutte contre le blanchiment… En réalité, il est tout à fait probable qu’il n’a jamais existé une seule grande banque qui ne profite pas de l’argent de la drogue.

Et ce n’est certainement avec la crise systémique débutée en 2007 que cela allait changer, alors que toutes les grandes banques ont plongé, ont dû gérer leur masse de titres pourris, de trous financiers, de dettes immenses, impossibles à rembourser, vis-à-vis des banques centrales, des Etats comme des particuliers.

Du coup, l’argent sale, ils ne savent même pas que cela existe. Tout est bon du moment que c’est du positif pour leurs coffres-forts !

Où a-t-on vu qu’un Etat ennuie une banque pour trafic de drogue alors qu’ils ne les ont pas ennuyés pour avoir mis la planète capitaliste au bord du gouffre et pour recommencer depuis…

Il existe même des guerres américaines soi-disant contre les trafiquants de drogue, des guerres des gouvernants sud-américains ou autres, mais ce ne sont que des hypocrites. La quantité de drogue en circulation, loin de diminuer, ne cesse d’augmenter et la part des profits qui en sont issus prend une part croissante des profits capitalistes globaux. Certains économistes les comptent même, à juste titre, dans le produit intérieur d’un pays.

La drogue qui circule dans le monde, ce n’est pas les tout petits paquets que détiennent les petits dealers, c’est de masses et des masses de drogue et cela ne passe pas inaperçu pour peu qu’on veuille se mettre en travers. L’argent qui en sort, ce n’est pas des centimes et cela se voit quand ça passe.

Conclusion : personne dans la classe capitaliste ne veut autre chose qu’en croquer !!! Que ce soient les gouvernants ou les banquiers, ou les trusts, ou les financiers, ou tout ce qui détient du grand capital.

Bien entendu, on attrape parfois des petits trafiquants de toutes sortes, petits dealers, petits flics, petits procureurs, petits délinquants de toutes sortes, et ceux-là on peut les faire plonger. Des commissaires de police, des juges d’instruction, des flics, des douaniers ont goûté de la prison et le feront encore pour avoir tenté de prendre leur part et d’arrondir leurs fins de mois. Mais c’est une goutte d’eau dans la mer des énormes profits que font les capitalistes sur le trafic de drogue.

Certains auteurs calculent que l’argent de la drogue représenterait jusqu’à 1,3 fois l’argent du pétrole. Pensez-vous qu’il existe un capitaliste qui n’en profite pas ?!!! Pensez-vous qu’un seul Etat n’en croque pas ?!!! L’ONU affirme que c’est l’argent de la drogue qui aurait sauvé les banques et même tout le système capitaliste lors de l’effondrement de 2007-2008 ! Pensez-vous qu’ils s’en priveraient ?

Ils s’en moquent que cela détruise des vies. Ce n’est pas ce genre de choses qui les a jamais arrêtés !

Les profits mondiaux de la drogue

Le marché mondial des drogues "prospère", constate l’ONU

L’hypocrisie mondiale des gouvernants, relayée par les médias

La production mondiale… de drogue bat des records, pas les autres productions

Ce serait la drogue qui aurait sauvé le capitalisme de la crise systémique !!!

L’argent de la drogue a sauvé les banques pendant la crise mondiale

Lire aussi

Le patron des stups en croquait

Magistrats accusés

La lutte mondiale contre la drogue vouée à l’échec, déclare la bourgeoisie

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0