English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 06- Livre Six : POLITIQUE REVOLUTIONNAIRE > 4- Ce qu’est le socialisme et ce qu’il n’est pas > « Tintin » Che Guevara au Congo…

« Tintin » Che Guevara au Congo…

vendredi 15 décembre 2017, par Robert Paris

« Tintin » Che Guevara au Congo…

Quand Che Guevara prétendait, par une lutte armée complètement extérieure à la lutte des travailleurs africains, qu’il allait libérer l’Afrique

Avant de se rendre en Bolivie pour une démonstration de l’échec des « révolutions » inventées et transformée en guérilla, Che Guevara a tenté la même chose en Afrique, avec le même insuccès, ou plutôt avec un cruel succès : la formation du dictateur Kabila au Congo !!!

Eh oui ! Vous avez entendu parler de Laurent-Désiré Kabila, le dictateur ! Eh bien, il a été formé, armé et soutenu par Che Guevara, qui s’affirmait révolutionnaire et même communiste (stalinien) !!

« L’Afrique est le plus important des champs de bataille », répète-t-il. Il sillonne la partie rouge du continent noir : Mali, Congo-Brazzaville, Guinée, tenus par des chefs d’Etat soi-disant « progressistes », en fait aussi dictateurs que les autres mais prêts à être soutenus par les staliniens et leurs amis…

Il appelait les « hommes libres du monde à venger le crime commis contre le Congo ».

Mais les « hommes libres », pour lui, étaient des hommes politiques petits-bourgeois radicaux en armes… Pas la classe ouvrière ni les paysans pauvres s’organisant eux-mêmes au cours de leurs luttes sociales !!!

Pourtant, en 1965, les travailleurs africains menaient des combats de classe. Il ne s’y intéressera pas plus qu’il ne l’a fait à Cuba ni en Bolivie !

Le Che voit si clair qu’il explique doctement à Kabila que « le Congo est un problème qui concerne le monde entier ». Il entraîne les forces armées congolaises de guérilla dans une opération militaire :

« La mission la plus importante que je puisse accomplir est de former des cadres, et c’est à la guerre, au front, et non à l’arrière-garde qu’ils doivent être formés. »

« Ce fut la débandade complète." Avant le début de l’opération, un combattant avait tiré involontairement un coup de fusil. Et la troupe s’est complètement désintégrée… Les forces congolaise et rwandaises ont abandonné armes et munitions, ainsi que leurs morts. »

Après une débandade des troupes « révolutionnaires » congolaises, certains camarades cubains se montraient découragés. Guevara leur disait : « Tu ne dois jamais permettre que qui que ce soit puisse penser que tu es vaincu et sans courage pour continuer la lutte. Tu dois te maintenir dans la disposition combative maximale et ton comportement, qui doit être visible, doit servir d’exemple et d’encouragement. »

La conclusion de Che Guevara : « L’Armée Populaire de Libération est une armée parasite caractérisée : elle ne travaille pas, ne s’entraîne pas et ne lutte pas. L’arme donne du pouvoir, et notamment le pouvoir de parasiter sur la masse… Très facilement, les jeunes paysans en armes se constituent en une caste qui vit aux dépens de la masse qu’elle brime et maltraite… »

« Notre mission est d’aider les Congolais à gagner la guerre... Il faut encore accentuer notre travail politique. Il faut que les cadres voient à travers notre exemple qu’on peut agir autrement. Nous devons... nous efforcer de pratiquer une authentique camaraderie révolutionnaire à la base, entre combattants ; c’est de là que sortiront les cadres moyens de demain... La soif d’enseigner doit être prioritaire pour nous... La modestie révolutionnaire doit diriger notre travail politique... Notre esprit de sacrifice doit être un exemple pour nos camarades congolais.... »

En fait, les bandes armées en question n’avaient rien de révolutionnaires, même quand elles le croyaient…

Le Che sur Kabila : « Il a un cerveau clair et une personnalité de dirigeant ».

« Kabila m’a fait une excellente impression. L’exposé de Kabila a été clair, concret et ferme. Il m’a parlé de son opposition à Gbenye et Kanza et de son désaccord avec Soumialot. Il m’a dit qu’on ne peut parler d’un gouvernement congolais, sans avoir consulté Mulele, l’initiateur de la lutte. Kabila se rend parfaitement compte que l’ennemi principal est l’impérialisme américain et il se montre disposé à lutter contre lui de manière conséquente, jusqu’au bout. »

« J’ai offert à Kabila au nom du gouvernement (cubain), trente instructeurs cubains et autant d’armes que possible, ce qu’il a accepté. »

Ainsi, des combattants congolais sont venus voir le commandant cubain Pablo pour lui dire que Kabila n’avait aucune volonté d’aller combattre à l’intérieur. Mais Pablo dit à Che Guevara : « Ils veulent s’abriter derrière ta personnalité et derrière les Cubains pour créer leur propre groupe. »

Che Guevara répond à Pablo : « J’ai confiance en Kabila, tous les autres sont pires et ne sont pas aussi intelligents. Assure Kabila que nous travaillons loyalement à la consolidation de l’unité du mouvement sous son commandement. »

Mais finalement, il abandonne ce travail, renonce à aider ce maquis et reconnaît que cela ne donnera rien de bon…

Che Guevara a été que sept mois au maquis de l’Est dirigé par Kabila et a reconnu finalement que « c’était un échec ».

Il écrit dans son journal personnel :

« Au cours de ces dernières heures passées au Congo, je me sentis seul, plus seul que je ne l’avais jamais été, à Cuba ou en tout autre point de mon errance à travers le monde. »

Dans le village de Baraka, sur les bords du lac Tanganyika dans le sud-Kivu, Le général-major à la retraite Lwendema Dunia, 80 ans, s’est battu aux côtés des combattants cubains : « J’étais simple soldat. Quand les Cubains ont accosté. Che Guevara nous a appris comment faire une révolution. Il nous a formés militairement et nous a appris comment faire une révolution. (…) Mais quand nous avons commencé à rançonner la population et fouler au pied les idéaux de la révolution, ils sont partis. »

Che Guevara, au-delà du mythe

Le « Che », un des fabricants pseudo-révolutionnaire du mythe de Kabila, futur dictateur du Congo-Zaïre

Le jour où le Che débarque sur les rives du fleuve Congo

L’échec de Che Guevara en RDC

La « mission » du missionnaire Che

Le Che débarquait en Afrique

Le Che au Congo

Le Che, un an avant, quand il était ministre d’industrie

Le Che en Afrique (film)

Ché Guevara misión en el Congo

Che Guevara’s secret mission in Congo

La prise de pouvoir de Laurent-Désiré Kabila

Kabila, dictateur soutenu par des grandes puissances

De Laurent-Désiré Kabila à Joseph Kabila (le film)

Lumumba (le film)

Mobutu (le film)

RDCongo : Kabila dégage ! Dégage !!!

Luttes de classe en RDC Congo (ex Zaïre)

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0