English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 09 - Livre Neuf : RELIGION > Les meilleurs écrits athées - Huitième partie – L’Inde et le Pakistan, continent (...)

Les meilleurs écrits athées - Huitième partie – L’Inde et le Pakistan, continent historique de l’athéisme

dimanche 26 novembre 2017, par Robert Paris

Les meilleurs écrits athées - Huitième partie – L’Inde et le Pakistan, continent historique de l’athéisme

Avertissement : l’image classique de l’Inde (et du Pakistan) est celle d’une région qui serait, uniquement et de tous temps, livrée aux religions et aux religieux (hindous et musulmans se partageant le pays, souvent dans le sang). C’est un mensonge qu’il convient de détruire de fond en comble, en ce qui concerne le passé et le présent, sans parler de l’avenir.

Lamothe Levoyer écrit :

« Les lettres jésuitiques sur ce qui se passe en Orient, datées de l’année 1626, témoignent qu’il se trouve encore aujourd’hui des peuples sur le Gange, lesquels ne reconnaissent aucun esprit supérieur. »

Lettre de Bailly à Voltaire :

« L’athéisme s’est prononcé de l’Inde à la Chine, plus que partout ailleurs. »

Taslima Nasreen :

« L’Inde a produit une école philosophique matérialiste dont les tenants ont nié l’existence de dieu il y a plus de deux millénaires. »

Victor Cousin dans « Histoire générale de la philosophie » :

« Signalons dans l’Inde deux systèmes forts différents du Védanta, et qui doivent venir bien après, à savoir la philosophie Nyaya et la philosophie Vaiseshika. Nyaya est le raisonnement, Vaiseshika est la distinction, la connaissance des divers élements des choses. La philosophie Nyaya est surtout une dialectique ; la philosophie Vaiseshika une physique. La philosophie Nyaya a pour auteur Gotama… La philosophie Vaiseshika, dont l’auteur est Kanada, a une assez mauvaise réputation en Inde, et elle passe pour hétérodoxe : c’est une philosophie naturelle dont la prétention est d’expliquer le monde avec des atomes seuls, avec des molécules simples et indécomposables qui, en vertu de leur nature propre et certaines lois qui leur sont inhérentes, entrent d’eux-mêmes en mouvement, s’agrègent, forment les corps et cet univers… A côté de ces deux systèmes, il en est un autre qui contient à la fois une physique, une psychologie, une logique, une métaphysique, qui est un système universel, une philosophie complète, la philosophie Sankhya. Sankhya signifie compte, calcul, raisonnement ; c’est le compte que l’âme se rend à elle-même de sa nature par le procédé d’une analyse régulière. L’auteur de la philosphie de Sankhya est Kapila. Cette philosophie pousse l’indépendance jusqu’à l’hétérodoxie ; elle fait plus et, dans l’Inde où l’on appelle les choses par leur nom, le Sankhya s’appelle nir-Isvara Sankhya, c’est-à-dire mot pour mot Sankhya sans dieu. »

Source

Pas de dieu et pas de temple dans la première civilisation Harappa de l’Inde-Pakistan, celle de l’Indus, vieille de 4000 ans

« On ne lui connaît ni dieux ni maîtres. » à la civilisation trouvée à Mohenjo-Daro

Sur la révolution sociale, celle des exploités indo-européens, qui a renversé la civilisation de l’Indus

Les racines athées de la philosophie hindou

Origine de l’ancien athéisme en Inde

Athéisme dans la philosophie indienne

Anciennes philosophies athées de l’Inde

Athéisme indien

Il y a même une religion athée indienne !!!

Aujourd’hui, le militantisme athée est plus que jamais actif et inventif en Inde

Athéisme en Inde

Le jaïnisme

Quelques athées indiens célèbres :

Chârvâka, l’ancêtre du matérialisme, est Indien !

Chârvâka et l’athéisme indien

Jiddu Krishnamurti

Goparaju Ramachandra Rao

Bhagat Singh

Vinayak Damodar Savarkar

Chârvâka – Yang Zhu – Épicure : une convergence historique

Purandara

Read in English :

Atheism and Humanism in Ancient India

Atheism in India

Organized Atheism in India

Rationalism and Materialism in India

Atheism and Materialism in Ancient India

Atheism in Hinduism

Irreligion in India

Charvak : The ancient Hindu atheist, materialist & hedonist

Lokayata/Carvaka—Indian Materialism

Ancient Civilization of Indus Valley

Lire aussi :

Bibliographie athée

Dictionnaire des athées anciens et modernes

L’athéisme et l’anticléricalisme dans la Révolution française

Organisations et sites athées dans le monde

Notre combat contre la religion

Dialogue sur la religion et les religions

D’où viennent les religions

Les révolutionnaires et la religion

En quoi le fondement, réel et imaginaire, des anciennes religions a irrémédiablement disparu ?

Religion—its social roots and role

Qu’est-ce que l’athéisme ?

Qu’était le matérialisme en philosophie et qu’est-il aujourd’hui ?

Qu’est-ce que le matérialisme (en philosophie) ?

Les meilleurs écrits athées - Première partie - Ecrits de la Grèce ancienne contre les religions et les dieux

Les meilleurs écrits athées - Deuxième partie - Diderot - La Mettrie

Les meilleurs écrits athées - Troisième partie - d’Holbach, Helvétius, Bacon et bien d’autres auteurs

Les meilleurs écrits athées - Quatrième partie - Feuerbach

Les meilleurs écrits athées - Cinquième partie - L’athéisme selon Karl Marx

Les meilleurs écrits athées - Sixième partie – Plekhanov, Lénine, Trotsky

Les meilleurs écrits athées - Septième partie – Les grands auteurs athées récents

Les meilleurs écrits athées - Neuvième partie - Quelques grands écrits athées historiques

Les meilleurs textes athées – Dixième partie - Un athée se soumet à la question…

Les meilleurs écrits athées - Onzième partie – L’homme préhistorique, un athée ?

Les meilleurs écrits athées - Douzième partie – Une Chine antique athée

Les meilleurs écrits athées - Treizième partie - Les grandes femmes athées de l’Histoire

Les meilleurs écrits athées - Quatorzième partie - Dialogues athées

Les meilleurs écrits athées - Quinzième partie – L’athéisme a aussi ses victimes et même ses martyrs

Les meilleurs écrits athées - Seizième partie - Poésies athées

Les meilleurs écrits athées – Dix-septième partie - Les philosophes matérialistes

Les meilleurs auteurs athées – Dix-huitième partie - Les auteurs athées romains

Les meilleurs écrits athées – Dix-neuvième partie - Plaisanteries athées

Les meilleurs écrits athées – Vingtième partie – L’anticléricalisme

Les meilleurs écrits athées – Vingt-et-unième partie - Orient athée

Les pires crimes et scandales de l’Eglise catholique

D’où viennent les religions, quelle place tiennent-elles dans l’imaginaire des hommes et quel rôle social jouent-elles ?

Le site athéisme

On n’en finira donc jamais avec l’opium du peuple ?

1 Message

  • Alexandra David-Neel, qui signe ici Myrial, française devenue bouddhiste et ayant traversé le Tibet dans les années 1900, témoigne qu’avant l’introduction du Bouddhisme, les habitants du Tibet, gouvernés par un roi, ne pratiquaient aucune religion proprement dite mais seulement la sorcellerie.

    « Fanatisme, dévotion, religiosité, sont des termes inexacts impuissants à définir le sentiment réel que décèlent la littérature et les mœurs du « Pays des Neiges »…. Avant l’introduction du Bouddhisme, les habitants du Thibet, gouvernés par un roi, ne pratiquaient aucune religion proprement dite. Des sorciers, du genre des shamans de la Sibérie, évoquaient les génies pour connaître l’avenir, conjuraient les démons afin de les empêcher de nuire et se livraient à toutes les pratiques de nécromancie généralement usitées parmi les anciennes populations de race jaune. ??? Ce qui lui tient à cœur, c’est la conquête des secrets magiques (les fameux « siddhis » dont il est tant question dans l’Inde) donnant à l’homme le pouvoir de commander à la matière sous toutes les formes qu’elle revêt : pierres brutes, nuages, animaux, impalpable éther, démons ou dieux. »

    Puis le pouvoir des prêtres prit le pouvoir politique au Tibet :

    « Les simples supérieurs de monastères, que l’imagination intéressée des moines avait transformés en idoles vivantes, ne tardèrent pas à jouir d’un prestige qui éclipsa celui des souverains du pays. En possession de la puissance morale, les Dalaï Lamas n’avaient qu’un pas à franchir pour s’emparer de la puissance matérielle. N’étaient-ils pas des dieux… la royauté ne leur revenait-elle pas de droit ?… La tentation était trop grande pour qu’ils pussent y résister. Dès lors, nombre de difficultés, sans cesse renaissantes, s’élevèrent entre les deux autorités thibétaines. Le Pouvoir laïque, représenté par le roi, lutta énergiquement contre les empiétements du Pouvoir religieux. La guerre civile éclata. Ce fut à ce moment que l’un des papes de Lhassa : Nga-vang-Lo-bgang Gyam-tso, pour brusquer l’issue des hostilités, appela à son aide les tribus mongoles disséminées sur les rives du lac Bleu. Le roi fut vaincu (en 1640) et les Mongols laissèrent le Dalaï Lama s’emparer de l’autorité souveraine qu’il exerce encore de nos jours. »

    Le Lama en chef devint roi du Tibet…

    « Le Dalaï Lama est effectivement considéré comme l’autocrate par excellence, non seulement souverain, mais possesseur, sans partage, du pays entier et de tout ce qu’il contient. Les productions naturelles du sol, tant végétales que minérales, les animaux sauvages aussi bien que le bétail, les marchandises diverses, les produits, quels qu’ils soient, du travail des habitants, et ces habitants eux-mêmes, enfin, passent pour appartenir, de droit, au Dalaï Lama. En principe, celui-ci peut, à son gré, disposer de tous ses sujets, leur enlever les richesses qu’ils ont acquises, diviser les familles, les transporter d’un lieu dans un autre et leur réclamer, aussi souvent qu’il le juge bon, tels impôts qu’il désire. Mais, il y a loin, très loin de la pratique à la théorie. Au lieu du despote que l’on se figure volontiers, l’idole vivante de Lhassa n’est, bien souvent, qu’un instrument inerte aux mains de son entourage. »

    « Malgré son caractère tout à fait particulier, la Cour de Lhassa n’est pas le majeur sujet d’intérêt présenté par le « Pays des Neiges ». Ce qui mérite de retenir notre attention, c’est la mentalité, unique au monde, d’un peuple où la moitié, peut-être, de la population mâle appartient au sacerdoce. »

    On notera qu’Alexandra David-Neel parle seulement de population mâle pour le sacerdoce bouddhiste.

    Source

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0