English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 08- Livre Huit : ACTUALITE DE LA LUTTE DES CLASSES > La Voix des Travailleurs de Renault - septembre 2015

La Voix des Travailleurs de Renault - septembre 2015

mercredi 30 septembre 2015, par Robert Paris

L’arnaque, ça roule… toujours quelqu’un

Le PDG de Volkswagen, démissionnaire après l’affaire des fausses mesures de pollution des véhicules diesel qui a fait chuter sa société et menacé toutes les autres firmes automobiles, recevra en récompense de son départ la modique somme d’environ quarante millions d’euros alors que les salariés de VW, eux, sont menacés dans leurs primes, leurs salaires et leurs emplois. Cela se rajoute au fait qu’il gagnait seize millions d’euros par an, tout cela avec l’accord du syndicat qui cogère l’entreprise : l’IG Metall. Le président de ce syndicat « ouvrier » dirige même le conseil de surveillance de Volkswagen !!! Belle couverture, le syndicalisme !!!

Le PDG de Volkswagen est-il le seul à mentir ?

Au coeur du scandale Volkswagen, les oxydes d’azote, et en particulier le dioxyde d’azote, sont des gaz d’échappement nocifs pour le système respiratoire, émis en plus grande quantité par les moteurs diesel. Mais ce scandale là ne touche pas que Volkswagen mais toutes les firmes automobiles qui ont affirmé pendant des années, la main sur le cœur, que leurs automobiles n’étaient pas dangereuses. Tous les constructeurs trichent sur leurs annonces concernant la pollution des véhicules et ce n’est pas les services de surveillance de l’Etat qui ont épinglé un trust mais, par hasard, une analyse faite par une ONG !!! Non seulement les Etats n’ont pas fait les vérifications mais ils ont exercé des pressions pour que l’Europe n’en fasse pas !! D’après des documents consultés par le journal britannique The Gardian, les gouvernements de France, Allemagne et Angleterre ont effectué un important lobbying auprès de la Commission européenne pour maintenir en place des failles dans ces procédures. On sait déjà que les BMW dépassent les normes européennes mais l’Europe n’a rien dit. Rien ne prouve que les autres trusts ne pratiquent eux aussi des méthodes curieuses pour faire passer leurs véhicules… C’est ce qui a amené la bourse à faire chuter tous les trusts automobile et pas seulement VW !!! Les trusts de l’Automobile ont construit une véritable religion du profit dans laquelle tout est permis, y compris d’empoisonner consciemment la population !

Les treize du Mans

Renault a fait tout un cinéma au Mans, le directeur du site déclarant que c’est « un très grand jour » pour avoir embauché en tout… treize (chiffre fatidique !) malheureux CDI, en contrepartie de l’accord de compétitivité (plan de départs volontaires, salaires gelés, retour aux 35 heures) et du fait que la Région, le département de la Sarthe et Le Mans métropole avaient versé 1,8 million d’euros à Renault pour accompagner son projet de recherche sur les essieux arrières, contre la promesse de 45 embauches. Il faut défalquer à ce chiffre de treize, cinq anciens intérimaires de Renault déjà virés par l’entreprise. Défalquer aussi tous les salariés partant en retraite ou préretraite et tous les CDD virés. Aujourd’hui, au Mans, Renault emploie 2 150 salariés en CDI et c’est très loin des effectifs d’il y a dix ans malgré une activité largement en hausse… Le bilan est loin d’être celui d’un « grand jour » !!!

On ne va pas au boulot pour y perdre la vie

Cet été, deux de nos camarades de Renault Cléon se sont suicidés. Il y avait déjà eu deux suicides, en avril 2013 et en janvier 2014. Bien entendu, une fois de plus la direction de Renault nie le lien avec le travail… Par exemple, l’un des salariés connaissait un blocage de carrière depuis son embauche jusqu’à son suicide et s’était plein de cette situation à plusieurs reprises sans que la direction donne suite à ses demandes justifiées. Il était resté bloqué à l’échelon P2… La Sécurité sociale ne semble pas estimer que Renault n’y est pour rien puisqu’elle donne six mois à Renault pour mettre en place un plan d’action contre les risques psychosociaux. Cependant nous savons bien le caractère pipeau de ce genre de mesures alors même que le patron exerce des pressions permanentes sur les salariés via son encadrement sous prétexte de recherche de moyens d’améliorer les performances personnelles, pressions qui sont un véritable harcèlement parfois et justement les fois où l’encadrement estime le salarié affaibli ou isolé et pense pouvoir le contraindre à la démission… La direction de Renault a d’ailleurs répondu qu’avec les rapports Technologia, elle prend déjà toutes les mesures nécessaires… Donc elle persiste et récidive !

Dites que le patron n’est pas responsable !!!

Un autre suicide a eu lieu à la concession Dacia à Évreux, dans l’Eure, où un homme de 45 ans s’est suicidé. Ce salarié de Renault et père de famille s’est filmé en train de se pendre dans les locaux de l’entreprise et a laissé une longue lettre pour expliquer son geste. Il affirme avoir été harcelé durant des mois par le nouveau directeur de sa concession, arrivé en janvier. L’épouse du décédé a témoigné sur Europe 1 : « (le nouveau directeur) les rabaissait sans arrêt en disant qu’ils étaient incompétents, qu’ils n’avaient pas leur place ici, qu’il fallait qu’ils s’en aillent. Mon mari recevait des mails à 23 heures du soir, c’était constamment, constamment, constamment ». Elle continue : « Il m’a pris mon mari donc je veux qu’il y ait une justice. Je vais porter plainte, pour l’honneur de mon mari je ne peux pas en rester là. Se pendre… c’est horrible. Il était à bout, il ne supportait plus ce harcèlement ». D’après Paris Normandie, le directeur mis en cause ne se serait pas déplacé le jour même sur les lieux du drame. Choqués, près de cent salariés ont décidé d’organiser une marche blanche en l’honneur du père de famille décédé.

La seule limite à l’arnaque est…celle que nous mettrons

Les patrons mènent de plus en plus des actions qui sont un véritable chantage : renoncez à tel droit et on vous garantit l’emploi… En juillet dernier, la direction de Smart France, filiale du groupe Daimler, a proposé aux syndicats du site d’Hambach (Moselle) d’augmenter les salaires des 800 salariés de 120 € brut mensuel pour quatre heures de travail supplémentaire par semaine. En somme, une augmentation de 6 % du salaire de base contre 12 % d’augmentation du temps de travail à condition que le site, confronté à la concurrence de l’entreprise slovène Novo Mesto, soit protégé de toute restructuration jusqu’en 2020.

Les patrons maîtres chanteurs

Remettre en question les avantages des salariés pour ne pas perdre en compétitivité : Bosch, General Motors ou encore Renault ont aussi tenté le coup en France ces dernières années. En 2004, les salariés du site Bosch de Vénissieux, converti dans la fabrication de composants photovoltaïques, dans le Rhône, ont accepté de travailler une heure de plus par semaine et perdre six jours de RTT sans contrepartie salariale. Ce fut un échec : l’entreprise a fermé ses portes en 2009. En mars 2013, les accords négociés par la direction de Renault furent historiques. Les salariés étaient revenus de vingt jours en moyenne à dix jours de RTT sur ses sites français pour mieux rivaliser avec l’usine espagnole de Palencia. Autre exemple : l’entreprise de maintenance informatique Sabena Technics qui a fait passer ses salariés de 35 heures à 39 heures provisoirement, et sans compensation... Il n’y a qu’un seul moyen de ne pas être victimes des patrons maîtres-chanteurs : ne jamais leur céder !

Admettre la surexploitation ne pérennise pas l’emploi !

A l’heure où les patrons, les gouvernants et même certains syndicalistes conseillent aux ouvriers de l’Automobile d’accepter la dégradation des conditions de travail et des salaires, soi-disant pour pérenniser les emplois, il est bon de rappeler que la plupart des bagnes pour ouvriers de l’Automobile ont fermé en licenciant massivement les salariés ! Qui se souvient du bagne Berliet, du bagne Panhard, du bagne Citroën, du bagne Renault, du bagne Talbot, du bagne Chausson, du bagne Camion Unic, etc. Dans l’Automobile les plus importants bagnes ouvriers comme Panhard Porte d’Ivry, Camion Unic Trappes, Citroën Quai de Javel, Darracq quai de Suresnes. Chausson Creil-Asnières-Gennevilliers, Renault Billancourt-Ile Seguin, Renault Vilvoorde, PSA Aulnay, Berliet Vénissieux ont fermé leurs portes. Même le bagne des chaînes de montage et du travail d’O.S. n’a pas fait durer ces sites : la surexploitation des salariés ne garantit nullement les emplois…

La voix de son maître

La CFDT écrit : « Renault a publié ses résultats financiers de premier semestre. Une fois de plus, ils confirment la bonne santé de l’entreprise et démontrent qu’elle est structurellement renforcée… Alors maintenant que les comptes son assainis, les salariés attendent avec impatience le temps de la redistribution. ». Donc le syndicat prête ses illusions aux salariés et prête toujours des bonnes intentions aux patrons : « La direction semble tout à coup s’intéresser réellement à l’amélioration du quotidien de travail des résidents ». Et ce syndicat (qui reste toujours enfermé dans son local) rajoute vouloir porter les revendications des salariés « sans surenchère et dans un souci de responsabilité ». Pas de surenchère vis-à-vis du patron et responsabilité par rapport à qui ? Devinez !

Pas possible en France ?

En mai dernier, on apprenait par les média que Renault touchait le crédit-impôt-recherche de l’Etat par des méthodes inavouables, en diminuant sans cesse la réalité de ses investissements de recherche et en produisant des sociétés fictives de recherche. Cela explique que, pour notre part, on nous vole de plus en plus sur nos impôts ! Mais croyez-vous que, depuis mai, l’Etat (avec les Hollande, les Valls et les Macron aux commandes…) ait rectifié le tir et retiré Renault des bénéficiaires du CIR ? Les illusions ne convainquent que ceux qui en ont… Il n’y a qu’en Allemagne qu’il y ait des grosses arnaques, c’est connu. Mais c’est en France que Total n’a quasiment jamais payé d’impôts et c’est en France qu’on est en train de nous faire tous payer le redressement du trust nucléaire Areva qui coule…

Diviser pour régner…

La CGT nous appelle à lutter à Renault le 8 octobre pour les salaires et les aides sociales. Mais pourquoi appeler les salariés de la SNCF un autre jour, les salariés d’Areva un troisième, les salariés de l’enseignement un quatrième, les salariés de France Télévisions un cinquième, etc… Les patrons divisent les salariés, mènent des attaques calculées, lancent des annonces calculées pour éviter que la classe ouvrière réagisse ensemble car notre unité ferait notre force. C’est normal. Ce qui l’est moins : les centrales syndicales nous proposent des actions séparées, isolées, cloisonnées, divisées. Le mois de septembre est, pour cela, exemplaire : des luttes dans tout le service public et dans le privé sans aucune convergence entre les cheminots, les agents des crèches, les enseignants, les Radio France, les AFP, les France Télévision, les Areva, les postiers, les Renault Trucks et on en passe… Ce n’est pas les patrons et le gouvernement qui cassent le syndicalisme, ce sont ses dirigeants comme Lepaon-Martinez, Berger, etc.

Low cost : coût élevé pour les salariés

Bonne nouvelle, la Kwid de Renault à 3500 euros ? Pas si bonne si on connaît le bas salaire des ouvriers indiens que cela suppose ! D’ailleurs, elle n’est commercialisée qu’en Inde et ne le sera pas en France ni en Europe ! Car le low cost suppose de passer par-dessus les normes de sécurité et de fiabilité…

La course en tête ?

Renault est toujours en tête du classement national des salaires en 2014 ! La palme aussi pour l’augmentation en un an : plus 57% ! Ça vous étonne ? C’est bien normal : il s’agit seulement du classement des salaires des PDG ! Bien évidemment pas de celui de nos salaires bloqués, gelés, sinistrés, tétanisés, misérabilisés !

Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin…

A Renault Douai, les ouvriers sont épuisés. La remplaçante de la Laguna arrive sur les chaînes. On leur avait dit que ce serait l’occasion d’embaucher mais ce n’est pas le cas. Depuis 1980, on est passé d’un effectif de 8000 à 3720 et la direction ne fait qu’augmenter la production, passant de 45 véhicules par heure à 47 à partir de mi-octobre… sans personnel supplémentaire. Cherchez l’erreur !

Notre santé, pour eux, a un prix et ils estiment qu’elle leur coûte trop cher !

Renault Trucks de Vénissieux pourrait prochainement être classée « site amiante ». Le rapporteur du tribunal administratif de Lyon a déclaré que « des plaques amiantes y été entreposées et découpées à la scie sans protection ». A Renault on a connu le travail sur des pièces amiantées et ensuite usinées sans protection !! Les cancers ont suivi à Vénissieux comme à Renault et ne comptez pas sur les patrons pour vous avertir que vous devriez vous faire examiner par un scanner afin d’être traité avant que ce soit irréversible.

Si hauts et si timides !

La direction de Renault ne cesse de parler de « transparence » mais elle refuse toujours de rendre publique les salaires des plus hauts cadres de la firme. Il faut croire qu’ils sont trop hauts pour que cela la gène à ce point de les communiquer. Cela pourrait donner des idées de revendications aux autres ?...

Migrants à Dachau !!!

Preuve de la valeur des discours humanitaires des politiciens sur les migrants : tout ce qu’a trouvé l’Allemagne de mieux pour héberger les migrants, c’est l’ancien camp de concentration des nazis de Dachau. Tout ce qu’a trouvé la Hongrie pour accueillir les migrants, c’est de leur envoyer des nervis, des milices, des policiers et des militaires qui les ont attaqués à coups de matraques et de grenades lacrymogènes. Et maintenant le gouvernement hongrois leur donne l’autorisation de tirer à balles réelles… Valls, lui, parle d’humanitaire ferme et expulse à tour de bras les campements des migrants. La Frontex, armée des frontières de l’Europe aura les mêmes droits contre les bateaux de migrants. Certains travailleurs, peu malins, croient que tout cela devrait servir à les protéger contre l’afflux des migrants qui ne pourraient que faire régresser le niveau social ici. Ils ne se rendent pas compte surtout qu’on a fait exprès de les pousser contre ces populations en annonçant qu’on allait les héberger massivement. Et ils oublient de se poser la question des causes de cet migration qui est en fait un véritable exode de peuples entiers et plus du tout une immigration économique ni une immigration politique. Un tel exode est le produit d’une guerre dans laquelle nos gouvernements sont engagés et qui détruit des pays en entier ou pour la plus grande part, rendant impossible sur place la vie des habitants. C’est le terrorisme des grandes puissances qui fait fuir ces peuples. Les migrants sont les nouveaux juifs et pas seulement à Dachau !

Que de propositions pour nos petits matins

Tous les matins, on a de multiples propositions comme ‘Lunch and Learn » ou « les Matins Malins » et tous les moyens sont bons pour occuper ces moments de détente si rares en faisant… de l’informatique ! On préfère nettement les matins calmes avec tout simplement un café/croissants et quelques petits ragots sympathiques entre amis !

Sièges éjectables ?

On a remarqué ces derniers temps qu’il y avait beaucoup de regroupements d’UET. Cela était toujours présenté comme des hasards, ou une nouvelle réorganisation par opportunité. Mais comme cela va toujours dans le même sens on ne peut que constater la baisse du nombre d’UET. Les petits chefs, eux, serrent les fesses et s’accrochent ainsi à leurs strapontins. Peut-être feraient-ils mieux de réaliser que leur petite sinécure n’est pas très fiable et d’être capables de mieux choisir leur camp…


Ils brandissent les migrants pour nous tromper

Les classes dirigeantes sont passées en quelques jours du discours « non aux migrants » à celui de « bienvenue aux migrants ». Puis à la fermeture des frontières intérieures de l’Europe pour bloquer les migrants et aux centres d’internement pour ceux-ci. Le tout petit moment où les classes dirigeantes se sont prétendues humanitaires leur a seulement servi pour faire peur aux peuples européens et les pousser vers l’extrême droite !

Hier, il n’était pas question de parler des migrants et aujourd’hui on nous annonce que le principal problème de l’Europe serait celui des migrants ! A croire que la crise capitaliste ne serait plus le problème numéro un !!! Comme si on n’était pas assez malins pour voir que la Chine s’effondre, que l’Inde aussi, que la Russie fait de même, que le Japon est à l’arrêt, que le Brésil chute, que les économies européennes sont en panne… La machine capitaliste, soi-disant tirée par les « pays émergents » n’est pas sortie de son effondrement de 2007-2008 et fonctionne plus que jamais à coups d’injections d’argent public, argent qui fait défaut aux Etats et qui mène à la destruction méthodique des services sociaux, des aides sociales et de tout le secteur public, y compris santé et éducation. Comme par hasard, seul le secteur armée-police se porte bien en termes financiers. Parce que c’est seulement la guerre que l’on nous prépare…

Et la dernière campagne sur les migrants est là pour justifier le développement des guerres, notamment celles d’Irak et de Syrie. Le sort des peuples, qui préoccupe prétendument les Hollande et Merkel, a servi jusque là à justifier les guerres impérialistes mais sans que ce sort préoccupe les mêmes puissances dès qu’il s’agissait des migrants des même pays fuyant la guerre et les destructions. Cette contradiction flagrante n’a pas gêné ces gouvernants tant que les peuples ne se sont pas révoltés.

Mais justement, devant le caractère désespéré de leur situation, renvoyés de partout, les migrants sont entrés en révolte : au lieu de supplier, de protester et de chercher à s’en sortir individuellement en Europe, ils ont fait cause commune et ont par exemple attaqué collectivement à Calais. Et ce n’est qu’un exemple d’un changement général d’attitude : ils sont entrés en masse partout où on leur refusait le passage en petit groupe : émeutes à Roszka, émeutes à Calais, émeutes à Lesbos, émeutes à Impal, émeutes à Kos, émeutes à Dresde, émeutes à Gevgelija, émeutes à Debrecen, émeutes à Idomeni, émeutes à Saint-Domingue, émeutes à Tor Sapienza, émeutes à Little India, émeutes à Budapest… C’est cela qui a contraint les gouvernants à changer de politique mais cela ne signifie pas que le souci humanitaire ait réellement gagné ces gouvernants ni qu’ils aient l’intention de véritablement les accueillir.

Des guerres, les pays occidentaux n’ont cessé d’en faire et pour résultat on trouve un niveau du terrorisme jamais atteint. Pas étonnant : ce sont ces interventions armées des puissances occidentales qui l’ont semé !

Bien sûr, les gens de bonne foi ne peuvent imaginer que les grandes puissances occidentales aient fait cela sciemment. Ils pensent que les Al Qaïda ou les Etat « islamique » (Daesh) combattent les démocraties occidentales et même certains croient que ces courants intégristes combattent le capitalisme. Quelle erreur ! Les groupes en question servent de justification à l’évolution du capitalisme vers une violence mondiale, servent à faire croire que les Etats impérialistes entrent en guerre pour sauver les peuples !

N’oublions pas que deux fois de suite, en 1914 et en 1939, ces mêmes puissances ont tenu exactement le même discours qui a eu pour résultat de transformer une partie du monde en tombeau de masse… Deux fois de suite, la crise de la domination du capitalisme, suite à une crise économique mondiale du système, a entraîné le monde dans la barbarie, celle du fascisme et celle de la boucherie guerrière.

En faisant croire qu’ils font la guerre pour la sécurité des peuples européens et par souci humanitaire pour les peuples syrien, libyen ou irakien, les classes dirigeantes occidentales se préparent à entraîner les prolétaires du monde occidental à leur suite afin de sauver leur domination sur un système qui a failli, qui n’a plus d’avenir, qui ne peut survivre à l’évolution nécrophile des investissements autrefois productifs, puis financiers et spéculatifs et désormais nécrophiles, fondés sur la chute des économies, des monnaies, des comptes des Etats et des banques centrales, de la production, sur la chute de tout progrès économique et social.

Quand le capital privé mise sur l’effondrement, nous travailleurs, ne pouvons pas miser sur le soutien à nos gouvernants capitalistes ni sur les classes exploiteuses qu’ils défendent. Nous ne devons compter que sur nous-mêmes pour assurer un avenir à nos enfants, à toute la société humaine, au-delà de la mort du système d’exploitation.

10 Messages de forum

  • Le commissaire européen à l’Environnement a averti dès 2013 ses collègues que des constructeurs automobiles truquaient des moteurs pour fausser les tests antipollution, bien avant que le scandale Volkswagen n’éclate, affirme dimanche le Financial Times.

    Bien sûr que tout le monde capitaliste était au courant que les automobiles empoisonnent la planète même si l’industrie est maintenant placée en tête de la propagande verte !!! Et c’est encore par hypocrisie qu’ils ont fait semblant de le découvrir...

    Répondre à ce message

  • La tricherie orchestrée par Volkswagen (VW) n’en finit pas de prendre de l’ampleur. Alors que, jusqu’à présent on pensait que l’installation d’un logiciel espion permettant de falsifier les tests antipollution ne concernait que les petites motorisations du constructeur allemand, l’Environmental Protection Agency (EPA) a révélé, lundi 2 novembre, que la malversation s’étendrait également à des moteurs plus puissants sur des modèles de marque VW, Audi et Porsche, commercialisés aux États-Unis.

    Répondre à ce message

  • L’action Renault perd un peu plus de 20% à la bourse de Paris après l’annonce de perquisitions réalisées par les services de la répression des fraudes dans plusieurs des sites Renault en Ile-de-France.

    La CGT s’interrogerait sur une possible enquête sur une fraude aux émissions polluantes.

    "Des agents de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) sont intervenus sur différents sites Renault jeudi dernier", affirme jeudi dans un tract le syndicat CGT Renault du site de Lardy (Essonne).

    Les "secteurs" concernés ("homologation et mise au point des contrôles moteur") "laissent fortement penser" que ces "perquisitions" sont "liées aux conséquences de l’affaire des moteurs truqués de Volkswagen", écrit le syndicat.

    "Ils ont récupéré les PC de plusieurs directeurs", précise-t-il.
    Les sites visés ont été selon la CGT : le centre d’ingénierie de Lardy, le technocentre de Guyancourt (Yvelines), le site du Plessis-Robinson et le siège à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).

    Pour sa part, la CFDT a été informée par des militants de perquisitions de la DGCCRF à Lardy et Guyancourt. "Nous avons questionné hier (mercredi) la direction mais n’avons pas eu de réponse. Tout le monde est surpris", a déclaré à l’AFP Franck Daoût, délégué syndical central CFDT.

    Contactée par l’AFP, la DGCCRF n’était pas en mesure de répondre dans l’immédiat, tout comme la direction de Renault.

    Répondre à ce message

  • Comme nous le pensions, Renault polluait plus qu’il ne le prétendait et va être contraint de le reconnaitre. Quand on pense que Renault s’est gargarisé avec les mots de "développement durable" en occupant les premiers rangs de la COP21 !!!

    Répondre à ce message

  • Renault n’est pas tiré d’affaire dans l’accusation du dieselgate !

    La Direction de la répression des fraudes a décidé de transmettre hier à la justice les conclusions de son enquête sur les émissions polluantes des véhicules diesel de Renault.

    Après le scandale des moteurs truqués Volkswagen, c’est Renault qui pourrait être inquiété par la justice pour des irrégularités similaires. Le ministère de l’Économie a annoncé mercredi soir que la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) avait décidé de transmettre au parquet de Nanterre les conclusions de son enquête sur les émissions polluantes des véhicules diesel du premier groupe automobile français.

    L’enquête visant les principaux constructeurs présents sur le marché français avait mis en évidence que les véhicules Renault émettaient des niveaux de polluants, CO2 et NOx, très supérieurs à ce que la marque au losange revendiquait. Mais sans pour autant mettre au jour l’existence de logiciels truqueurs comme dans le cas de Volkswagen.

    Outre des résultats de tests menés sur des véhicules, la DGCCRF s’est appuyée « sur l’analyse de documents saisis au cours d’une perquisition dans les locaux du constructeur et sur l’audition de représentants de l’entreprise », a précisé Bercy, remarquant qu’« il revenait maintenant à la justice de donner les suites qu’elle jugerait nécessaires à ces manquements présumés ».

    Le groupe automobile, disant prendre acte de cette décision, et réaffirmé « sa détermination à faire valoir ses droits pour défendre l’intérêt social de l’entreprise, ses salariés et ses actionnaires ». Elle a répété les arguments qu’elle énonce depuis que la perquisition de la DGCCRF dans ses locaux a été révélée en janvier dernier, provoquant un effondrement de la valeur de son titre en Bourse.

    « Les véhicules Renault ont tous et toujours été homologués conformément à la loi et aux réglementations. Ils sont conformes aux normes en vigueur » et « ne sont pas équipés de logiciels de fraude aux dispositifs de dépollution », a assuré le groupe dont le patron Carlos Ghosn a affirmé fin septembre, lors du Mondial de Paris, qu’il était « totale

    Les oxydes d’azote (NOx) regroupent essentiellement deux types de molécules polluantes : le monoxyde d’azote (NO) et le dioxyde d’azote (NO2). Irritants, ils pénètrent dans les ramifications les plus fines des voies respiratoires. Chez les personnes sensibles, ils peuvent provoquer des difficultés respiratoires, une hyperréactivité bronchique, et chez l’enfant ils favorisent l’accroissement de la sensibilité des bronches aux infections. Le dioxyde d’azote est d’ailleurs le polluant le plus nocif pour la santé humaine.

    Répondre à ce message

  • Volkswagen a annoncé vendredi qu’elle allait supprimer 30 000 emplois à travers le monde, dans le cadre d’un plan de restructuration baptisé « Pacte pour l’avenir » visant à réaliser 3,7 milliards d’euros d’économies par an jusqu’en 2020 et à augmenter la productivité des sites allemands jusqu’à 25%. L’objectif est de faire passer à 4% la marge d’exploitation de la marque VW. Les coûts de production de VW sont en effet considérés comme trop élevés, indépendamment des pénalités colossales que devra verser le groupe pour régler le scandale des moteurs diesel truqués. La marque VW ne dégage que 1,60 euro de bénéfices pour 100 euros de chiffre d’affaires sur les neuf premiers mois de l’année.

    La réalité est tout autre : VW désinvestit massivement pour spéculer et faire face ainsi à la chute financière liée au dieselgate (fraude à la la pollution).

    Répondre à ce message

  • Une remarque : le plan de suppressions d’emplois a été signé par les syndicats !!!

    Répondre à ce message

  • Mieux que le dieselgate !!!

    Volkswagen s’excuse pour avoir forcé des singes à respirer des gaz d’échappement !!!

    Le trust s’excuse mais on ne l’excuse pas !!!

    Il prétend faire tomber quelques têtes !!!

    Toujours la même méthode !!!

    Les trusts sont criminels mais ils ne touchent pas à la base même de leur crime : leur sacro saint droit de propriété du capital !!

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0