English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 14 - Livre Quatorze : PROLETAIRES SANS FRONTIERES > Guerre et Révolution

Guerre et Révolution

vendredi 8 mai 2015, par Robert Paris

Guerre, violence et classes sociales, Engels

Guerre franco-allemande de 1870

Marx et la guerre de 1870

Marx : The Beginning of the Franco-Prussian War (in english)

L’internationalisme prolétarien face à la guerre

Lettres de Marx et Engels sur la guerre franco-prussienne

Vers la guerre et la Commune

Marx-Engels et la guerre

Première guerre mondiale

La première guerre mondiale, nullement une surprise pour des marxistes

Première guerre mondiale : une contre-révolution

Crise du capitalisme et guerre

Introduction à "Guerre et Révolution", Trotsky

Guerre et Révolution de Léon Trotsky (tome I)

Guerre et Révolution de Léon Trotsky (tome II)

La guerre et l’Internationale, Trotsky

Le socialisme et la guerre, Lénine

Les principes du socialisme et la guerre de 1914, Lénine

La guerre et la social-démocratie russe, Lénine

Les tâches de la social-démocratie révolutionnaire dans la guerre européenne, Lénine

La révolution russe et la guerre civile

La guerre et le Gouvernement provisoire, Lénine

L’internationale et la guerre, Lénine

Zimmerwald et la guerre, Lénine

L’impérialisme et la guerre, Lénine

Appel de la révolution aux soldats

C’est la révolution prolétarienne qui a arrêté la première guerre impérialiste mondiale

Deuxième guerre mondiale

La lutte contre l’impérialisme et contre la guerre, Trotsky

La guerre et la IVe Internationale, Trotsky

L’Inde devant la guerre impérialiste, Trotsky

Manifeste face à la deuxième guerre impérialiste mondiale, Trotsky

Deuxième guerre mondiale, une contre-révolution

La deuxième guerre mondiale était-elle un combat des démocraties contre le fascisme ?

Aujourd’hui

Guerre et révolution

D’où viennent les guerres, les guerres mondiales, les fascismes et les terrorismes ? De la lutte entre forces bourgeoises ou de la lutte des classes entre le prolétariat et la bourgeoisie ?

Troisième guerre mondiale ou révolution mondiale : qui l’emportera ?

L’effondrement capitaliste et la poussée vers la guerre

Vers la troisième guerre mondiale ?

Le pacifisme est-il une arme adéquate pour lutter contre la montée vers la troisième guerre mondiale impérialiste ?

Lire encore sur la guerre

2 Messages de forum

  • Guerre et Révolution 1er juin 2015 07:25, par R.P.

    Lénine dans « Le programme militaire de la réovlution prolétarienne » :

    « Sur le plan théorique, on commettrait une grave erreur en oubliant que toute guerre n’est que la continuation de la politique par d’autres moyens ; la guerre impérialiste actuelle est la continuation de la politique impérialiste de deux groupes de grandes puissances, et cette politique est engendrée et alimentée par l’ensemble des rapports existant à l’époque de l’impérialisme. Mais cette même époque doit aussi, nécessairement, engendrer et alimenter la politique de lutte contre l’oppression nationale et la politique de lutte du prolétariat contre la bourgeoisie ; par conséquent, elle doit rendre possibles et inévitables, premièrement, les insurrections et les guerres nationales révolutionnaires ; deuxièmement, les guerres et les soulèvements du prolétariat contre la bourgeoisie ; troisièmement, une fusion de ces deux formes de guerres révolutionnaires, etc. »

    Répondre à ce message

  • Guerre et Révolution 17 janvier 2016 13:25, par Robert Paris

    Guerre et révolution

    Karl Kautsky

    "Le Socialisme", 2 novembre 1912

    Ce n’est pas une question de savoir si la solidarité internationale du prolétariat moderne se trouve en opposition irréconciliable avec tout choc belliqueux entre deux Etats européens. L’Internationale tout entière est une pour condamner toute guerre qui pourrait sortir de l’actuelle crise balkanique. A tous tant que nous sommes, sans distinction de nationalités ou de tendances, une guerre de ce genre nous apparaît comme le crime le plus effroyable, et pour l’écarter, nous devons employer tous les moyens et toutes les forces qui sont à notre disposition et susceptibles de donner un résultat.

    Mais cela ne doit pas nous faire oublier ce fait, que les guerres furent toujours puissantes locomotives de l’histoire du monde et qu’une guerre européenne se produirait, à l’heure qu’il est, dans une situation où elle pourrait remplir cette fonction dans des proportions particulièrement considérables. Une guerre impose aux souverains et gouvernants les devoirs les plus graves à remplir, tout pouvoir politique qui n’est pas alors à la hauteur de sa tâche trouve dans la guerre sa chute certaine. Plus d’une fois on a vu, dans les luttes extérieures des nations, apparaître vermoulues et incapables de vivre des forces qui, dans les luttes nationales intérieures, offraient encore l’apparence de la solidité et de la pleine vitalité.

    Mais le seul effet de la guerre et de ses conséquences n’est pas de ruiner les éléments surannés et dépassés. Très souvent aussi, par cette ruine même, elle force l’élément neuf, l’élément du progrès, à des essais prématurés de ses forces, à la mesure desquels il ne se trouve pas encore. Depuis un demi-siècle, toute grande guerre d’une puissance européenne a été suivie de la révolution, mais suivie elle-même de la contre-révolution – aussi bien en France en 1871 qu’en Russie en 1906. La guerre russo-turque de 1877-1878 fut, elle aussi, suivie d’une explosion de terrorisme qui mit l’absolutisme presque aux abois, mais qui, en 1881, fut étouffée par la réaction.

    Les prodromes d’une guerre mondiale qui se produisent actuellement constituent une menace pour la volonté de paix du prolétariat ; pour son élan révolutionnaire, ils constituent une promesse, mais aussi un avertissement. Les jours terribles qui semblent être devant nous peuvent nous porter bien avant dans notre route vers la démocratisation et la socialisation de la société capitaliste, mais ils peuvent ainsi ébranler profondément pour des années, par des défaites sanglantes, la puissance du prolétariat, si notre Parti ne se montre pas au niveau de l’énorme tâche qui lui incombe.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0