English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 14 - Livre Quatorze : PROLETAIRES SANS FRONTIERES > Au fait, vous connaissez les écrivains roms ?

Au fait, vous connaissez les écrivains roms ?

samedi 19 octobre 2013, par Robert Paris

Vous connaissez des écrivains roms, c’est-à-dire Rrom, idoine, atsingano, gens du voyage, tsigane, yéniche, zingeuner, zingaro, jenische, kalo, chib romani, gyfto, gypsy, gitan, romanichel, sintis, manouche, kalé, bohémien ?

Sur les Roms, nouveaux Juifs de l’Europe

Beaucoup d’auteurs parlent ou ont parlé des roms mais on lit peu de choses sur les auteurs roms…

Mais peut-être n’y a-t-il pas d’auteurs roms…

Vous connaissez certainement Jaroslav Hašek mais vous ne saviez pas qu’il était bohémien… Comme l’écrivait Jean-Richard Bloch, préfacier de « Le brave soldat Chveik » pour Folio : « Ce Hašek, mort jeune et dans la misère, avait été, de son vivant, un parfait et sympathique dévoyé. Bien qu’il fût né bohémien, son goût pour la vie de bohème ne lui avait pas attiré la sympathie de ses compatriotes. » En fait, devenu communiste durant la guerre, il avait rejoint la révolution russe et l’armée rouge…

Hašek, un écrivain bohémien

Mais vous ne connaissiez pas les auteurs roms : Karl et Ceija Stojka, Raјko Đurić , Bronisława Wajs, Delaine et Damian Le Bas, Luminița Cioabă , Esméralda Romanez, Károly Bari, Hélios Gómez, Stefan Horvath, Matéo Maximoff, Coucou Doerr...

Une saisissante description par Gustave Flaubert d’un campement de Roms, ou plutôt de Bohémiens installés à Rouen en 1867 :

« Je me suis pâmé, il y a huit jours, devant un campement de Bohémiens qui s’étaient établis à Rouen. Voilà la troisième fois que j’en vois. Et toujours avec un nouveau plaisir. L’admirable, c’est qu’ils excitaient la haine des bourgeois, bien qu’inoffensifs comme des moutons. Je me suis fait très mal voir de la foule, en leur donnant quelques sols. Et j’ai entendu de jolis mots à la Prudhomme. Cette haine-là tient à quelque chose de très profond et de complexe. On la retrouve chez tous les gens d’ordre.

C’est la haine qu’on porte au Bédouin, à l’Hérétique, au Philosophe, au Solitaire, au Poète. Et il y a de la peur dans cette haine. Moi qui suis toujours pour les minorités, elle m’exaspère. Du jour où je ne serai plus indigné, je tomberai à plat, comme une poupée à qui on retire son bâton. »

Bohémiens en voyage de Baudelaire :

La tribu prophétique aux prunelles ardentes

Hier s’est mise en route, emportant ses petits

Sur son dos, ou livrant à leurs fiers appétits

Le trésor toujours prêt des mamelles pendantes.

Les hommes vont à pied sous leurs armes luisantes

Le long des chariots où les leurs sont blottis,

Promenant sur le ciel des yeux appesantis

Par le morne regret des chimères absentes.

Du fond de son réduit sablonneux, le grillon,

Les regardant passer, redouble sa chanson ;

Cybèle, qui les aime, augmente ses verdures,

Fait couler le rocher et fleurir le désert

Devant ces voyageurs, pour lesquels est ouvert

L’empire familier des ténèbres futures.

Béranger écrivit une chanson intitulée ‘’Les bohémiens’’ commençant par :

« Sorciers, bateleurs ou filous,

Reste immonde

D’un ancien monde,

Sorciers, bateleurs ou filous,

Gais bohémiens, d’où venez-vous ?

D’où nous venons ? L’on n’en sait rien.

L’hirondelle

D’où nous vient-elle ?

D’où nous venons ? L’on n’en sait rien.

Où nous irons, le sait-on bien ? »

Jaroslav Hašek (30 avril 1883 - 3 janvier 1923) est un romancier, un humoriste et un journaliste bohémien d’origine tchèque, rendu célèbre par son chef-d’œuvre satirique Le Brave Soldat Chvéïk. Très vite dans sa carrière, Hašek s’affirma activement en tant qu’anarchiste et publia de très nombreux textes dans la presse politique de langue tchèque. En 1907 il devint rédacteur en chef du périodique anarchiste Komuna. Il est ensuite journaliste aux périodiques Ženský obzor (L’Horizon de la femme, à partir de 1908), Svět zvířat (Le Monde des animaux, un journal satirique), České slovo (Le Mot tchèque, à partir de 1911), mais aussi et de manière irrégulière aux : Čechoslovan, Pochodně, Humoristicky listy. Il fonde en 1911 le Parti du lent progrès dans les limites de la loi (Stranu mírného pokroku v mezích zákona) et se présente comme son candidat tout en caricaturant les autres partis et le mode de scrutin. Désireux à un moment de retrouver une existence moins mouvementée, il épousa Jarmila Mayerová, elle-même une écrivaine, mais sans grand succès. Il se fit une spécialité du vol et du trafic de chiens, allant jusqu’à inventer de faux pedigrees pour revendre des bâtards à un meilleur prix, comme le fera Chvéïk dans son roman. Les pulsions suicidaires ne lui étaient pas étrangères et on l’empêcha un jour de justesse de se jeter du pont Cech à Prague. Suite à cet incident, il passa une courte période en établissement psychiatrique, ce qui là aussi constituera plus tard pour lui une source d’inspiration. Hašek eut un enfant de Jarmila, Richard. Mais sa femme le quitta peu après pour retourner chez ses parents, emportant Richard avec elle. Jaroslav en fut réduit à louer une chambre dans un bordel, le U Valsu. En 1915, Jaroslav Hašek, qui avait acquis une solide réputation de noceur, fut enrôlé dans l’armée autrichienne. Il fut incorporé au 91e régiment autrichien sur le front de Galicie en 1915 et n’hésitera pas plus tard à ridiculiser ses supérieurs, dans Le Brave Soldat Chvéïk, sous leurs véritables noms. Hašek servit également en Bohême du sud avant de gagner la Hongrie. En septembre 1915, son unité fut isolée à la suite d’une percée des troupes russes et Hašek se rendit aux Russes. Il fut emprisonné dans un camp en Ukraine, puis dans l’Oural. En 1917, la Révolution russe mit fin à la guerre sur le front de l’Est. Hašek, libéré, s’engagea volontairement au service des bolcheviks en 1918, qui en firent un commissaire politique dans la 5e armée russe. Jaroslav Hašek fut de retour à Prague en 1920, capitale de la nouvelle Tchécoslovaquie et s’engagea plus que jamais dans la politique, guidé par ses idéaux communistes et nationalistes. De Russie il ramenait, entre autres, une nouvelle femme, bien que n’ayant jamais divorcé d’avec Jarmila. Tout en continuant à boire énormément, Hašek entama l’écriture rapide des aventures du brave soldat Chvéïk, un personnage qu’il avait déjà créé dans d’autres histoires, aujourd’hui perdues. La verve noire et comique de Jaroslav Hašek s’adressait directement au petit peuple.

ECRITS

• Le Brave Soldat ChvéÏk,

• Nouvelles aventures du brave soldat Chvéïk

• Dernières Aventures du brave soldat Chvéïk

• De Prague à Budapest

• Les Aventures dans l’Armée rouge

• Histoire du Parti pour un progrès modéré dans les limites de la loi

Matéo Maximoff (né le 17 janvier 1917 à Barcelone et décédé le 24 novembre 1999) est un écrivain rom. Maximoff est le premier et l’un des plus prolixes romanciers roms avec une douzaine de romans. Il est aussi (avec Menyhért Lakatos de Hongrie) le plus traduit. Pendant sa vie, il est également grand voyageur et traducteur du Nouveau Testament et des Psaumes dans le parler kelderaś de la langue romani. La plupart de ses œuvres s’inspirent de faits réels ou colportés par la mémoire traditionnelle. Son premier ouvrage est aussi le plus connu Les Ursitory (nom roumain de fées comparables aux Parques) ; la rédaction en remonte à son incarcération, à l’âge de 21 ans, suite à un dramatique fait divers en Auvergne. Une série de contes à faire peur (Darane paramisǎ) a été refondue dans le roman La poupée de Mamaliga. Son ouvrage le plus puissant est toutefois Le prix de la liberté, narrant la révolte des esclaves roms netoţi dans ces principautés roumaines qui avaient réduit, cinq siècles durant, les Roms au statut de bétail bipède. Il a écrit occasionnellement de la poésie, où se reflète la condition très dure de la plupart des Roms autour de lui. Bien que publié avant tout en langue française (et traduit dans plus d’une dizaine d’autres), il avait souvent gardé une version romani de ses principaux écrits. Il fut aussi photographe de talent pendant près d’un demi-siècle.

Publications

• Les Anges du destin Texte de Matéo Maximoff, photos de Claude et Marie-josé Carret

• Les Ursitory écrit en 1938, publié en 1946

• Le prix de la liberté

• Savina (Wallâda) une farouche histoire de femmes tziganes racontée par un tzigane

• La septième fille une histoire de sorcellerie dans le camp d’internement de Lannemezan

• Condamné à survivre une histoire de vengeance dans l’Europe secouée par les guerres.

• La poupée de Maméliga les histoires épouvantables que se racontent les Roms au cours des veillées.

• Vinguerka Le destin tragique d’une petite danseuse tsigane dans les Balkans au XIXè siècle.

• Dites-le avec des pleurs roman à caractère autobiographique

• Ce monde qui n’est pas le mien Les aventures d’un enfant Rom entre la Russie, les Balkans, la France, l’Angleterre...

• Routes sans roulottes Récit autobiographique

• Les Gens du Voyage photographique (noir et blanc)

En 2007 a été publiée une biographie de Matéo Maximoff, signée de l’un de ses anciens compagnons, Gérard Gartner. Editions Alteredit. Les Roms de Montreuil - du 6 mars au 6 avril 2013 Photographies de Matéo Maximoff Cette exposition est composée d’une sélection de photographies noir et blanc réalisées par Matéo Maximoff, entre 1920 et 1960. Né en 1917 d’un père Kalderash venu de Russie et d’une mère manouche de France, l’artiste est surtout connu en tant que romancier. Il a cependant cumulé des fonctions aussi variées que chaudronnier, journaliste, conférencier, conteur, pasteur, photographe. Ces clichés ont été pris à Montreuil, où Matéo vécut avec sa famille pendant de nombreuses années. Sans recherche esthétique, ni mise en scène de la réalité, l’artiste photographie les siens et porte un regard authentique et original sur sa communauté.

Bronisława Wajs, dite Papusza (Lublin, 17 août 1908 - Inowrocław, 8 février 1987) est une poétesse et chanteuse polonaise-rom. Issue d’une famille de harpistes itinérants, elle exprime pour elle-même sa poésie dans des soliloques au cœur de la nature et un jeune critique littéraire, Jerzy Ficowski, la découvre peu après la guerre. Il l’encourage alors à noter sur papier ses compositions et à les lui envoyer. C’est ainsi que ses créations naïves et spontanées paraissent dans la revue « Perspectives », ce qui jette la confusion parmi les Roms de son groupe, puis dans un volume réédité plusieurs fois, « Chants de Papusza ». Tiraillée et victime de pressions capricieuses, Papusza tombe malade et brûle tous ses manuscrits. Elle écrira quelques derniers poèmes à la veille de sa mort. Papusza reste une des figures les plus importantes de l’histoire de la littérature rromani, en tant que première poétesse et en tant que première voix littéraire rrom après la Seconde Guerre mondiale.

Luminița Cioabă (dont le noms réel est Maria Mihai) (née le 1er octobre 1957, à Târgu Cărbunești, județ de Gorj) est une écrivaine roumaine de langue romani et de langue roumaine.

Luminița Cioabă est la fille de Ion Cioabă, chef d’une faction des roms căldărari. Elle a fait des études de lettres à la Faculté de Philologie de Sibiu. Les livres en romani de Luminița Cioabă ont été traduits en roumain et en anglais. Luminița Cioabă est membre de l’Union des écrivains de Roumanie (Uniunea Scriitorilor din România).

Livres publiés

• O angluno la phuveako. Rădăcina Pământului (Ed. Neo Drom, Sibiu, 1994) - poèmes en romani et en roumain

• O manuãi kai bitinel briãînd. Negustorul de ploaie (Ed. Neo Drom, Sibiu, 1997) - poèmes en romani et en roumain

• Ghid de conversație român - țigănesc (Ed. Teora, București, 2000)

• Curs intensiv de limba rromani (Ed. Neo Drom, Sibiu, 2001) - cours de langue romani

• Țara pierdută (Ed. Etape, Sibiu, 2002) - nouvelles

• Deportarea în Transnistria. Mărturii (Ed. Neo Drom, Sibiu, 2006) - sur la déportation des roms en Transnistrie pendant la Deuxième Guerre mondiale

Théâtre

• Blestemul șarpelui

• Delila

• Macul roșu

Raјko Đurić, en serbe cyrillique Рајко Ђурић (né le 3 octobre 1947 (66 ans) à Malo Orašje), est un écrivain et un homme politique rom serbe. Il dirige l’Union rom de Serbie, l’un des partis qui défendent la minorité rom en Serbie. Il est député au Parlement de Serbie.

Ouvrages

• Bi kheresko-Bi limoresko, 1979

• Purano svato o dur themestar, 1980

• A i U - A thai U, 1982

• Kultur der Roma und interkulturelle Beziehungen, 1988-1990

• Paradigmen in der Kultur der Roma, 1992

• Die Kultur der Roma und Sinti, 1993

Esméralda Romanez (1949- France) est l’auteure de Les Chemins de l’arc-en-ciel (édition wallada) et De coups de cœur en coups de gueule (édition Lacours à Nîmes).

L’enfant nu de Esméralda Romanez

Au terrain vague des Tsiganes

Où papillonne l’enfant nu,

Aux marches froides des ghettos,

Aux usines où l’on enchaîne

Hommes et femmes pour la soupe,

Aux fonds des prisons politiques,

A la caserne " troisième âge "

Où l’on exil le vieillard,

A la réserve des indiens

Crevant au coeur d’un peuple " neuf "

Indifférents " civilisés ",

Aux trottoirs noirs des rues des ports,

Aux piloris nauséabonds

Où pourrissent des innocents,

A la braderie de l’amour,

Aux cris des chambres de torture,

Aux vieux bordels de Thaïlande

Où se consument des enfances,

A la merde des bouges noirs,

A la longue désespérance

De la putain de quatorze ans,

Il me faudrait gueuler l’espoir... !

Dans le bleu tendre du matin,

Au terrain vague des Tsiganes

Où papillonne l’enfant nu,

J’entends un orchestre d’oiseaux

... Ecoute ami, entends la vie,

Elle serait belle...

Respecte là !

La suite

Sur Ceija Stojka (en anglais)

Et en français

Sur Delaine et Damian Le Bas (en anglais)

Sur Károly Bari

Et on remercie vivement les lecteurs qui nous demandent de ne pas oublier l’écrivain Alexandre ROMANES, directeur du cirque du même nom, qui présente en ce moment un spectacle intitulé "Voleurs de poules" Alexandre Romanès a sorti en 2011 un magnifique recueil de poèmes "Un peuple de promeneurs, histoires tziganes" (Gallimard ). Cet opus faisait suite à deux autres ouvrages : "Paroles perdues" (2004) et "Sur l’épaule de l’ange" (2010) tout aussi beaux.

1 Message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0