English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 08- Livre Huit : ACTUALITE DE LA LUTTE DES CLASSES > Mali : IBK est élu mais le peuple malien n’a pas eu le choix d’un des (...)

Mali : IBK est élu mais le peuple malien n’a pas eu le choix d’un des siens

mardi 13 août 2013, par Robert Paris

Mali : IBK est élu mais le peuple malien n’a pas eu le choix d’un des siens

IBK a été élu président et succède à Traore, qui lui-même a succédé à Sanogo, à ATT et à Moussa Traore. Elections ou pas, coup d’état ou pas, le pouvoir n’a jamais appartenu au peuple malien mais aux chefs militaires et aux classes dirigeantes et cela va continuer. L’élection a concerné les politiciens mais pas le peuple malien et les vrais choix n’en font pas partie.

N’étaient pas en jeu dans l’élection les questions fondamentales : qui va payer les frais de la guerre, qui va payer la reconstruction, comment va-t-on faire revenir les populations du nord, comment reconstruire la confiance au sein des peuples du nord, comment empêcher que les classes dirigeantes reconstituent leurs détournements de toutes les richesses du pays, qui va donner emploi, salaire, logement, enseignement et santé, etc, etc…

Même au plan politique, rien n’est réglé par l’élection. La question touarègue : pas réglée. La question du terrorisme : pas réglée. La question de l’islamisme : pas réglée. La question des dissensions au sein de l’armée malienne : pas réglée. La question des dépendances entre hommes politiques et hommes d’affaire avec les affaires de corruption : pas réglée.

Ce n’est pas les discours blabla de cet ancien dirigeant politique, l’un des responsables de la catastrophe actuelle, qui risquaient de les régler…

La révolte des populations, au nord comme au sud, n’est pas davantage réglée, tout au plus retardée.

Le seul changement est l’occupation militaire de longue durée par l’armée française et les armées étrangères sous l’égide de l’ONU qui ne sont en rien une garantie de paix et de bien-être comme l’ont montré des pays occupés par l’ONU et les armées étrangères, voir le Centrafrique ou le Congo-Zaïre…

L’élection du président a été le cadet des soucis du peuple du nord Mali et très peu passionnée au sud Mali. La population a d’autres sujets de préoccupation.

Ce sont les classes dirigeantes et les profiteurs, nationaux comme étrangers, qui étaient intéressés à l’élection et qui sont contents. Le fait qu’IBK ait été rallié par 22 candidats du premier tour montre bien qu’on a affaire à une opposition de pure forme, comme avec ATT et que les choses ne risquaient pas de changer dans une telle élection.

Pour que ça change au Mali, il faut que la politique soit aux mains des couches populaires et pas de l’alliance entre politiciens, affairistes et chefs militaires !

Ce sont toujours les mêmes qui vont profiter de l’or, des pierres précieuses, des affaires, du coton, du pétrole, du gaz, de l’uranium et toujours les mêmes qui vont profiter du chômage, de la surexploitation, de la misère et du mépris du pouvoir...

Le changement ne viendra que de la révolution sociale, pas d’une passation de pouvoir bien huilée entre profiteurs !

C’est au peuple travailleur de mener la politique et de donner ses solutions.

C’est au peuple travailleur de dicter ses choix et pas dans une élection bourgeoise : par la force !

Il faut que la révolution unisse tous les opprimés, jeunes, femmes, ouvriers, paysans et nomades, de toutes origines, de toutes ethnies, de toutes régions.... Là est l’avenir ! Et aucun des intérêts des profiteurs, ni maliens ni étrangers, ne doit être respecté religieusement !!!

5 Messages de forum

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0