English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 14 - Livre Quatorze : PROLETAIRES SANS FRONTIERES > Travailleurs français, ce qui se cache dans les "vive la France" de vos (...)

Travailleurs français, ce qui se cache dans les "vive la France" de vos ennemis

vendredi 24 mai 2013, par Robert Paris

La France bombarde au Mali, assassine en Syrie, exploite au Niger, organise un génocide au Rwanda, la France licencie, précarise, détruit la société y compris en France, toujours pour l’intérêt de ses trusts multinationaux Areva, Suez, Bouygues et Total et des banques et il faudrait crier « Vive la France des banquiers et des trusts » ?!!!

Bien des travailleurs ont le sentiment d’appartenir à un pays pacifique et ne comprennent pas pourquoi la violence frapperait la France alors que celle-ci ne soutient que le camp de la liberté contre les dictatures et tous les terrorismes du monde. C’est certes le discours commun de tous les hommes politiques, tous les média, tous les gouvernements et pourtant c’est un mensonge grossier. La France est un des pays qui, par ses interventions militaires et par l’intervention de ses trusts, opprime, exploite et assassine. Désolé si cette affirmation un peu abrupte vous choque mais il est parfois nécessaire d’aller a contrario du discours officiel endormant et mensonger. La France, c’est le plus grand génocide d’Afrique, celui du Rwanda, programmé et financé depuis l’Elysée par Mitterrand et Léotard, gauche et droite réunis, avec la signature aussi des écolos et du PCF (voir le rapport parlementaire Quilès signé Voynet et Buffet). La France, c’est aussi le pays qui a soutenu presque jusqu’au bout Milosevic et ses milices assassines dans la guerre de Yougoslavie. C’est également le pays qui a soutenu jusqu’au bout tous les dictateurs, quitte à se retourner au dernier moment, de Saddam Hussein à Ben Ali et de Khadafi à la dictature assassine des généraux algériens, sans parler des dictateurs africains de tous poils qu’elle a elle-même généralement mis en place et soutenus militairement. Ainsi, c’est la France qui crédibilise le dictateur assassin du Tchad et vient de le présenter comme le sauveur du Mali.

En ce moment, le peuple français n’est pas consulté sur les guerres du soldat Hollande et même pas informés de la réalité des interventions militaires. Ainsi, l’armée française intervient directement en Syrie, même si elle prétend le contraire. On a beaucoup parlé de l’intervention au Mali, pour la glorifier bien entendu, mais on ne nous dit rien sur l’intervention dans le Niger voisin qui est pourtant militaire et massive. Celle-ci ne s’est pas déroulée en réponse au dernier attentat meurtrier mais bien avant, très peu avant celle du Mali...

Bien entendu, on nous fait croire que la France intervient en Côte d’Ivoire comme au Mali ou en Syrie ou en Libye pour libérer un peuple d’un dictateur, de la terreur et de la misère. Comment se fait-il que la France aurait soutenu jusqu’au dernier moment ces dictateurs comme un Kadhafi pour finalement intervenir militairement pour, en le faisant chuter par leur intervention, que leurs intérêts locaux et régionaux ne soient pas mis en cause par les nouveaux pouvoirs ? Comment se fait-ils qu’ils prétendent être en guerre avec les islamistes armés alors que c’est eux, la France notamment, qui les a armés ? Comment se fait-il alors que, suite à ces guerres, de nouveaux régimes de terreur et de misère prennent la suite ? Comment se fait-il que l’Etat français qui n’a plus d’argent pour ses services publics, pour ses retraités, pour ses malades, pour ses hôpitaux, pour ses écoles, pour sa recherche, en trouve assez pour intervenir militairement aux quatre coins du monde ? Comment se fait-il que cet Etat qui n’a aucune solidarité pour ses vieux, pour ses chômeurs, pour ses jeunes, pour ses salariés licenciés, soit aussi solidaire, hypocritement bien sûr, des peuples les plus lointains ?

Croire à tous ces discours mensongers, c’est oublier que l’argent qui sert soi-disant à la reconstruction d’Haïti, de la Côte d’Ivoire, du Mali, de la Libye revient en fait dans les coffres des trusts français du pétrole, du Bâtiment, du nucléaire et bien d’autres encore…

C’est encore la France qui vient de faire de multiples guerres en Afrique de la Côte d’Ivoire au Mali, du Tchad (lieu de guerre permanente de l’armée française) au Centrafrique. Les peuples n’y gagnent, contrairement à ce que prétend la propagande que des morts et des destructions. Il suffit de voir ce qu’est devenu l’Afghanistan. Le pays dit « des droits de l’homme » n’intervient nullement pour défendre les droits des peuples. Aucune armée au monde envoyée par un Etat bourgeois n’est jamais intervenue dans un but de défense des populations civiles. Il suffit pour s’en rendre compte de constater que les forces de l’ONU qui occupent un pays s’opposent aux révoltes sociales mais laissent massacrer les populations civiles comme au Zaïre actuellement. Ils occupent des régions entières, transforment des pays en zones militaires occupées, mais laissent les peuples se faire violer, piller, tuer par des bandes armées, comme actuellement au Kivu.

Les buts de ces guerres sont présentées à la fois comme défendant la « conception de la France de la liberté et de la sécurité », « nos alliances avec les gouvernants locaux » et aussi, pourquoi pas, les « intérêts de la France », présentés comme intérêts communs des entreprises françaises (doux non pour les patrons) et de la population française. Mais tous ces justificatifs sont aussi mensongers les uns que les autres. C’est aussi faux que lorsque le colonialisme prétendait civiliser l’Afrique ou l’Indochine. Non ! L’Etat français ne défend ni la liberté des peuples ni les prétendus intérêts du peuple français.

Et cela pour la simple et bonne raison que, n’en déplaise à Mélenchon ou au PCF, le « peuple français » n’existe pas. Les nations et les peuples sont des notions mensongères qui servent juste à cacher des classes aux intérêts divergents. Non ! Il n’y pas d’un côté les Français et de l’autre d’autres peuples mais d’un côté le Capital et de l’autre le Travail ! Certes, les idéologies, la propagande, les traditions, les hommes et partis politiques, les syndicats nous disent le contraire. Eh bien ne craignons pas de dire qu’ils mentent éhontément….

Les buts de la France au Tchad, au Mali, en Afghanistan n’est pas la défense des peuples mais l’exploitation du monde au service des trusts, des banques, du grand capital.

L’armée française ne défend pas davantage les peuples d’Afrique ou d’Haïti où elle intervient que les CRS qui matraquent les ouvriers de Goodyear, de PSA Aulnay ou d’autres usines en lutte contre des licenciements, ne défendent le peuple français.

Non ! L’Etat n’est pas au service du peuple. Quels que soient les équipes gouvernantes, l’Etat est au service des classes dirigeantes et aucune élection au sein des institutions de la démocratie bourgeoise ne supprimera la domination de la bourgeoisie. Bien au contraire, toutes les institutions démocratiques ont justement été mises en place pour stabiliser la domination de l’infime minorité des grands possesseurs de capitaux.

Il suffit de réaliser qu’on consulte les peuples pour choisir les président ou les parlementaires mais jamais pour discuter et décider des guerres, pour nommer ou démettre les responsables des forces armées et de police, jamais pour nommer les responsables des banques centrales, des trusts, même pas ceux qui sont dirigés par l’Etat.

« La France c’est nous » est non seulement un grossier mensonge mais c’est le principal piège en période d’effondrement du système. C’est en effet, au nom de la « défense de la France » qu’on est en train de faire passer en douce des attaques anti-sociales d’ampleur. Les uns nous disent qu’il faut nous sacrifier pour améliorer la compétitivité de « la France ». les autres nous disent qu’il faut « moins d’Europe et plus de France », que la voie du sauvetage passe par la sortie de l’euro ou de l’Europe. Tous nous disent ainsi que, si les patrons français nous frappent, ce ne serait pas de leur faute, ce serait la faute des autres pays et même des autres peuples ! Mensonges ! Nous ne sommes nullement dans le même bateau que les capitalistes et pas davantage qu’ils soient français ou étrangers. Il y a belle lurette que les grands bourgeois ont des intérêts à défendre qui dépassent largement les frontières nationales et dans la crise actuelle, c’est eux-mêmes qui misent à la chute de leurs propres pays en bourse, en désinvestissant de la production, en ruinant des régions entières de « leur pays ». Le Capital n’a pas de pays à défendre, pas de peuples à protéger.

Ces baratins d’un autre âge, il est vital dans la crise actuelle que les travailleurs cessent d’y croire.

Plus que jamais l’adage de Karl Marx « Les travailleurs n’ont pas de patrie » sonne comme une libération de chaînes idéologiques extrêmement dangereuses et qui peuvent se révéler mortelles dès que les classes dirigeantes nous lanceront à nouveau dans des guerres mondiales et des fascismes soit disant pour sauver le pays.

La France ne nous a jamais appartenu, même si on nous a fait croire le contraire. Même notre emploi, notre salaire, notre logement, notre famille peuvent nous y être enlevés sans autre motif que les intérêts d’une infime minorité de capitalistes.

Notre famille, ce n’est pas une profession, pas une entreprise, pas une région, pas une religion, pas un pays.

Notre famille, ce sont les travailleurs du monde et elle seule peut offrir un autre avenir que celui, violent et misérable, dans lequel va plonger le monde actuel.

Demain, si les classes dirigeantes parvenaient à nous opposer violemment à d’autres peuples ce serait soi-disant pour défendre notre pays et en réalité parce que leur système d’exploitation est dans une impasse.

Lançons haut et fort le cri de Karl Marx : « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous » et ne craignons pas de construire de nouveau une organisation internationale des travailleurs qui oppose aux stratégies des classes dirigeantes le programme révolutionnaire du prolétariat mondial !

1 Message

  • J’ai bien aimé cette histoire de l’arnaque de la banque. Un type qui a fait passer un crédit à ses conditions et le banquier n’y a rien vu.

    http://lesmoutonsenrages.fr/2013/08...

    Il prend la banque à son propre jeu
    14 août, 2013 Posté par Benji sous Argent et politique, Les bonnes nouvelles
    9 commentaires

    Cela mérite d’être mis en avant car je félicite ce type pour son ingéniosité ! La banque a validé le contrat ? Sauf que c’est elle qui s’est faite couillonnée par les petites lignes ! ;)

    Si elles sont tout à fait légales, certaines pratiques des banques peuvent sembler à la limite du racket. Fatigué de cet état de fait, un Russe a décidé de jouer un mauvais tour à l’un de ces organismes bancaires. Aura-t-il gain de cause ? L’avenir nous le dira. Récit de ses aventures.

    Dmitry Agarkov, un Russe de 42 ans excédé après avoir reçu une publicité pour une offre de crédit à la limite du vol pur et simple, s’est lancé le défi un peu fou de prendre cette banque – Tinkoff Credit Systems, pour ne pas la nommer – à son propre jeu. L’homme a ainsi scanné le document, modifié les termes du contrat par de nouveaux largement en sa faveur – un taux d’intérêt à 0%, un crédit illimité, aucun frais de dossier et de grosses indemnités en cas de modification ou de rupture dudit contrat. Et la banque l’a accepté sans mot dire.

    Notre homme a ainsi pu jouir de sa carte de crédit fort avantageuse pendant deux ans avant que la banque ne l’annule et décide de lui réclamer 1 363$ de charges, intérêts et autres frais de paiements en retard.

    Le tribunal a, depuis, décidé que le contractant ne devait finalement rembourser que sa balance négative, soit 575$.

    Agarkov pousse désormais le vice en attaquant la banque et en réclamant 727 000$ pour non-respect des termes du contrat. La banque, elle, hurle à la fraude. Le mot de la fin pour ses représentants, si fréquemment emprunté d’ordinaire par le souscripteur : « Nous n’avons pas lu [le contrat]. » Qui aura finalement gain de cause ?

    Source : Gizmodo.fr

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0