English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 08- Livre Huit : ACTUALITE DE LA LUTTE DES CLASSES > Luttes de classe en Grèce > Assemblées populaires du mouvement en Grèce

Assemblées populaires du mouvement en Grèce

vendredi 3 juin 2011, par Abdel

Appel de l’Assemblée ouverte de la place Syntagma à Athènes - 26 février

« Dans les rues, pour la révolution sociale »

Appel à manifester dimanche 27 février, 17h place Syntagma

Nous sommes la vague de préparation des grèves générales. les dissidents, les anarchistes et les communistes.

Les chômeurs, les précaires, les migrants, les lycéens, les étudiants, les pauvres, les sans-abri et les prolétaires.

Grève générale du 23 février à Athènes Nous avons mille milliers de patries et le même nombre de dieux. Nous vivons au quotidien la violence de l’État et des patrons.

Nous sommes ceux « d’en bas » et nous sommes déterminés à détruire ce système de contrainte et d’exploitation. Nous avons choisi la rue pour nous rencontrer et marcher ensemble, avec tous ceux qui partagent le même besoin de changer radicalement cette organisation sociale qui mange ses propres enfants.

Nous avons choisi la place Syntagma parce que nous voulons priver l’Autorité dans son symbole le plus insaisissable, le Chenil de la Junte

[Les auteurs écrivent Kynovoulio, le Chenil, au lieu de Koinovoulio, le Parlement — un jeu de mots intraduisible — note du traducteur]. Nous croyons en la nécessité de former un mouvement qui ne reconnaisse aucune des frontières nationales et qui œuvre à une révolte populaire généralisée et à la mise en place de structures sociales antiétatiques de solidarité et d’entraide. Nous nous rassemblons publiquement et levons nos poings en l’air, appelant tous les groupes, réseaux, collectifs et individus qui luttent contre la peur et l’abjection à coordonner leurs efforts sans patrons, sans médiateurs ni formateurs.

Nous appelons tous ceux qui résistent aux « mesures de modernisation », aux procureurs, aux employeurs, aux chefs syndicaux vendus, aux états-majors des partis politiques et aux informateurs des médias de masse, à faire entendre leurs voix avec nous et à proposer des perspectives alternatives contre ce système de mort. Le temps c’est maintenant, le lieu c’est ici. Des individus de l’Assemblée ouverte de la place Syntagma

Traduit par nos soins. http://www.libertahastalavictoria.c... Blog de l’Assemblée ouverte de la place Syntagma (ΑΝΟΙΚΤΉ ΣΥΝΈΛΕΥΣΗ ΠΛ. ΣΥΝΤΆΓΜΑΤΟΣ) : http://syntagmasq.wordpress.com/

****************************************

Notes et prises de paroles de personnes a l’AG « des indignés » de la place Syntagma : http://real-democracy.gr/node/47

Qui sommes-nous ?

Nous sommes des gens normaux. Nous sommes comme vous : tous les matins nous allons étudier, travailler, ou rechercher un emploi, nous avons une famille, des amis. Nous sommes des personnes qui travaillent dur tous les jours afin de joindre les deux bouts et d’offrir un avenir meilleur au gens qui nous entourent.

Certains d’entre nous sont progressistes, d’autres conservateurs. Certains ont des « convictions », d’autres pas. Certains ont une idéologie bien définie et d’autres sont apolitiques. Les développements politiques, économiques et sociaux en cours nous inquiètent et nous indignent tous. Nous sommes indignés par la corruption des hommes politiques, des hommes d’affaires et des banquiers… Indignés par le fait que les simples citoyens se sentent exposés, sans aucune aide.

Cette situation nous blesse tous au quotidien. Cependant, si nous unissons nos forces, nous pouvons changer la situation. L’heure est venue pour nous de commencer à bâtir une société meilleure. Nous pensons que : L’égalité, le progrès, la fraternité, la liberté d’accès à la culture, la durabilité écologique, la croissance, le bien-être et la joie des gens sont les priorités de toute société avancée.

Il existe des droits de base qui doivent être protégés au sein de notre société : le droit au logement, à l’emploi, à la culture, à la sante, à l’éducation, à la participation politique, au développement libre de chacun, le droit des consommateurs, le droit à une vie saine et heureuse. Le gouvernement et le système économique fonctionnent actuellement de telle manière qu’ils sont incapables de respecter ces priorités et représentent aujourd’hui un obstacle au développement humain.

La démocratie signifie le gouvernement du peuple (du grec demos = peuple, et kratos = pouvoir), et cela devrait s’appliquer. Cependant, nous savons que notre système politique ne veut même pas nous écouter. Leur devoir devrait être de transmettre notre voix aux institutions nationales et internationales, de faciliter la participation des citoyens par le biais de canaux de communication directe, de fonctionner en faveur de la société au sens large et pas uniquement en faveur des riches qui prospèrent sur notre dos, et non pas de suivre fidèlement les ordres dictés par les grands intérêts économiques qui infligent cette dictature et ce règne des partis.

Le fait que le pouvoir soit concentré entre les mains d’une minorité créé des inégalités, provoque des frictions, engendre des injustices et aboutit à la violence. Ce modèle économique obsolète emprisonne la dynamique sociale dans un cercle vicieux où les quelques riches deviennent plus riches et la grande majorité se noie dans la pauvreté et la misère. Et c’est ainsi que nous nous effondrons. Le seul but du système consiste en l’accumulation des capitaux au prix de l’efficacité et de la prospérité de la société.

Le gaspillage de ressources mène à la destruction de la planète, engendrant ainsi du chômage où les citoyens-consommateurs constituent une pièce centrale d’un mécanisme créé dans le but d’enrichir une minorité tout en ignorant nos besoins.

Nous sommes anonymes mais sans nous, rien ne pourrait exister étant donné que nous faisons fonctionner le monde. Si notre société apprenait à se méfier de ces divers rendements économiques abstraits dont peu bénéficient, nous pourrions éradiquer ces abus et ces manques dont nous souffrons tous aujourd’hui. Une révolution éthique est nécessaire… Nous sommes des êtres humains et non pas des marchandises sur un marché.

Je suis en colère à cause de tout cela.

Je pense que nous pouvons changer les choses.

Je pense que je peux aider.

Je sais que nous pouvons y arriver ensemble

Tous ensemble nous le pouvons. C’est votre droit.

Minutes de la première assemblée - 25/05/2011

Voici les minutes de la première assemblée ouverte du mouvement pour "Une Vraie Démocratie, Tout de Suite !", qui s’est déroulée place de la Constitution (Syntagma) à Athènes. Les minutes ont été consignées de 10h a 1h.

Pendant ce laps de temps, 83 personnes ont pris la parole. Il y avait parmi eux des chômeurs, des étudiants, des travailleurs du public comme du prive, des gens de profession libérale, des journalistes, des artistes, des collégiens et lycéens, instits et professeurs, des sans-abris, femmes aux foyers, et beaucoup d’autres encore. Les minutes sont présentées par ordre chronologique, sans révéler d’informations sur les intervenants. Il y eut de nombreuses propositions concernant l’organisation du mouvement, mais aussi des cris d’angoisses et des plaintes. Dans tous les cas, les points de vue furent dignes de respect et formulés dans le cadre d’un processus de démocratie directe.

Les minutes de la première assemblée :

* Qu’on établisse des campements partout en Grèce ; répartissons les clairement les taches en différentes équipes responsables. * Nous avons la beauté avec nous, face à la laideur des banquiers et des politiques * Toute personnalité politique qui ne respecte pas le mandat populaire doit "rentrer chez elle" ou aller en prison * Ceci est une manifestation ouverte, un rassemblement ou je m’exprime, c’est une expérience qui me fait frissonner. * "Leur" démocratie n’apporte aucune garantie d’égalité ou de justice * Restons sur la Place Syntagma jusqu’à ce que nous ayons décide comment résoudre nos problèmes * Lorsque les gens comme nous discutent sans peur, la peur passe dans le camps des politiques. * En ce moment, les mots ont perdu leur sens en Grèce. Nous disons "Grèce" (Hellas) et ils pensent "Police" (EL.AS), nous disons "Peuple" (Laos) et ils pensent au parti d’extrême droite LAOS. Trouvons la force, l’élan pour que les mots recouvre leur sens. * Il faut que la place Syntagma et les rues qui y mènent restent fermées ce soir, et tous les soirs jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée. * Nous ne devons pas nous réjouir d’êtres des consommateurs ou des clients, nous devons nous réjouir au contraire lorsque nous agissons en citoyens justes et responsables. * Les cyclistes, en manifestant à vélo pour défendre leur droit a la circulation, l’ont obtenu. Suivons leur exemple. * Nous devons réaliser a quel point nous sommes forts et nous avons des problèmes en commun. * La ploutocratie doit tomber, renversons la. * Nous devons regarder l’escroquerie dont nous sommes victimes comme un problème mondial, et nous unir a tous les mouvements similaires au notre dans le monde. * Invitons des professeurs, des juristes pour qu’ils nous éclairent sur le moyen de nous débarrasser du Mémorandum (le plan d’ajustement économique impose par l’UE et le FMI) * Organisons des manifestations culturelles, des projections cinématographiques et des assemblées à Syntagma et dans les autres campements. * Ce ne sont pas seulement les politiques qui sont responsables de la situation actuelle mais aussi le reste des Grecs et notre mentalité individualiste. * Commençons par changer nous-mêmes. Discutons avec nos collègues, nos amis pour que les mentalités changent. Nous devons tous apporter notre pierre à l’édifice. * Prolongeons les manifestations du Monde Arabe, soyons au-dessus des patries et des peuples. * Le plus grand problème pour une démocratie, c’est l’indifférence. Le démocrate se respecte lui-même et les autres. * Regardons ceux qui sont à nos cotes dans les yeux. L’indifférence prend ses racines dans la consommation. Arrêtons d’être indifférents * Le système fonctionne dans l’intérêt de quelques uns, mais opprime une majorité. Il faut créer des cercles de discussions dans chaque quartier. * Sur la place Syntagma, matin et soir, je me sens heureuse. Commençons par éteindre nos télévisions et à nous organiser. * Nous avons repris nos esprit et nous demandons maintenant que la Démocratie revienne a se base, c’est-à-dire a nous tous. Evitons les symboles et les drapeaux qui font référence a des partis ou des idéologies politiques. * Créons un blog qui permette d’informer et de se coordonner. * Nous participons autant que nous pouvons pour changer nos vies. Ramenons la démocratie à une juste mesure, celles de la vie humaine et de la dignité. * Dans l’Athènes ancienne se tenaient des assemblées sur lesquelles la démocratie était basée. Changeons nos vies, changeons notre Histoire. Dans notre entreprise on l’a changée, on a approché des chômeurs et on leur a donne du travail. * Il faut que tous ceux qui hypothèquent notre futur quittent le pouvoir. Maintenons une organisation forte et vivante grâce à la base. * Ce soir, nos visages se sont éclairés d’un sourire. Gardons-le et continuons. * Les politiques doivent être punis, et nous devons nous battre pour qu’ils le soient. * Rassemblement tous les jours a 18h, et assemblée a 21h. * Les media qui appartiennent à l’établissement et les politiques ont peur en ce moment. Il y a beaucoup de monde à la manifestation et a l’assemblée. Ne les laissons pas s’approprier le mouvement. * Commençonsàformulernosdemandes. Que la politique change, que le gouvernement tombe. Formulons nos propres propositions. * Queladettequenousamisesurledosailleaudiable. Il faut une transformation politique complète, base sur les assemblées. Résistons farouchement. * Le système de soins de sante tombe en ruine, il n’y pas assez de matériel, les gens sont en danger dans les hôpitaux. On nous vole et on nous abandonne à notre sort. * Je prends la parole pour demander pardon aux nombreux jeunes que je vois ici, pour la Grèce et la scène politique qu’ils héritent de nous. * Organisons nous par nous-mêmes, et par la restaurons notre rapport avec la politique. Travaillons-y de manière entêtée pour construire un monde meilleur. * Revendiquons notre droit a la désobéissance, proclamons-le avec force et passion. Réécrivons l’Histoire depuis le début. * ….

25 May, 2011

Décision de l’Assemblée populaire de la place de Syntagma datée du 31/5/2011 concernant une journée d’information et de discussion populaire relative à la dette published by gkoum on Thu, 02/06/2011 -

Voici probablement les deux problèmes les plus sérieux aux yeux de l’Assemblée de Syntagma, mais également aux yeux de la société toute entière :

* La gestion du problème de la dette publique * L’absence totale de processus démocratiques dans la prise de décisions dans ce pays (en deux mots, ils décident pour nous sans nous consulter) Afin que le peuple puisse être informécorrectement et qu’il puisse prendre des décisions de manière démocratique et réfléchie, nous avons décidé :

Nous allons organiser une journée d’information et de discussion populaire le plus vite possible, samedi prochain serait idéal. Lors de cette journée, seront présents quatre ou cinq orateurs invités qui partageront leurs points de vue concernant la gestion de la dette et la convention de prêt (Mémorandum – Mnimonio). A la suite de présentations brèves et informatives, le peuple prendra la parole d afin de poser ses questions auxquelles il faudra répondre de manière brève et précise.

Si la journée de discussion populaire est un succès, le rendez-vous sera renouvelé. Nous avons besoin d’équipement technique (son, estrade, etc.) ainsi que d’une vaste campagne d’information populaire pour cette journée d’information et discussion populaire.

Une équipe ouverte à tous a donc été formée dans le but d’organiser cette journée d’information. Si vous souhaitez faire partie de cette équipe, vous pouvez vous adresser au secrétariat. City : * Αθήνα

Date : Tuesday, 31 May, 2011

1 Message

  • Assemblées populaires du mouvement en Grèce 5 juin 2011 16:43, par marek abdel

    Déclaration de l’Assemblée Populaire de la Place Syntagma à Athènes, 27-28 mai
    Depuis longtemps, on prend des décisions pour nous, sans nous.
    Nous sommes des travailleurs, des chômeurs, des pensionnés, des jeunes… Nous sommes venus sur la place Syntagma pour lutter pour nos vies et pour notre futur.
    Nous sommes ici parce que nous sommes conscients que les solutions à nos problèmes ne peuvent venir que de nous-mêmes.
    Nous faisons un appel à tous les Athéniens, travailleurs, chômeurs et jeunes, pour qu’ils viennent à Syntagma et pour que toute la société remplisse les places et prenne sa vie entre ses mains.
    Là, sur ces places, nous donnerons forme à nos pétitions et revendications.
    Nous lançons un appel à tous les travailleurs qui vont faire grève à l’avenir pour qu’ils viennent et restent à Sintagma.
    Nous ne quitterons pas les places tant que ceux qui n’ont amenés à venir ici ne seront pas partis : le gouvernement, la Troïka (FMI, Banque mondiale, Union européenne), les banques et tous ceux qui nous exploitent.
    Nous leur envoyons un message : la dette n’est pas la nôtre.
    Démocratie directe, maintenant !
    Egalité, justice et dignité !
    On ne perd une lutte que lorsqu’on ne la commence pas !
    Assemblée Populaire de la Place de Syntagma

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0