English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 16- EDITORIAUX DE LA VOIX DES TRAVAILLEURS > Editorial 19-03-2011 - Japon : derrière la catastrophe naturelle, un (...)

Editorial 19-03-2011 - Japon : derrière la catastrophe naturelle, un véritable crime contre l’humanité de l’Etat et des classes dirigeantes

dimanche 20 mars 2011, par Robert Paris

Japon : derrière la catastrophe naturelle, un véritable crime contre l’humanité de l’Etat et des classes dirigeantes

La portée de la catastrophe nucléaire au Japon devient impossible à cacher non seulement aux yeux des Japonais mais aux yeux du monde entier. Le premier nuage radioactif atteindra même la France mercredi prochain.... L’air et l’eau du robinet de Tokyo sont déjà contaminés. Des produits agricoles le sont également dans certaines régions du Japon. Et les centrales sont très loin d’être sous contrôle.

Les scientifiques, politiciens, média et divers commentateurs qui se relaient pour rassurer mentent : aucun spécialiste ne peut prétendre qu’il sait ce qui peut arriver tout simplement parce que ce qui se passe maintenant n’est jamais arrivé !!!! L’interprétation de la nécessité de ne pas affoler n’est pas valable. Ce prétexte a déjà servi à l’époque de Tchernobyl et causé un grand nombre de victimes supplémentaires.

L’excuse de la catastrophe naturelle n’en est pas une. Le Japon a subi un tremblement de terre de grande ampleur, mais ce n’était pas une surprise. Les risques liés aux tsunamis avaient été sous-évalués pour ne pas entraver le développement des villes et du secteur du bâtiment et aussi … du nucléaire en bord de mer… Le tsunami n’était pas une surprise : il existait déjà dans les vieilles estampes japonaises... Pourtant mettre des centrales nucléaires en bordure de mer dans une pareille zone, c’est un véritable crime...

Loin d’utiliser sa capacité économique pour aider massivement la population, le troisième pays le plus riche du monde a abandonné à eux-mêmes les survivants du cataclysme, dans le froid, sans couverture, sans nourriture, sans médicament. La population est menacée par la contamination des eaux, de l’air et de la nourriture par la radioactivité. Quant au gouvernement, il est mobilisé pour aider les banques, les trusts, la bourse et la monnaie.... et il dépense pour cela des sommes colossales !!!

Déjà la catastrophe elle-même a démontré que ce gouvernement n’avait cure de défendre la sécurité de la population… Les plus démunis ont des maisons anciennes sans protection sismique. Si elles étaient en bois, elles ont été balayées par le tsunami... Le Japon ne disposait d’aucun système national d’avertissement contre les tsunamis, ces vagues géantes causées en mer par les tremblements de terre. Or il s’avère que ces tsunamis sont très destructeurs comme l’avait rappelé celui qui avait eu lieu en 2004...

Le Japon n’avait rien prévu concernant le risque nucléaire. Les risques pour les centrales nucléaires avaient été systématiquement niés par le pouvoir et les classes dirigeantes japonais malgré l’aggravation des risques dus aux séismes et aux tsunamis...

Au Japon, dans les centrales nucléaires, l’Etat japonais n’avait pas son mot à dire et acceptait de ne rien vérifier même en cas d’accident grave. De la fin des années 1980 aux années 1990, Tepco le premier producteur mondial privé d’électricité, avait falsifié une trentaine de rapports d’inspection de réacteurs nucléaires. Au Japon, Tepco a en charge le tiers des réacteurs nucléaires, dont ceux de Daiichi et Daini à Fukushima. Au résultat : des profits fabuleux et de l’énergie à bon marché pour son industrie. Pour cela le capital japonais et le capital internationale sont prêts à payer le prix du sang. Du coup, aucune information sur ce qui se passe dans les centrales en grave dysfonctionnement. TEPCO, dès le début des catastrophes nucléaires, a caché les faits autant qu’elle l’a pu. La société s’est d’abord retirée du site, laissant la gestion des problèmes à des employés de filiales. Afin de pouvoir ensuite leur refiler la responsabilité de l’échec... Ensuite cela a été silence radio...

Les centrales nucléaires sont soit en feu, soit ont explosé dégageant un nuage radioactif, soit sont en fusion nucléaire, ce qui est le plus grave et pourtant le gouvernement et TEPCO annoncent d’abord que les centrales ont été éteintes. Puis, il n’informe que d’un incident dans une centrale, alors qu’il sait qu’il y en a cinq en grave dysfonctionnement. Il déclare que la paroi de confinement va tenir bon puis, quand elle explose, il annonce que le caisson en béton a tenu et tiendra et que les dégagements radioactifs diminuent... Or, en cas de fusion nucléaire du cœur de la centrale, le béton n’est qu’un fétu de paille en guise de protection. Les responsabilités dans l’irradiation de la population du Japon et peut-être du monde incombent aux classes dirigeantes.

Si le gouvernement appelle au calme, c’est qu’après la peur et les souffrances, la colère du peuple travailleur japonais risque fort d’exploser. Il est à souhaiter que les responsables étatiques et capitalistes soient balayés par le séisme populaire !!!!

10 Messages de forum

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0