English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 09 - Livre Neuf : RELIGION > De Jacques Prévert

De Jacques Prévert

vendredi 15 février 2008, par Robert Paris

dessins de Prévert Les films avec Prévert, d’après Prévert ou sur Prévert :

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23


Jacques Prévert, poète et révolutionnaire

Poésie de Jacques Prévert

D’autres poésies

Inventaire

hommage à Jacques Prévert

"Quand le diable fait la cuisine le bon dieu se met à table et le pauvre monde nettoie les fourneaux."

"Les religions ne sont que les trusts des superstitions."

Jacques Prévert / Spectacle

"Bref, le peuple se met à hurler "Barabbas, Barabbas, mort aux vaches, à bas la calotte" et, crucifié entre deux souteneurs dont un indicateur, il rend le dernier soupir, les femmes se vautrent sur le sol en hurlant leur douleur, un coq chante et le tonnerre fait son bruit habituel. Confortablement installé sur son nuage amiral, Dieu le père, de la maison Dieu-père-fils-Saint-Esprit-&-Cie, pousse un immense soupir de satisfaction, aussitôt deux ou trois petits nuages subalternes éclatent avec obséquiosité et Dieu père s’écrie : "Que je sois loué, que ma sainte raison sociale soit bénie, mon fils bien-aimé a la croix, ma maison est lancée. "Aussitôt il passe les commandes et les grandes manufactures de scapulaires entrent en transes, on refuse du monde aux catacombes et, dans les familles qui méritent ce nom, il est de fort bon ton d’avoir au moins deux enfants dévorés par les lions."

dans Paroles - Souvenirs de famille ou l’ange garde-chiourme

"J’ai toujours été intact de Dieu et c’est en pure perte que ses émissaires, ses commissaires, ses prêtres, ses directeurs de conscience, ses ingénieurs des âmes, ses maîtres à penser se sont évertués à me sauver. […] Et je m’en allais, là où ça me plaisait, là où il faisait beau même quand il pleuvait, et quand, de temps à autre ils revenaient avec leurs trousseaux de mots-clés, leurs cadenas d’idées, les explicateurs de l’inexplicable, les réfutateurs de l’irréfutable, les négateurs de l’indéniables, je souriais et répétais : « C’est pas vrai ! » et « C’est vrai que c’est pas vrai ! ».Et comme ils me foutaient zéro pour leurs menteries millénaires, je leur donnais en mille mes vérités premières."

dans Choses et autres

"Dans chaque église, il y a toujours quelque chose qui cloche. "

dans spectacle

Avec les jolies filles et avec les vieux cons
Avec la paille de la misère pourrissant dans l’acier des canons."

Extrait de "Paroles"

« L’enfant qui verse, histoire de rire, son encrier dans le bénitier, est plus drôle et plus vrai que Luther qui disait avoir jeté le sien au diable. »

« La théologie, c’est simple comme Dieu et dieux font trois. »

« La révolution est quelque fois un rêve, la religion toujours un cauchemar. »

« Dieu a besoin des hommes, mais les hommes n’ont pas besoin de lui. »

« La France est la fille aînée de l’église et Jésus-Christ le cadet de mes soucis. »

« Un seul Dieu tu abhorreras. Ce lapsus déi est un exemple typique d’automasochisme divin. »

« Luther et Calvin
Calvin et Luther
Calvaire et lutins. »

« Il y a des gens qui s’amusent d’un rien, faites comme eux, amusez-vous de Dieu. »

« Satan est l’âme damnée de Dieu. »

« Le premier jour, Dieu n’a pas fermé l’œil de la nuit et de cette insomnie, la lune encore en rit. »

« Enfin, tant bien que mal nous vivons, Dieu merci ! Dieu : « Il n’y a pas de quoi. »

« Dictionnaire : maladie qui existe par elle-même et ne dépend d’aucune autre affection. Voir « Déisme ».

« C’est sans doute celui qui n’a jamais pêché qui lui a jeté la première pierre. »

« Rire de mourir et mourir de rire. »

Et quelques autres :

« Nul n’est insensé qui ignore la loi. »

« Malgré l’horreur journalière audiovisuelle ou imprimée, ils ne peuvent escamoter la beauté. »

« L’Histoire va vite mais les historiens traînent. »

« Les prisons trouvent toujours des gardiens. »

« Les vacances sont finies : Le spectre scolaire apparaît. »

« Vous qui tirez parti de votre parti, vous nous prenez à partie, nous accusant de parti-pris, parce que nous ne prenons pas parti. Nous n’en prenons pas notre parti. »

« Déjà se dessinent les premiers plans des grands travaux de réinstallinisation. »

« En Mongolie, les enfants appellent « européens » les enfants atteints d’arriération intellectuelle. »

« Quand les éboueurs font grève, les orduriers sont indignés. »

« L’étoffe des héros est un tissus de mensonge. »

« L’architecture d’aujourd’hui n’a pas de fleur à sa bétonnière. »

Extraits de « Choses et autres »

6 Messages de forum

  • De Jacques Prévert 2 mars 2013 17:27, par RP

    "Notre Père qui êtes aux cieux

    Restez-y

    Et nous nous resterons sur la terre

    Qui est quelquefois si jolie

    Avec ses mystères de New York

    Et puis ses mystères de Paris

    Qui valent bien celui de la Trinité

    Avec son petit canal de l’Ourcq

    Sa grande muraille de Chine

    Sa rivière de Morlaix

    Ses bêtises de Cambrai…"

    (Jacques Prévert / 1900-1977 / Paroles - Pater noster)

    Répondre à ce message

  • De Jacques Prévert 30 août 2013 19:36

    Tu dis que tu aimes les fleurs,
    tu les coupes.

    Tu dis que tu aimes les poissons,

    tu les manges.

    Tu dis que tu aimes les oiseaux,

    tu les mets en cage.

    Quand tu me dis "Je t’aime",

    j’ai peur...

    Jacques Prévert

    Répondre à ce message

  • De Jacques Prévert 9 juin 2014 12:38

    LE DISCOURS SUR LA PAIX

    Vers la fin d’un discours extrêmement important

    le grand homme d’État trébuchant

    sur une belle phrase creuse

    tombe dedans

    et désemparé la bouche grande ouverte

    haletant

    montre les dents

    et la carie dentaire de ses pacifiques raisonnements

    met à vif le nerf de la guerre

    la délicate question d’argent

    Répondre à ce message

  • De Jacques Prévert 2 décembre 2014 21:27

    Déjeuner du matin

    Il a mis le café
    Dans la tasse
    Il a mis le lait
    Dans la tasse de café
    Il a mis le sucre
    Dans le café au lait
    Avec la petite cuiller
    Il a tourné
    Il a bu le café au lait
    Et il a reposé la tasse
    Sans me parler

    Il a allumé
    Une cigarette
    Il a fait des ronds
    Avec la fumée
    Il a mis les cendres
    Dans le cendrier
    Sans me parler
    Sans me regarder

    Il s’est levé
    Il a mis
    Son chapeau sur sa tête
    Il a mis son manteau de pluie
    Parce qu’il pleuvait
    Et il est parti
    Sous la pluie
    Sans une parole
    Sans me regarder

    Et moi j’ai pris
    Ma tête dans ma main
    Et j’ai pleuré

    Répondre à ce message

  • De Jacques Prévert 3 décembre 2014 11:10

    Ne rêvez pas

    Ne rêvez pas
    pointez
    grattez vaquez marnez bossez trimez
    Ne rêvez pas
    l’électronique rêvera pour vous
    Ne lisez pas
    l’électrolyseur lira pour vous
    Ne faites pas l’amour
    l’électrocoïtal le fera pour vous

    Pointez
    grattez vaquez marnez bossez trimez
    Ne vous reposez pas
    le Travail repose sur vous.

    Prévert

    Répondre à ce message

  • De Jacques Prévert 14 décembre 2014 16:30, par Robert Paris

    Je vous salis, ma rue

    Je vous salis ma rue
    et je m’en excuse
    un homme-sandwich m’a donné un prospectus
    de l’Armée du Salut
    je l’ai jeté
    et il est là tout froissé
    dans votre ruisseau
    et l’eau tarde à couler
    Pardonnez-moi cette offense
    les éboueurs vont passer
    avec leur valet mécanique
    et tout sera effacé
    Alors je dirai
    je vous salue ma rue pleine d’ogresses
    charmantes comme dans les contes chinois
    et qui vous plantent au cœur
    l’épée de cristal du plaisir
    dans la plaie heureuse du désir

    Je vous salue ma rue pleine de grâce
    l’éboueur est avec nous.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0