English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 06- Livre Six : POLITIQUE REVOLUTIONNAIRE > 3- L’objectif de la dictature du prolétariat > Le point de vue de Moreno

Le point de vue de Moreno

vendredi 6 novembre 2009, par Robert Paris

Sur la base de tout ce que nous avons dit, nous pouvons résumer très brièvement les sept caractéristiques essentielles de la dictature révolutionnaire du prolétariat, et qui pour nous proviennent de cet objectif et des critiques que nous avons effectuées :

1. La dictature révolutionnaire du prolétariat, dirigée par un parti trotskyste ou trotskysant, dans sa première étape d’affrontement avec la contre-révolution impérialiste, a pour tâche principale d’impulser la révolution à l’échelle mondiale contre l’impérialisme. Se combine et est subordonnée à cette tâche principale, celle de jeter les bases du socialisme avec la planification de l’économie, un impétueux développement des forces productives et de la consommation des masses, au moyen des soviets, du contrôle ouvrier et/ou quelque autre forme d’auto-organisation des ouvriers et des masses, qui les éduque à la gestion de la nouvelle société et à la mobilisation permanente contre l’impérialisme et l’influence des exploiteurs.

2. Cette auto-organisation a pour point de départ la structure économique productive, a pour axe les usines les plus grandes et modernes, et le prolétariat industriel, sans avoir dans son organisation fondamental aucun caractère territorial ou populaire.

3. Cette organisation n’appartient à tout le prolétariat, ni à toutes les masses travailleuses, mais à la majorité des prolétaires et des travailleurs qui se mobilisent pour impulser la révolution et les soviets révolutionnaires.

4. Il règne la plus stricte discipline de classe, qui impose des devoirs et des obligations sévères, à tel point que ceux qui ne les respectent pas, même si ce sont des ouvriers, seront réprimés afin d’être obligés à accomplir les résolutions du pouvoir ouvrier.

5. A sa tête se trouve un parti marxiste-révolutionnaire internationaliste, disposé à tout pour parvenir au triomphe de la révolution mondiale. En ce sens, nous pouvons dire que ce doit être un parti trotskyste ou trotskysant.

6. La plus large démocratie n’existe que pour le prolétariat industriel et les travailleurs révolutionnaires, c’est-à-dire pour tous ceux qui respectent les résolutions adoptées par la classe ouvrière révolutionnaire au pouvoir, et luttent pour elles. Seuls ces secteurs, en tant qu’ouvriers et travailleurs individuels, ont le droit le plus absolu de critiquer toute résolution politique, dans tous les organismes et toutes les réunions du mouvement ouvrier et révolutionnaire, sans qu’ils puissent être limités dans ce droit ou réprimés. Ce droit individuel de tout ouvrier ou travailleur révolutionnaire est absolu et total. Il dépendra de la situation de la dictature ouvrière que ce droit individuel absolu se transforme en droit de tendance, ou en pluripartisme révolutionnaire, soviétique, bien que le principe programmatique général soit le pluripartisme soviétique, ce qui signifie que c’est le soviet révolutionnaire qui légalise ou illégalise, majoritairement, les partis qui demandent leur légalisation.

7. Les six caractéristiques antérieures ne signifient aucunement en tant que concept que toujours et à tout moment les opposants, bourgeois et ouvriers, de la dictature révolutionnaire du prolétariat, seront réprimés ou se verront appliqués des mesures coercitives. C’est la tendance opposée qui est juste : sans que cela constitue un précédant, ni un "impératif catégorique", la dictature révolutionnaire du prolétariat tendra à accorder les libertés les plus larges de presse, d’opinion, de réunion, idéologiques, de propagande et politiques, tant que les terribles conditions de la lutte révolutionnaire contre l’impérialisme mondial le permettront. Cette tendance doit s’accentuer pour tous les secteurs du mouvement ouvrier et des travailleurs, même s’ils servent objectivement des partis contre-révolutionnaires.

Bogotà, juillet 1978

Lire la suite

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0